Nombre total de pages vues

samedi 27 août 2011

L'ouragan Irene frappe la Caroline du Nord


Vue satellitaire de l'ouragan Irene à l'approche des Bahamas le 23 août 2011

L'ouragan, qui s'est un peu affaibli, a frappé samedi matin la côte américaine au niveau de la Caroline du nord
Pluies fortes et rafales de vent s'abattaient sur Kill Devil Hills, à quelques kilomètres de l'oeil du cyclone.

Irene doit ensuite longer la côte est en direction de Washington, New York et Boston. Il est attendu dimanche à New York où le maire a ordonné l'évacuation de plusieurs quartiers vulnérables et de 370.000 personnes.

"C'est la première fois", a-t-il dit, qu'une telle mesure d'évacuation est prise à New York. Au moins 370.000 personnes devaient quitter leurs logements.

A New York, les secteurs concernés par l'évacuation obligatoire sont notamment Coney Island et Manhattan Beach à Brooklyn, Far Rockaway et Broad Channel dans le Queens, et d'autres secteurs côtiers de Staten Island. Le maire de la ville a par ailleurs annoncé que tous les transports publics seraient fermés à compter de samedi midi.

Il a précisé qu'il était possible que la partie sud de Manhattan soit "privée d'électricité" après le passage d'Irène dimanche, "avec beaucoup d'eau dans les rues". "Le plus grand danger pour nous, c'est une brutale montée des eaux", a encore ajouté le maire.

Vols annulésLes aéroports de New York seront fermés à partir de midi (18h à Paris) pour tous les vols à l'arrivée. Sur l'ensemble de la région concernée par l'ouragan, ce sont près de 8000 vols qui ont été annulés.

Au total, sur la côte Est, quelque 65 millions de personnes vivent dans les zones menacées par le passage de l'ouragan. Vendredi, certains hôpitaux des zones côtières vulnérables ont commencé à évacuer leurs malades vers d'autres établissements. Irene a fait cinq morts dans les Caraïbes.

L'affaire met les compagnies d'assurance sous pression, fortement affectées par des intempéries particulièrement dures cette année : aux dires des experts, Irene pourrait causer jusqu'à 10 milliards de dollars.

Un ouragan "historique", prévient ObamaLe président des Etats-Unis, Barack Obama, qui a écourté ses vacances en raison de l'arrivée de l'ouragan, a déclaré vendredi que tout laissait penser qu'Irene serait un ouragan "historique". Il a appelé la population à prendre l'ouragan "au sérieux" et à se préparer à son passage, car, dit-il, le cyclone promet d'être extrêmement dangereux et de causer des dégâts coûteux.
L'ouragan devrait frapper la côte Est samedi matin, avant de remonter dimanche en direction de New York où "une tempête extrêmement dangereuse" pourrait provoquer une montée des eaux de 3 à 4 mètres, selon les météorologues américains.

Le Centre national des ouragans US (NHC) n'était toutefois pas en mesure de préciser vendredi si Irène toucherait directement la côte américaine ou resterait au large.

Le nord-est des Etats-Unis échappent généralement à ces dépressions qui frappent régulièrement la Caraïbe. Gloria, en 1985, est le dernier ouragant à avoir touché New York.

Etat d'urgence décrété
Par anticipation, les autorités des Etats, depuis la Caroline du Nord jusqu'à celui de New York, ont décrété l'état d'urgence, et des dizaines de milliers de personnes ont reçu l'ordre de s'éloigner des côtes.

"Les habitants sont en train d'évacuer sur toute la côte, des abris sont ouverts. La police et les secours sont sur place. Nous sommes prêts pour la tempête. Nous espérons que les gens prennent les alertes au sérieux. C'est une grosse et méchante tempête", a déclaré vendredi le gouverneur de Caroline du Nord, Bev Perdue.

Les autorités du comté de Dare, en Caroline du Nord, où vivent 180.000 personnes, ont d'ores et déjà averti la population que les services d'urgence ne pourraient pas venir en aide à ceux qui avaient ignoré l'ordre d'évacuer la zone.

Les Bahamas balayées par Irene
Les îles du sud-est de l'archipel des Bahamas ont été balayées par des bourrasques de vent et de pluie alors que le niveau de la mer a monté dangereusement.

Des touristes ont fui face à la progression de l'ouragan et des compagnies maritimes ont supprimé les escales de leurs navires de croisière dans l'archipel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire