Nombre total de pages vues

jeudi 26 juillet 2012

Reprise du blog

Ok; nous nous rendons à ...l'évidence!
 
Devant les réactions de bien des suiveurs de ce blog regrettant son arrêt, il ne nous reste comme alternative que de  poursuivre cette joyeuse aventure, en reprennant, dès maintenant ce que nous avions cru pouvoir délaisser.
 
Nous le faisons avec la joie et la force que nous ont transmis vos encouragements.
 
Nous le faisons, aussi, en vous remerciant vivement de votre fidélité.
 
Croyez que je vous sais gré d'accorder quelque importance à ces petits écrits sans prétention et à la sélection de textes qui font l'actualité.
 
Merci encore...

JOANMIRA

Attentat du 18 juillet à Damas: La thèse d'une manipulation émerge


Un panache de fumée s'élève au dessus de Damas, après l'attentat qui a tué quatre hauts responsables syriens, mercredi 18 juillet

SYRIE - Plusieurs opposants y voient une mise en scène du pouvoir...A qui profite le crime? Alors qu’il ne s’agissait que d’une rumeur, plusieurs opposants au régime syrien y voit désormais une théorie, jugée comme crédible par plusieurs d’entre eux. Cette hypothèse, relayée par Le Monde ce mercredi, concerne l’attentat survenu le 18 juillet à Damas, dans lequel une partie de l’appareil sécuritaire syrien a été tué.
D’après ces opposants, c’est du côté du pouvoir en place qu’il faudrait chercher les responsables de cet attaque. Et non pas du côté de l’Armée syrienne libre (ASL). Selon cette hypothèse, la dictature syrienne aurait en effet cherché à maquiller la mort de ses membres, soupçonnés d’avoir envisager se rallier à l’opposition, détaille Le Monde.
«Idéal pour mener un conflit militaire de long terme»
Le quotidien cite notamment Ayman Abdel Nour, le patron du site d'informations All4Syria, qui assure que le régime aurait «préféré prendre le risque que leur disparition ne démoralise l'armée plutôt que d'être poignardé dans le dos».
Selon Haytham Al-Manna, le chef du Comité de coordination pour le changement démocratique, installé à Paris, cité également par Le Monde, la disparition des quatre hauts responsables ferait même l'affaire du régime, en ce qu'elle le resserre sur «un noyau dur, mû par un esprit de corps, idéal pour mener un conflit militaire de long terme, à l'algérienne».

mardi 24 juillet 2012

Alerte au requin sur la côte belge


Pouvant atteindre douze mètres de long pour un poids d'environ cinq tonnes, de couleur gris-brun, le requin pèlerin ne passe pas inaperçu, et pourtant il est inoffensif.

Un aileron de requin a causé une grosse frayeur lundi après-midi sur la côte belge, mais l'alerte a été rapidement levée lorsque les secours ont reconnu un inoffensif pèlerin, a rapporté mardi le site internet Natuurbericht.be. Gros consommateur de plancton, le requin pèlerin nageait tranquillement près de la côte de La Panne, entre Ostende et Dunkerque, a expliqué Filip Jongbloet, un des secouristes qui a pris des photographies du squale.
Le requin pèlerin a été reconduit vers des eaux plus profondes pour ne plus effrayer les baigneurs, a-t-il précisé. Il peut en effet être confondu avec un grand requin blanc qui peut s'attaquer aux humains. Le spécimen aperçu en mer du Nord mesure environ deux mètres. Adulte, il peut atteindre de six à douze mètres de longueur. Le plus gros poisson au monde est le requin baleine.
La présence d'un requin pèlerin en Belgique est exceptionnelle, ont rappelé les médias belges. Un spécimen avait été signalé le 21 octobre 2011 par un avion de surveillance de l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique en mer du Nord, à hauteur de Bighbank, un banc de sable situé à environ 40 km de la côte. Les requins pèlerins vivent dans les eaux froides et tempérées des océans. Ils sont protégés par un règlement européen, et leur pêche au sein de l'Union européenne est totalement interdite.

Semi esclavage au Portugal: Echange travail contre nourriture...


Dessin de Sampaio, Portugal.

Dans les petites annonces publiées sur Internet, on voit de plus en plus de gens désespérés demander du travail en échange de nourriture. Ils sont prêts à tout. "On est en train d'assister à une régression civilisationnelle. Avec la crise, les cas de semi-esclavage augmentent", note Joaquim Dionísio, avocat spécialiste du droit du travail et membre de la direction de la CGTP [le principal syndicat portugais].
A 24 ans, António Santos a tout perdu. D'abord son emploi, puis le logement où il vivait à Matosinhos [ville située à l'ouest de Porto]. En octobre dernier, il s'est retrouvé au chômage sans droit à une allocation. L'argent économisé lorsqu'il travaillait dans le BTP et la restauration lui a permis de payer cinq mois de loyer. Sans revenus ni aides financières, il a donc dû quitter son appartement en février. Les bons jours, il dort sur le canapé chez des amis, les mauvais dans une cabane en carton.
"Je fais des choses ici ou là pour ne pas mourir de faim. Mais j'ai vraiment besoin de travailler, même si c'est seulement en échange de nourriture et d'un endroit où dormir", soupire le jeune homme, qui a une formation professionnelle en commerce. C'est ce qu'il a écrit dans les annonces qu'il a mises en ligne en mars sur plusieurs sites. Bien qu'il ait proposé de travailler gratuitement, il n'a reçu aucune réponse. Tout du moins jusqu'à fin avril, la dernière fois qu'il a pu aller sur Internet. "Je n'ai même pas assez d'argent pour aller dans un cybercafé", explique António. Il peut compter pour l'instant sur la solidarité de ses amis qui lui offrent un repas par jour et lui prêtent des habits "pour être plus présentable". Avec l'espoir de trouver un jour un emploi.

Attaques de requins


Dessin de Chapatte, Suisse.

Depuis la dernière attaque d’un requin blanc début juillet, la cinquième en 10 mois, la peur gagne l’ouest de l’Australie. Les autorités ont fait fermer les plages, préconisent l’abattage systématique des grands squales à proximité des côtes et cherchent encore le corps du jeune surfeur de 24 ans, Ben Linden [tué par un requin le 7 juillet au large des côtes de Wedge Island, une île à l'ouest de l'Australie].
La vue d’un aileron glissant dans les eaux suscite toujours l'effroi. La plupart des articles sur ce genre d’incident s’accompagnent de spéculations sur la menace que représenterait cette espèce pour l’homme, et les hypothèses ne manquent pas pour justifier cette position : ils seraient plus nombreux (il y aurait entre 3000 et 4000 requins blancs mais ces estimations restent invérifiables), ils nageraient plus près des côtes, ou ils se tourneraient vers la chair humaine par manque de nourriture. Mais d’après la Fondation, aucune donnée ne prouve une augmentation du nombre de grands requins blancs; quant aux autres explications, elles ne sont pas crédibles.

“Les requins blancs réagissent à certains stimuli comme des mouvements dans l’eau ou des poissons rejetés à la mer, explique Peirce. "Et les êtres humains ne sont pas vraiment un mets de prédilection pour les requins, car contrairement à un phoque bien gras, nous sommes un mélange de tendons, de cartilages, de combinaison en caoutchouc et de planche de surf. Les attaques ont généralement lieu sur un malentendu. Le squale commence d’abord par goûter sa proie et décide ensuite de la manger ou non. Malheureusement la morsure d’un grand requin blanc de quatre mètres est souvent mortelle et une fois qu’il y a du sang dans l’eau le requin ne peut que réagir.”

Lire plus sur http://www.courrierinternational.com/article/2012/07/24/non-l-homme-n-est-pas-bon-pour-les-requins

Non au port du voile au J. O.!

Photo - Le fort de Brégancon - France

Autre citadelle imprenable, le fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas (Var). C'est la résidence d'Etat des présidents de la République française, notamment de Jacques Chirac, qui y est allé à de nombreuses reprises. Dressé sur un piton rocheux à 35m d'altitude, le fort est utilisé comme lieu de villégiature estivale.

Le fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas (Var). C'est la résidence d'Etat des présidents de la République française, notamment de Jacques Chirac, qui y est allé à de nombreuses reprises. Dressé sur un piton rocheux à 35m d'altitude, le fort est utilisé comme lieu de villégiature estivale.

Photo - Voiliers sur le Tage - Lisbonne


©Lusa

Voiliers sur le Tage - Lisbonne

lundi 23 juillet 2012

Massacre des juifs: tous les francais étaient gentils...

Le président François Hollande se recueille devant une plaque commémorative de la rafle du Vél d'Hiv le 22 juillet 2012 à Paris

François Hollande a reconnu à son tour dimanche que l'arrestation de milliers de juifs lors de la rafle du Vél d'Hiv, en juillet 1942, était un «crime commis en France, par la France», et a salué le «courage» de Jacques Chirac, premier président à l'avoir affirmé.
«Ce crime fut commis en France, par la France», a lancé le chef de l'Etat dans son discours prononcé sur les lieux du Vélodrome d'hiver, dans le XVe arrondissement de Paris.

-----

Eh oui, nous savions que tous les francais, pendant la guerre ont été tous beaux et résistants; qu'is n'ont pas collaboré avec les nazis et qu'ils "n'ont fait que leur devoir"... cela va sans dire... mais en le disant, c'est mieux... en fait, certains francais n'ont pas été à la hauteur des nazis, ils ont dépassé leur demande, évoluant à un niveau supérieur, détestable, allant au-delàs des exigences de l'occupation: ils ont livré, sans vergogne, des milliers de gens innocents aux affres de la torture!

Bravo au Pays des "droits de l'homme"...

JOANMIRA
Rio de Janeiro, le 22 juillet 2012

dimanche 22 juillet 2012

L'image du jour 22-07-2012

La flamme olympique rayonne sur Londres

La jeune skieuse et exploratrice Amelia Hempleman-Adams brandit la flamme olympique dans le ciel de Londres depuis “The London Eye”, la grande roue de la capitale du Royaume-Uni. REUTERS/Luke MacGregor

Photo - Baie de Saint-Jean-de-Luz

Baie de Saint-Jean-de-Luz - Illustration Jean-Daniel Chopin



Baie de Saint-Jean-de-Luz
SUD-OUEST FRANCE

Now, it's time to say goodbye


CIAO, CIAO, CIAO...

Amel Bent - "Mon légionnaire" - Video - Musique - Live

"Mon légionnaire"

Texte - "Introspection de bâteleur conscient"

Eh oui, Messieu'dames, vous
Avez devant vous l'homme le
Plus fort du Monde ; le plus
Beau, le plus intelligent, celui
Qui marche sur l'eau : en un mot :
Superman !

Qui a dit « Jésus » ? Qui est cet
Insolent ?
Vous me copierez dix-mille fois
« Oui, je crois en toi Vierge Pourrie
Mère de tous mes maux » !

Mais continuons le spectacle :
Eh oui, devant vous ce n'est pas
La Vierge, ce n'est pas Jésus, ce
N'est pas Moïse, ce n'est pas
Satan !

Vous ne devinez pas ?
Faites appel à vos neurones;
Qui peut être plus fort que tous
Ceux-là réunis ?

Vous ne devinez toujours pas ?!
Enfin voyons, un effort, plus
Fort que Superman que je ne suis
Pas !

Celui qui peut vendre son âme au
Diable !
Satan, Lucifer, Dracula...C'est
Diabolique, Messieu'dames...
Diabolique !

Vous donnez votre langue au chat ?
Mais non, encore un effort...
Et vous aurez la récompense
Suprême...

Une journée avec Lorrie ? Que Nenni
Ca mérite bien plus que ça !
Allez, un effort...
Eh bien...

Puisque vous ne trouvez pas, je vais
Vous le dire...Vous avez payé pour ça !
Devant vous se trouve un Homme
Vrai...
Il croyait réussir sa vie et croyait en
L'Avenir...il a a trimé très fort au long
De sa vie, mais, son but atteint, s'est
Rendu compte qu’elle ne
Ressemblait à rien. Et malgré les
Apparences, il s'est mis à douter.
« Qui a dit encore doute toujours ? »

Il ne fait que cela ! et plus il pense,
Plus il doute, de cette certitude qui
Le ronge à en devenir plus bête
Encore : C'est dur d'être conscient !

Mais voilà, il revient le super-homme,
Il croit à nouveau en lui. Il est fort
Il est beau, mais... Il ne marche
Toujours pas sur l'eau...

Mesdames zé Messieurs, bientôt le
Spectacle est terminé. A bas les
Masques, je vous ai tous trompés !
Non, j'avoue, je ne suis pas celui
Que vous croyez.

Je ne suis qu'un pauvre hère découragé
Par les bombardements de la vie.
Mes parents m'ont encensé ; je croyais
Etre le plus beau...Hélas j'étais loin de
La Réalité !

On me dit intelligent. Un peu
Peut-être...
Mais j'ai vu à mes côtés des gens
Brillants comme je ne serai jamais...

Quant à la force physique, bientôt
Je n'en aurai...
Je vous prie de m'excuser de vous
Avoir un peu fait rêver.

Mais c'est vrai, je suis onirique
La vie est ma réalité ;
Et je survis dans le Monde réaliste
Ou l'on n'a pas le droit d'être artiste.

En réalité, je vous le dis, j'ai peur.
J'ai peur de l'avenir et je crains
L'Inconnu.
J'aime très peu de gens, en fait...

Je ne suis pas avenant, c'est vrai
Et je vis avec la peur, une peur
Absolue
De perdre ceux que j'aime.

Autrement ?

Même pas peur !

Andorre, le 30 décembre 2011.
JMIRA

Patrick Bruel - Mon amant de Saint-Jean - Musique

"Mon amant de Saint-Jean"

Lucienne Delyle - "Mon amour de Saint-Jean" - Video - Musique

"Mon amour de Saint-Jean"

Texte - "Ne sois pas triste mon Ti'clown"

NE SOIS PAS TRISTE MON TI’CLOWN

Ne sois pas triste mon ti’clown
Tes larmes sont les miennes
Et quand tu pleures je suis
Malheureux.

J’ai au fond de moi nostalgie
Et tristesse ; détresse, même
Et tes pleurs me rendent
Malheureux.

Déjà, je ne vis plus pour moi
Exilé de la vie jolie et vraie,
Celle qui oublie les gens
Malheureux.

Ne sois pas triste mon ti’clown
Ta joie sera aussi la mienne
Souris à la vie et je serai enfin
Heureux.

Andorre, le 5 mai 2011
JMIRA

Texte - "Mes premières pensées pour mes dernières volontés"

Un jour, peut-être, cela arrivera;
Je partirai, triste, peut-être, car
Il m'en coûtera, sans doute, de
Quitter les êtres chers à moi...

Oh ce n'est pas sûr, mais cela peut
Arriver, un matin de grande froidure
Ou un soir d'été, soleil déclinant
Comme mes jours heureux.

Dernier coucher de l'astre...non
Départ de cet être qui se demande
Le pourquoi de son existence fait
De mille souffrances et quelque joie.

Peut-être l'on se questionnera
Sur le pour qui ou même pas;
Bon débarras...pour certains
Je les applaudis; c'est aussi bien !

Je ne sais pas mon existence.
Je m'en suis accomodé. Essayant,
D'aimer, parfois sans retour...
Qui saura lequel jour ?

Voilà, un jour, peut-être, je mourrai
Et avant ce jour-là, il me semble
Important de questionner le sens de
Ce non-aboutissement ressenti.

Lors de ce jour, plein de secrets
Partageront ma tombe; et des souvenirs
Resteront à ceux qui vivront. Mais,
Soyons pragmatiques : je suis éternel !

Comme vous... in memoriam

Néanmoins, si de funèbre destin une
Vie peut s'achever, sans que l'on n'y
Soit pour rien, je voudrais au moins
Vous dire qu'au-delà je vous aimerai.

Et tant qu'on y est et par la même occasion
Sachez que je ne voudrais avoir ce destin
De ma Tante tant aimée: être incinéré...
Les flammes m'ont glacé le sang !

J'apprécierais d'être enterré dans un petit
Cimetière de village, simple, tranquille
Où mes amis viendront me rendre visite
Quelque fois, de temps en temps.

J'y reposerai, heureux, et vous verrai l'oeil
Malicieux, plaisantant sur ce repos bien
Mérité, car je pense qu'il en sera ainsi.

JMIRA.
Andorre, 21 janvier 2011.

Texte - "Rêver, cela fait du bien"





J’errais guilleret comme tous les jours dans cet univers apaisé et enfin atteint.
Je saluais, ca et là de vieux et doux amis du ciel ; mort enfin, j’étais épanoui.
Copines, les planètes, comètes et étoiles; ami,
le printemps rayonnait au-dessus des nuages, dans un coin d’azur electrique et magnétisé; la terre, calme et belle ronronnait au soleil sous des accords de Gershwin...
Alors, au détour d’une comète, je ne sais pourquoi,
m'est venu un souvenir de ma vie matérielle; 
sensation très forte, de celles qui surprennent,
effraient et apaisent à la fois ; sorte d’étrange
sentiment de connaître un lieu singulièrement
familier sans jamais s’y être rendu.
Et, tout-à-coup, sans savoir pourquoi, ais-je
été rendu au passé et transporté, ou téléporté,
dans la très belle et regrettée année 1968...
Rentrant d’une fête, à pied comme il se doit dans ces
temps-là, engagé dans les derniers hectomètres
de « Bel-Air », dans un sentier en terre battue, bordé
d’acacias en voûte, dans la vraie obscurité d’une nuit
sans lune, ais-je eu la prémonition de ne pas être seul,
même si sous mes pas quelques gravillons improbables
éclipsaient par intervales le chant des grillons et
quelques plaintes de chouettes lointaines.
Mais, soudain, tout bruit familier s'arrête; je fis de même;
l’Espace devenu profond et insondable me fait frissonner ;
ce chemin, tant de fois parcouru…et cette 
sensation inquiétante jamais auparavant éprouvée ...

Perception palpable, le cœur s’accélère, la respiration devient
haletante, vous étrangle peu à peu et l’inquiétude vous gagne;
plus rien n’est maitrisable et le sentiment de frayeur vous
envahit sans avertissement préalable…
Retenant la respiration, tendant les muscles, dans un dernier
sursaut, regardant en arrière…effectivement la
« Chose » est là à quelques pas d’homme, d’une couleur
vive et rougeoyante.
Comme si elle m'observait, sphère immobile en silence… elle
tressaillit soudain, me passe au-dessus de la tête  à une vitesse vertigineuse, et disparaît dans les profondeurs du ciel  sans pouvoir évaluer ni sa taille ni sa vitesse...
Une chose est sûre, elle allait drôlement vite et les derniers mètres franchis jusqu’à « Bel-Air » ont été eux-aussi franchis à très grande vitesse et resteront à jamais  gravés dans ma mémoire.
Aujourd’hui encore, la question reste sans réponse ; était-ce un
phénomène météorologique, sensitif, mystique, philosophique, religieux ? Je préfère situer tout cela dans le domaine de l'onirisme: rêver cela fait du bien !
Rio de Janeiro, 22 de junho de 2012.
JOANMIRA 

Benfica Foot : Witsel est déjà en grande forme - Video

Axel Witsel a participé au succès de Benfica face au Slask Wroclaw (4-2), avec une passe décisive superbe pour Cardozo. La vidéo.

Benfica a disposé du Slask Wroclaw, champion de Pologne, sur le score de 4-2, à Wroclaw. Grâce à ce succès, auquel Axel Witsel a participé jusqu’à la 90e minute avant d’être remplacé, les Portugais joueront la finale de ce tournoi amical contre le PSV.
Le Belge s’est fait remarquer par un assist de toute grande classe pour Cardozo.

samedi 21 juillet 2012

Canada: Étudiants sous haute surveillance


Étudiants sous haute surveillance

Yalda Machouf-Khadir, la fille du député de Québec solidaire, était de retour en cour hier avec une soixantaine d’autres co-accusés.

Fouille à l’entrée, présence accrue de constables spéciaux, application rigoureuse des règlements : c’est sous haute surveillance qu’une soixantaine de militants de la cause étudiante ont comparu hier matin au palais de justice de Montréal.
Des dizaines de personnes s’entassaient en matinée dans un couloir du palais. Au moins cinq constables spéciaux étaient postés aux portes de la salle, afin d’éviter tout débordement.
Certains des militants présents au palais de justice y étaient pour comparaître, d’autres en support à leurs amis accusés.
Mais tous les curieux n’ont pas pu assister aux comparutions. Plusieurs ont en effet dû patienter à l’extérieur, la salle d’audience affichant complet.
Ceux qui n’étaient pas vêtus convenablement se sont vu refuser l’accès à la salle, où les comparutions s’enchaînaient rapidement.
Diverses causes
Parmi les accusés, une trentaine ont été impliqués dans le saccage au cégep du Vieux-Montréal. Plus de vingt ont participé au blocus du pont Jacques-Cartier.
D’autres étaient aussi présents pour le vandalisme au bureau de la ministre de l’Éducation et à l’Université de Montréal.
Yalda Machouf-Khadir, la fille du député de Mercier, figurait dans la liste des accusés. La jeune femme fait face à des accusations de complot, introduction par effraction, vol, voies de fait et bris de condition.
École
Alors que plusieurs étudiants pourraient retourner sur les bancs d’école dès le mois d’août, certains devront faire modifier leurs conditions.
En effet, la majorité d’entre eux sont dans l’interdiction de se retrouver près d’une institution d’enseignement.
« On attend que ce soit officiel que l’école recommence à une date précise. À ce moment, on va s’arranger pour qu’ils puissent assister à leur cours », explique Francesca Cancino, l'avocate stagiaire à la défense.
LE JOURNAL DE MONTREAL

Canada: Néolibéraux, dehors!!!


manif

Même en pleine chaleur de juillet, la maintenant traditionnelle manifestation nationale du 22 de chaque mois ne fera pas relâche dimanche, alors que des milliers de personnes prévoient déambuler dans les rues de la métropole pour protester contre la hausse des droits de scolarité et la loi spéciale du gouvernement Charest.
Organisée par la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), la manifestation se déroulera sous le thème « Le 22 juillet, les néolibéraux... DEHORS! ». « Ensemble, profitons du 22 juillet pour dire non aux mesures néolibérales telles que la hausse des frais de scolarité », peut-on lire sur la page Facebook de l’événement.
Le rassemblement devrait débuter à 14 h, à la place Émilie-Gamelin. Des représentants de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ont confirmé qu’ils se joindront au groupe.
Fidèle à ses habitudes, la CLASSE n’a pas l’intention de remettre le trajet de la marche au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).
En ce qui concerne le nombre de manifestants, l’organisation a préféré ne pas s’avancer sur l’ampleur que prendra la marche. « C’est toujours un peu difficile de savoir, surtout que c’est l’été », a expliqué Jeanne Reynolds en entrevue. Elle croit que le retour en classe qui approche risque d’inciter bon nombre d’étudiants à prendre d’assaut la rue à nouveau.
La CLASSE mise également sur le fait que la marche soit un dimanche pour attirer plus de participants. « On peut s’attendre à une bonne participation », a fait remarquer Jeanne Reynolds, faisant référence au 22 juin dernier, une marche qui avait attiré plusieurs milliers d’étudiants (150 000, selon les estimations de la CLASSE), et ce, malgré la période estivale.
Samedi après-midi, plus de 6 500 personnes avaient répondu positivement à l’invitation Facebook.
Alors que les rumeurs d’élections tendent vers le déclenchement d’une campagne électorale le 1er août prochain, la CLASSE profitera de la manifestation de dimanche pour afficher clairement son opposition aux idées néolibérales. « On s’attaque plus particulièrement au néolibéralisme, une doctrine économique enracinée profondément dans la société, qui crée des inégalités sociales », a confirmé la coporte-parole de la CLASSE.
Si une campagne électorale a lieu le mois prochain, la CLASSE affirme qu’elle se battra contre des idées plutôt que contre des partis politiques. « Nous, c’est contre ça qu’on se bat », a soutenu Jeanne Reynolds.
Deux autres manifestations étudiantes sont prévues dimanche à l’échelle de la province. Celle de Québec quittera l’Assemblée nationale à 13 h, tandis que la marche de Trois-Rivières s’amorcera à midi au parc Laviolette.
LE JOURNAL DE MONTREAL

DSK, le nouveau soda aphrodisiaque



Un hasard ou un beau coup de marketing?
Il fallait l’oser! DSK, c’est la nouvelle boisson... aux vertus aphrodisiaques. "Drink Safran Kiwi" espère bien profiter de l’ambiguïté de ce sigle pour marquer les esprits.
Non, la nouvelle boisson de l’été ne s’appelle pas "Dominique Strauss Kahn" (encore heureux), mais bien "Drink Safran Kiwi". "DSK", c’est le résultat d’une alliance entre deux amis: Patrice Guillard (cultivateur de safran dans le Cher) et Stéphane Briault (ancien entrepreneur informatique dans la Creuse). Ce soda est, comme son nom l’indique, composé de kiwi et de safran. Les fruits sont bios et proviennent de l’Adour. La boisson de luxe 100% naturelle ressemble au champagne avec ses bulles très fines. Le goût est sucré et laisse au palais un parfum de safran, ingrédient connu pour ses vertus aphrodisiaques.
Dix mille bouteilles seront commercialisées dans les jours à venir sur l’aire des Monts de Guéret (RN145) et d’autres points de vente français, dont certaines boîtes de nuits parisiennes.
Un hasard ou un beau coup de marketing? En tout cas, "les gens aimeront ou n’aimeront pas, mais une chose est sûre : ils s’en souviendront !", explique Stéphane Briault.
LA LIBRE BELGIQUE

La NASA veut reproduire l'odeur de l'espace



L'espace a une odeur. "A Chaque fois que j’ouvrais la porte du sas pour accueillir mes collègues de retour de sortie dans l’espace, une odeur très particulière titillait mon odorat", avait raconté Don Pettit après avoir séjourné du 23 novembre 2002 au 3 mai 2003 à bord de l’ISS. "J'ai remarqué que cette odeur était sur ​​leur costume, casque, gants, et des outils", avait-il poursuivi.
Certains la comparent à celle d'un "steak trop cuit", à du "métal chaud", ou encore des "émanations de soudure", selon les propos rapportés par The Atlantic. Bref, un fumet qui pas des plus agréables. Pour ne pas que ses astronautes soient surpris, la NASA veut les y habituer. Avec l'aide du chimiste Steve Pearce, l'agence américaine tente donc depuis plusieurs années de les recréer.
Le chimiste n'a pas été choisi par hasard. C'est un peu le spécialiste des "odeurs de l'impossible". Il y a quelques années, il avait reproduit l’odeur de la station spatiale Mir. Il la décrivait comme ceci: "Imaginez la transpiration de pieds et une odeur corporelle rance mélangez avec du dissolvant et de l’essence". Grâce à ses recherches, menées avec la NASA, il pourrait, à l'avenir, être possible de recréer l’odeur de la Lune, de Mars ou d'un endroit de l'Univers bien plus lointain, affirme Science in a can relayé par Slate. Cela fait rêver. Cependant, le fonctionnement de l'odorat dans l'espace reste des plus mystérieux, ce qui limite la simulation des odeurs.
LA LIBRE BELGIQUE

Vieilles photos - L'Eglise de Saint-Médard vers 1900




L'Eglise de Saint-Médard vers 1900

Vieilles photos - Paris - Le Pont Neuf et l'Ile de la Cité



Le Pont Neuf et l'Ile de la Cité. Vue prise du Louvre

vendredi 20 juillet 2012

L'image du jour 20-07-2012

Collision mortelle en Inde
Opération de sauvetage sur les lieux du déraillement d’un train, près de Vidarbha Kasara, à environ 100km de Mumbai, ce 20 juillet 2012. Trois personnes ont été tuées et 55 blessées après une collision entre le Vidarbha express et un train de banlieue. REUTERS / Danish Siddiqui

USA : Fusillade meurtrière au cinéma, 12 morts


Le cinéma où Batman était diffusée en première, le 20 juillet 2012

C'était le 20 avril 1999. A l'école secondaire Columbine de Littleton, dans le Colorado, deux lycéens ouvraient le feu sans distinctions sur les étudiants en train de déjeuner, avant de se suicider. Bilan du massacre : 15 morts, dont les deux tueurs, et 24 blessés. Le cauchemar de Columbine est revenu hanter les Etats-Unis dans la nuit de jeudi à vendredi dans la banlieue de Denver, à seulement quelques kilomètres du carnage.

Un tireur solitaire a fait feu dans un cinéma bondé de la ville d'Aurora, lors d'une séance de première du dernier Batman, « The dark Knight rises », tuant au moins 12 personnes et en blessant une cinquantaine. Selon Dan Oates, chef de la police d'Aurora, des témoins ont indiqué que le tireur avait lâché ce qui pourrait être une bombe lacrymogène ou fumigène : « ils ont entendu un sifflement, puis une sorte de gaz est apparu et le tireur a ouvert le feu ». Le chef Oates a démenti la présence d'un deuxième assaillant, dont de premières informations de presse avaient fait état.

Le responsable policier a indiqué qu'une perquisition était en cours au domicile du suspect, un certain James Holmes, qui avait assuré disposer d'explosifs à son appartement. L'immeuble a été évacué. Un porte-parole de la police, Frank Fania, a déclaré à CNN que le tireur était un homme d'une vingtaine d'années, muni d'un fusil et de deux armes de poing et qui portait un gilet pare-balle. Selon des responsables policiers s'exprimant sur des télévisions, le suspect a été interpellé sur un parking derrière le cinéma et n'a pas opposé de résistance.

"Baissez-vous !"

L'attaque a débuté au beau milieu d'une scène de fusillade du film, ce qui a ajouté à la confusion, puis à la panique générale, selon des témoins interrogés par des télévisions. « On a juste continué à regarder le film pendant un moment », a indiqué à ABC un témoin, identifié uniquement comme « Jack ». Puis, réalisant que quelqu'un tirait réellement dans la salle « tout le monde a commencé à paniquer ».
Les gens ont ensuite commencé à quitter le cinéma en courant et il y a eu des coups de feu alors que les policiers arrivés sur les lieux criaient « baissez-vous », selon un autre témoin, Banjamin Fernandez, 30 ans, cité par le Denver Post.
La présence de nombreux fans déguisés aurait pu permettre au tueur de se fondre plus facilement dans la foule, certaines informations ayant indiqué qu'il portait également un masque à gaz. Des dizaines de véhicules de police et de secours ont convergé sur place dans la nuit, prenant position tout autour du multiplexe. Selon le chef Oates, dix des victimes sont décédées sur place, et quatre autres ont succombé des suites de leur blessures à l'hôpital.
L'équipe du film « The dark knight rises » a suspendu vendredi à Paris sa tournée de promotion après la fusillade sanglante de Denver.

jeudi 19 juillet 2012

Canada: Loi 78 - Libertées fondamentales menacées!

47e manifestation nocturne_13La loi spéciale du gouvernement Charest, adoptée en mai dernier afin d’assurer le retour en classe des étudiants, porte atteinte à des libertés fondamentales garanties par la Charte des droits et libertés de la personne, a tranché jeudi la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.
« L'analyse détaillée de la Loi permettant aux étudiants de recevoir l'enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu'ils fréquentent, rendue publique aujourd'hui [jeudi], confirme les sérieuses inquiétudes que la Commission avait émises le 18 mai dernier lors de l'adoption du projet de loi 78 par l'Assemblée nationale », a indiqué la Commission, jeudi, dans un communiqué.
Selon l’organisme, plusieurs articles du projet de loi 78, adopté officiellement sous l’appellation « loi 12 », sont contraires à la Chartre, notamment l’article 14, qui interdit tout rassemblement à l'intérieur d'un édifice où sont dispensés des services d'enseignement, sur le terrain ou dans un rayon de 50 mètres des limites externes de celui-ci.
Comme les articles 12 et 13, cet article porte atteinte « à la liberté de conscience des personnes visées en les obligeant à passer outre à leur sentiment de solidarité et à leur conviction », a déploré la Commission.
Quant aux articles 16 et 17, qui obligent les organisateurs et manifestants d’un rassemblement de 50 personnes et plus à fournir leur itinéraire aux policiers, la Commission estime également qu’il porte atteinte aux libertés d'expression et de réunion pacifique.
L’organisme montre aussi du doigt les articles 18 à 31, notamment en raison « de la sévérité des sanctions » imposées aux personnes qui contreviendraient à des dispositions de la loi 78. En effet, la loi prévoit des amendes pouvant aller jusqu’à 5000 $ pour les individus, jusqu’à 35 000 $ pour les représentants des associations étudiantes, et jusqu’à 125 000 $ pour les associations étudiantes ou autres organismes qui organiserait une manifestation.
La Commission estime en outre que ces articles soulèvent des doutes « quant à ce qui est permis ou non ».
La Coalition large pour une association syndicale étudiante (CLASSE) a salué le travail de la commission. « Il est très encourageant au plan juridique de voir que la Commission des droits de la personne partage notre analyse de la loi spéciale. Cela nous donne bon espoir d'avoir gain de cause devant les tribunaux pour la faire invalider », a déclaré jeudi Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de la CLASSE.
« Il s'agit bel et bien d'une loi injuste et répressive, en plus d'être carrément anticonstitutionnelle. Jean Charest doit se rendre à l'évidence et abroger sa loi spéciale », a-t-il poursuivi.
La Clinique juridique Juripop a de son côté souligné l'importance de la position adoptée jeudi par la commission, dont les commentaires appuient selon elle l'essentiel des arguments plaidés par ses avocats, qui représentent la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ).
Devant les tribunaux
La Cour supérieure du Québec avait rejeté en juin la requête des associations étudiantes qui demandaient de suspendre temporairement certaines dispositions de la loi. Ces dernières ont demandé l'autorisation d'en appeler du jugement.
La Cour d'appel a entendu mercredi soir la requête pour permission d'en appeler du jugement rejetant le sursis de certaines dispositions de la Loi 12, et a pris la requête en délibéré.
La Cour supérieure devrait entendre au cours des prochains mois la requête en nullité de la Loi 12 présentée par les associations étudiantes et d'autres regroupements.
LE JOURNAL DE MONTREAL

Afrique du Sud : Mandela souffle ses 94 bougies

Nelson Mandela fête ses 94 ans ce mercredi 18 juillet 2012 "HAPPY BIRTHDAY BROTHER MANDELA"

Alors que l'Afrique du Sud a fête ce mercredi le 94ème anniversaire de Nelson Mandela, surnommé Madiba, les festivités ont commencé tôt dans la matinée. Dès 8 heures (heure locale), tous les écoliers - plus de 12 millions d'enfants - ont en effet chanté un « joyeux anniversaire » spécial, doublé par un « we love you tata » (nous t'aimons père) en l'honneur du premier président noir du pays. Les radios ont, quant à elle, retransmis leurs propres chansons à la même heure. Tous les habitants du pays ont été par ailleurs invités à multiplier les bonnes actions tout au long de la journée pour rendre hommage à ce grande homme incarnant la paix.
Cliquez ici !

La "Mandela Day"

A l'initiative de sa fondation, le 18 juillet est devenu le « Mandela Day » (Journée Mandela), une journée désormais reconnue par l'ONU comme un appel mondial à consacrer 67 minutes de son temps à aider ses semblables, conformément aux valeurs défendues par l'icône de la lutte contre l'apartheid. Ces quelques minutes consacrées à repeindre une école, nettoyer un parc ou aider les pensionnaires d'un hospice sont censées représenter les années que Nelson Mandela a consacrées à son combat politique.
Forte de cette initiative, l'université du Witwatersrand (Wits) de Johannesburg – où Mandela a suivi ses études de droit - a même surenchéri en appelant ses étudiants à se mobiliser pendant 94 minutes. Désireuse de donner l'exemple, la chef de l'opposition Helen Zille a, elle, suivi une patrouille de nuit dans un quartier terrorisé par des gangs au Cap, tandis que Bonang Ngwenya, numéro 2 de la police, devait remettre des fauteuils roulants à des enfants handicapés.
Les messages de voeux venus d'Afrique du Sud et de l'étranger se multiplient également. Le président américain Barack Obama et son épouse Michelle ont notamment rendu salué sa « volonté de fer », son « intégrité sans faille » et son « humilité ».
FRANCE SOIR

Les Portugais, extinction prévue en 2204 ?


Une rue de Monsaraz, dans la région de l'Alentejo (sud du Portugal). Crédit : Danita Delimont.
Le Portugal se vide de ses habitants. La population vieillit, les naissances déclinent et l’immigration freine. Sans parler de la crise qui pousse les jeunes diplômés à aller chercher un avenir meilleur ailleurs.

e titre est volontairement provocateur. Exagéré, aussi. Mais l'objectif est d'attirer l'attention sur une menace sérieuse pour le Portugal. Car la population portugaise a diminué en 2010, puis de nouveau en 2011, et tout indique que cette tendance va se poursuivre. Ces deux dernières années, avec un solde naturel (la différence entre les naissances et les décès) et un solde migratoire (celle entre immigration et émigration) tous les deux négatifs, le Portugal a perdu 85 000 habitants.
La population n'avait plus reculé depuis le début des années 1990. Le solde naturel n’avait été négatif qu’une fois, en 2007 mais il avait été compensé par l'immigration. C'est depuis 2010 que l'on constate un tournant vers une tendance durable. Les mauvaises nouvelles se succèdent sur le front démographique, que ce soit en termes de natalité ou de mouvements migratoires.
Selon les derniers estimations disponibles (fondées sur le nombre de test de Guthrie pratiqués sur les nouveaux-nés), une nouvelle baisse des naissances est attendue cette année. En 2011, le pays en a enregistré 97 000, soit le chiffre le plus bas depuis des décennies, et il pourrait chuter de nouveau en 2012, pour s'établir à 89 000.
Parallèlement, les décès se sont toujours maintenus au-dessus de la barre des 100 000 par an : 104 000 en moyenne depuis 2007. Des chiffres qui ont grevé le solde naturel qui était de - 6 000 en 2011, et qui pourrait passer à - 12 000 cette année si la tendance se confirme.
Lire la suite sur presseurop.eu