Nombre total de pages vues

jeudi 30 mai 2013

Un astéroïde va frôler la Terre vendredi

Photo d'illustration.
Même si cet astéroïde baptisé 1998 QE2 ne représente aucune menace pour la Terre, les astronomes le scruteront de près afin de percer les secrets de ces visiteurs célestes. «L'astéroïde 1998 QE2 est une cible de grand intérêt pour le radio télescope de Goldstone en Californie et le télescope d'Arecibo à Porto Rico. Nous espérons obtenir des images de haute résolution qui pourront révéler un grand nombre de caractéristiques de sa surface», explique l'astronome Lance Benner, principal responsable scientifique du radar de Goldstone au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena (Californie).
«Chaque fois qu'un astéroïde s'approche aussi près de la Terre, il offre une importante occasion scientifique de l'étudier en détails pour comprendre sa taille, sa forme, sa rotation et les caractéristiques de sa surface. Tout cela peut nous éclairer quant à ses origines», poursuit-il.
Calculer sa trajectoire future
«Nous allons également utiliser de nouvelles mesures pour réévaluer sa distance par rapport à la Terre et sa vitesse. Cela permettra d'améliorer les calculs de son orbite et de sa trajectoire loin dans le futur», précise l'astronome.
L'astéroïde s'approchera au plus près de la Terre le 31 mai à 22h59 (heure suisse), indique la Nasa. L'astéroïde 1998 QE2 a été découvert le 19 août 1998 par des astronomes du programme de recherche des astéroïdes proches de la Terre au MIT (Massachusetts Institute of Technology) près de Socorro au Nouveau Mexique.
Le 15 février, un astéroïde de 45 mètres de diamètre avait frôlé la Terre sans faire de dégâts, passant à 27'000 km soit moins que l'orbite de certains satellites. Le même jour une météorite s'était désintégrée dans l'atmosphère au-dessus de la Russie, blessant un millier de personnes.
 
LA TRIBUNE DE GENEVE 
 

mardi 28 mai 2013

Texte - Le joli mois de mai!

 
En ce joli mois de mai, j’ai tout perdu ! 
J’ai perdu la finale de « l’Europa League », j’ai perdu le championnat et coupe du Portugal ; j’ai perdu le championnat de rugby, j’ai perdu la « Neineken cup » du même sport, j’ai perdu beaucoup d’argent au profit de quelques uns qui continuent à voler ma seule source de revenu : mon salaire… J’ai perdu Rio, j’ai presque perdu l’espoir et  j’ai tout-à-fait perdu l’envie d’écouter « Johnny » ; (ca au moins ce n’est pas de la perte sèche…),  mais j’ai continué à perdre beaucoup de choses qui me tenaient à cœur… J’ai perdu des intellectuels et artistes, j’ai perdu quelques kilos au Brésil ; j’ai perdu quelque confiance de ma hiérarchie qui s’est dit que, finalement, le mec n’est pas si fiable ! 
Depuis quelque temps j’ai commencé à moins perdre : un peu moins de stress et tristesse et, il y a quelques petits frémissements qui me laissent imaginer l’arrêt de la scoumoune : je ne perds plus au jeu, puisque je n’ai jamais joué ; j’ai gagné une nouvelle ville, j’ai même retrouvé des amis disparus depuis la « nuit des temps ». 
Et je continue à travailler et, ainsi, ne pas mourir de faim ; 
Et ma « hiérarchie » ne m’ignore pas, me harcelant et me donnant, par là, la preuve de mon existence; je m’éclate et jubile en pensant aux andouilles et crétins qui me gouvernent et souris en pensant au supplice que le Peuple pourrait leur infliger… maigre consolation, il est vrai, mais le moral est fait souvent de si petites choses… 
Et je jouis en écoutant Louis et son «What a wonderfull world » ! 
Et, parfois, je suis aussi même un peu fier en pensant à mes enfants et petits ; ils sont beaux, généreux, respectueux et leur souvenir accompagne constamment ma vie.  
Il me reste une dernière course à gagner: un contre-la-montre difficile qui me mènera a la gloire éternelle avec l’arrivée d’une « Maya » ! 
En attendant, je souris… 
Merci de m’avoir lu. 
Bordeaux, le 28 mai 2013. 
JoanMira

Sting & Steevie Wonder - Fragile

"Fragile"

Texte - Et si je n’étais pas éternel ?

J’avais un copain d’école, je ne sais ni à quelle époque, ni dans quel Pays ou école, qu’on appelait « la fillette »… Je ne me souviens plus de son nom ;  seul j’ai présent son souvenir de garcon délicat qui n’aimait pas trop se joindre aux jeux de brutes auxquels nous nous livrions quand nous en avions le temps, c’est-à-dire, tout le temps! 
Je transportais ma petite sœur, Christine, à l’école des filles (eh oui, en ce temps-là c’était comme ca) et, entrais alors dans le domaine, mon royaume à côté du parvis de Saint-Vincent… 
Toute la frustration d’une vie familiale moins réussie se réglait là ! Entre deux cours à Saint-Vincent, c’était « yo pour le roi » une espèce de jeu de pelote stupidement adapté aux règles des « costauds »… Valait mieux être viril car il ne s’agissait pas simplement, au milieu de la confusion, de « chopper » la balle : encore fallait-il ne pas se la faire prendre par le costaud d’andouille et la « tabassée » qui pouvait s’en suivre... 
Ce jeu, au demeurant intéressant, finissait invariablement par une intéressante bagarre générale interrompue par la sonnerie indiquant la fin de la « récréation »…  
Comme je comprends, aujourd’hui, que la « fillette » ne voulût point se joindre à ce jeu « à la con » ; si j’avais pu saisir à l’époque son intelligence, peut-être que je n’y aurais jamais participé… 
La « fillette » (j’en ai marre, je l’appellerai Jean désormais) subissait  les sévices de cette virilité campagnarde sans  mot dire… je le comprenais mais ne m’empêchais pas de me placer du côté des « hommes »… J’ai un grand regret rétrospectif : ne pas m’être opposé à la bande de brutes dont je faisais partie… 
Parfois, le mercredi surtout, nous aérions notre esprit en allant jouer au « ruby » du côté du Gond… Avec mes frêles 65 kilos, je ne faisais pas trop le poids ni le fier ; mais je jouais, quand-même, profitant de la vitesse pour éviter les affrontements ; et cela marchait, jusqu’au jour où, sur un terrain très probablement boueux, après quelques feintes de passe, regardant à gauche et à droite, je suis venu m’empaler sur un mamouth qui, (d’après Jean qui assistait au "spectacle"), traînait à cet endroit, immobile,  depuis pas mal de temps, dans l’espoir d’attraper la brêle qui se présenterait ! Et ce fut moi… le coup de corne fut si rude que j’ai dû reculer de beaucoup de mètres… 
Mais... dans l’enthousiasme de la narration, j’ai complètement le pourquoi de cette publication : « Et si je n’étais pas éternel ? »… 
Excusez-moi, je pense vivre au moins jusqu’à toute à l'heure pour vous raconter la suite … 
Bordeaux, le 28 mai 2013. 
JoanMira

lundi 27 mai 2013

Alain Bashung - "Gaby" - Video - Musique

 
"Gaby"
 
Hoje foi um daqueles dias de felicidade em que reencontramos o passado; o dia de trabalho decorria igual a muitos outros, europeus, mornos... quando, a juvenil silueta chegou ao meu gabinete... Não, não estava sonhando, era a Gaby, que conheci ha anos atraz em Franca, e que irradiava a minha sala. Gaby estava ali e eu, estupectufacto de felicidade, recordava a sua infância como amo uma Mariana.
 
Não sou seu pai e, explicar o seu percurso, é uma tarefa ardua ; tanto eu como ela tinhamos lacos tão estreitos que nos adoravamos como pai e filha e, eis, que sem anuncio qualquer, elea reaparece na minha vida. Claro que trocamos telemoveis, direccões, simpatia e promessas de, rapidamente, festejar condignamente o feliz reencontro... 
 
E depois questionem o "Cara do Corcovado" para saber se sou maluco... 
 
 
Bordeaux, 27 de maio de 2013.
 
JoanMira

dimanche 26 mai 2013

Football - Au Brésil, les supporters désertent les stades

Photo Rupert1987/Flickr.

Les confrontations de la première phase du championnat de l'Etat de São Paulo [le Paulistão, le plus ancien et le plus relevé du pays] entre les trois grandes équipes de la capitale, le FC São Paulo, Corinthians et Palmeiras, attirent de moins en moins de public au stade. Cette année, le Trio de Fer compte en moyenne 25 000 supporters par match, soit 3 000 de moins par rapport à 2012.
La chute est encore plus forte si on se réfère aux chiffres de 2008 : 20 000 de moins. Le prix des billets, le manque de confort, la violence dans les stades, la concurrence avec la télévision à la demande et le calendrier inadapté du championnat sont quelques uns des motifs qui expliquent la désertion du public.
"Impossible de trouver des toilettes propres et de manger un bon sandwich", se lamente Fábio Helfstein, qui, depuis trois ans, partage avec son frère les frais de la télévision à la demande. De 2004 à 2007, ce jeune architecte s'est rendu à tous les matchs de la Copa Libertadores [la Ligue des champions latino-américaine] du FC São Paulo. Puis, il s'est contenté de rester sur son canapé.
Selon Premiere FC, la chaîne du groupe Globo qui retransmet les matches à la demande, Helfstein n'est pas le seul dans ce cas. L'an dernier, il y a eu une augmentation de 9% du nombre d'abonnés pour les matches du Paulistão.
Tous ces éléments font que le Brésil se retrouve seulement au quinzième rang mondial en nombre moyen de spectateurs avec 12 900 personnes par match. En Allemagne, premier de ce classement, ils sont 45 000 en moyenne, et même aux Etats-Unis, un pays qui s'est ouvert au football tardivement, les matches parviennent à réunir 18 700 supporters en moyenne.
Malgré l'augmentation des abonnements à la chaîne, un stade plein est préférable pour Premiere FC car "le spectacle est plus beau et plus rentable", assure Marcos Botelho, l'un des dirigeants du média. Des gradins remplis sont également souhaitables pour les équipes. "On ne peut que se donner à fond quand les supporters sont nombreux, qu'ils crient notre nom et qu'ils chantent l'hymne du club", souligne le milieu du FC São Paulo, Paulo Ganso.
Le prix du billet a quadruplé en dix ans
Les supporters qui préfèrent désormais le canapé justifient ce choix par le contexte actuel. "A une époque, j'étais membre des Gaviões [l'un des clubs de supporters des Corinthians] et je collectionnais les billets d'entrée, j'en avais des centaines", raconte le publicitaire Stefan Menon. Depuis trois ans, il s'est tourné vers la TV à la demande par peur d'aller au stade. Lors de la Copa Libertadores de 2006, il s'en était même échappé quand les fans avaient affronté la police militaire.
Valdecir Fossaluza, 53 ans, a lui aussi déserté le stade de Palmeiras - ses enfants lui ont offert l'abonnement TV. "Mon père fait partie de ceux qui se sentent mal dès qu'ils voient de la violence dans un stade", affirme son fils Vinícius. Les justifications de Menon et Fossaluza pour s'éloigner des stades confirment une étude réalisée cette année qui a identifié 17 raisons pour lesquelles les Brésiliens ne vont plus voir de football. Dans l'ordre, on peut citer la mauvaise qualité des stades, le prix des billets, la possibilité de voir les matches à la télévision et la violence.
Selon le cabinet de consultant Pluri, de 2003 à 2013, le prix moyen du billet le moins cher est passé de 9,50 à 38 reais [3,6 à 14,5 euros] au Brésil. "N'importe quel secteur économique tend à baisser les prix quand la demande est faible. Mais le football a cette particularité d'aller contre la loi de l'offre et de la demande", observe Fernando Trevisan, directeur d'une agence de marketing sportif. Pour le président de Palmeiras, Paulo Nobre, cela ne sert à rien de se contenter de baisser le prix des billets : "le stade ne sera pas plein pour autant". Roberto Natel, l'un des dirigeants du FC São Paulo va dans le même sens. "Nous avons réservé plus de 10 000 places à 10 reais pour des matches, dans le secteur famille, sans que cet espace se remplisse. L'explication réside plus dans le degré d'importance du match."
"Rééduquer les supporters"
Le Brésil est à la tête du classement des morts découlant de la violence dans le football pointe le sociologue Mauricio Murad, auteur d'un ouvrage sur le sujet. "A court terme, il faut plus de répression et à moyen terme, de la prévention afin de parvenir à long terme à rééduquer les supporters", affirme-t-il. "Il n'est pas nécessaire d'en finir avec les clubs de supporters, encore moins faire le choix du canapé comme seule alternative. On peut essayer de trouver un équilibre."
En quête de de ce dernier, Marco Yamada, gestionnaire d'entreprise, et Rogério Gois, kinésithérapeute, ont déjà assisté à près de dix rencontres cette année. S'ils reconnaissent que la violence existe, ils tiennent à se montrer optimistes. "Tout est en train de s'améliorer depuis quelques temps. Sur la violence, on a voulu créer un tabou. Mais si vous allez au stade, vous verrez des enfants et des familles", estime Gois. L'ingénieure Lívia Boccia le rejoint sur l'idée de "tabou de la violence". "J'ai été surpris par l'interaction du public. Vous devez être prudent, bien sûr, mais c'est le cas dès qu'il y a foule, comme dans un grand spectacle."
Le prix payé par les supporters est une petite part des recettes des clubs, qui gagnent plus d'argent avec la TV à la demande. Concernant le Trio de Fer, le pourcentage provenant de la billetterie ne dépasse pas les 10%, tandis que les droits TV atteignent les 40%. Les Corinthians, premiers en termes d'affluence dans les stades et d'entrées financières, ont récolté 358,5 millions de reais en 2012 [138 millions d'euros environ]. En Europe, les droits TV sont également représentatifs.
Au Real Madrid, l'équipe qui compte le plus de revenus, avec au moins 500 millions de reais par an [192 millions d'euros environ], 39% des recettes proviennent de la TV. La différence réside surtout dans le fait que la billetterie compte plus au Real Madrid. Elle y représente 25% des recettes. "Là-bas, les billets coûtent parfois cinq fois plus chers qu'ici, mais le public s'y rend car il sait qu'il bénéficiera de services en plus pendant le match", affirme Pedro Daniel, consultant.
Pour l'universitaire Luis Filipe Chateubriand, les supporters de canapé sont seulement un symptôme du fait que la qualité du spectacle est en baisse au Brésil. "Mais les gens ne vont pas arrêter de regarder des matches, simplement ils n'iront plus dans les stades."
 
COURRIER INTERNATIONAL

Canada • Le maire de Toronto fume-t-il du crack ?

Rob Ford est connu pour ses nombreux débordements - Shaun Merritt/CC

Le maire de Toronto, connu pour ses dérapages répétés, aurait-il poussé le bouchon jusqu'à fumer du crack avec des dealers ? C'est ce qu'affirment deux journalistes du Toronto Star, ainsi que le rédacteur-en-chef du site Gawker.com.

Ils auraient visionné la vidéo où l'on voit nettement le maire, une pipe de verre à la main, déblatérer contre ceux "qui pensent qu'il est de droite" ou contre le chef du Parti libéral Justin Trudeau, "cette tapette".

Alors que le maire se refuse à tout commentaire, Gawker.com (dont le slogan est "les potins du jour sont l'information de demain") a lancé une initiative de financement participatif afin d'acheter la vidéo à leurs propriétaires. Il s'agirait de dealers désireux de changer de vie et bien décidés à tirer le plus grand profit de leur "scoop".

Le
crowdfunding de Gawker a déjà porté de beaux fruits. En 5 jours, l'initiative a récolté plus de 130 000 dollars américain. Le site vise un objectif de 200 000 dollars en 10 jours. "Nous sommes conscients du fait que les gens qui se tiennent avec - et filment subrepticement - un maire qui fume du crack ne sont pas tout à fait fiables. Mais jusqu'ici ses personnes ont rempli chacun de leurs engagements", assure le journaliste.

L'initiative de Gawker a fait également gagner une belle notoriété au maire Ford, déjà célèbre pour ses bouffoneries diverses. Le site de New York Magazine a rappelé quelques unes de ses plus belles frasques, comme conduire à plus de 100 kilomètres heures sur l'autoroute en lisant, tâter les fesses d'une opposante un 8 mars ou se faire expulser de divers événements pour "troubles à l'ordre public". L
es humoristes américains Jon Stewart et Jimmy Kimmel en ont tous deux fait l'objet de sketchs dans leurs émissions respectives de fin de soirée.

Le scandale, révélé le 17 mai, a ruiné la réputation de Toronto à jamais, se lamente un
chroniqueur du Toronto Star, alors que l'agence canadienne constate plus sobrement que le maire Ford est devenu un véritable phénomène culturel.

COURRIER INTERNATIONAL

dimanche 19 mai 2013

Information à la con! Eurovision


Cette information nous dit que le Danemark (Europe du nord et pléonasme) a gagné le "con"cours de l'Eurovision... Et alors... Une réflexion: pourquoi les bons artistes n'y participent jamais..." Et alors...
 
JoanMira

vendredi 17 mai 2013



LA FÊTE DES MERES

 

Cela fait vingt ans Maman ;

Et, néanmoins, toujours

Là et sans joie, je m’impatiente

De la langueur du temps ;

L’allant se dilue comme une

Poudre bizarre – certains

Diraient de nos jours, stupéfiante –

Qui, au fil des secondes nous

Montre, sous le miroir le devenir

Des ultimes outrages.

 

La routine est souvent morne ;

Qu’importe ; elle est belle pour

Moi en pensant à toi MAMAN .

 

C’est sûr, on se retrouvera…

 

17 mai 2013

 

JoanMira

mardi 14 mai 2013

Dessin - "Sous le déluge"

"Sous le déluge"
06-04-2013
 
JoanMira

Texte - "Dialogues improbables"


 
- Allo, c’est toi Manu ?...
- Allo… oui… qu’est-ce que c’est ?
- Je suis bien chez Manu ?
- Oui…pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y a… ?
- Il n’est que 5 heures du mat. Je ne te réveille pas, au moins… ?
- Putain ! Oui tu m’as réveillé ! Mais qui es-tu ?
- Ton copain Joan !
- Mais j’ai pas de copain Joan…!
- Tu habites toujours dans le seizième, dis ?
- Non, bordel ! Je vis à Sarcelles, et je suis flic. Au
  fait, où tu habites, toi ?
- Pourquoi tu me demandes ca, Manu ?
- Pourquoi ? Mais pour te remercier, mon pote! tu m’as réveillé,
  tu m’as emmerdé au moins cinq minutes… Alors, si t’es pas très loin,
  on pourrait prendre le petit-déjeuner ensemble.
- C’est vrai ? C’est très gentil Manu…
- Moi ce sera du rouge et du saucisson, comme d’habitude ;
  toi ce sera de la matraque, petit con !
 
Rio de Janeiro, 31 octobre 2012

 

JoanMira

 

lundi 13 mai 2013

Dessin - Flânant seul, la nuit

Flânant seul, la nuit
06-08-2010
 
JoanMira

CO²: le monde dans "une nouvelle zone de danger"


Le monde est "entré dans une nouvelle zone de danger" avec une concentration de CO2 mesurée au-delà des 400 parties par millions (PPM), seuil inégalé depuis des millions d'années, a alerté lundi la responsable climat de l'Onu, Christiana Figueres. "Avec 400 ppm de CO2 dans l'atmosphère, nous avons dépassé un seuil historique et nous sommes entrés dans une nouvelle zone de danger", a déclaré Mme Figueres dans un communiqué daté de Bonn (Allemagne), reçu à Paris.
"Le monde doit se réveiller et prendre note de ce que cela signifie pour la sécurité des hommes, leur bien-être et le développement économique". Estimant qu'il y a "toujours une chance d'échapper aux pires effets du changement climatique", la grande ordonnatrice des négociations onusiennes sur le climat a appelé la communauté internationale à apporter une "réponse politique qui relève vraiment le défi".
L'observatoire référence installé sur le volcan de Mauna Loa de Hawaï a enregistré jeudi dernier une concentration de CO2 de 400,03 PPM, selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Il s'agit d'une mesure ponctuelle et non d'une moyenne annuelle, qui sera néanmoins atteinte, mais ce seuil symbolique est le signe que la planète est lancée sur la trajectoire d'un réchauffement inquiétant.
L'objectif fixé par la communauté internationale en 2009 est de contenir le réchauffement à +2°C par rapport aux niveaux pré-industriels, seuil au-delà duquel les scientifiques mettent en garde contre un emballement du système climatique avec son cortège d'événements extrêmes. Or avec une moyenne annuelle de 400 PPM de CO2, le réchauffement attendu est d'au moins 2,4°C, selon le dernier rapport des experts de l'ONU sur le climat (Giec). Et les perspectives sont sombres: les émissions de CO2 dans l'atmosphère ne cessent d'augmenter et si la tendance se poursuit, la hausse du thermomètre devrait être de 3 à 5 °C.
 
LA LIBRE BELGIQUE

La voiture volante, un projet qui roule


Prochain concept à voir le jour : le TF-X, une voiture capable de décoller comme un hélicoptère.
Selon nos confrères de la DH, la société américaine n’en est pas à son coup d’essai en matière de voiture volante. Non contente d’annoncer la commercialisation de son modèle Transition pour 2015, Terrafugia dévoile également sa prochaine conception : le TF-X. “Nous sommes persuadés que les objectifs poursuivis peuvent déjà être atteints”, commente la société sur son site web. Quels objectifs ? Un véhicule pour tous, capable de se mouvoir sur route comme dans les airs en toute sécurité.
Un vœu pieux qui n’en souffre pas moins quelques inconvénients. Quoique le TF-X résolve quelques inconvénients majeurs de la Transition – décollage stationnaire, de meilleures performances –, elle n’en reste pas moins l’équivalent d’une… limousine.
Autrement dit, son prix devrait suffire à rendre sceptique. Et malgré le temps d’apprentissage annoncé, cinq heures, un brevet de pilote sera toujours indispensable. Malgré un module de pilotage automatique pour les décolages et atterrissages. En outre, Terrafugia prévoit une assistance automatique au pilotage, de manière à prévenir les collisions, sélectionner les zones d’atterrissage adaptées, etc.
Il n’empêche donc qu’avec ces deux projets, dont l’un devrait être concrétisé à court terme, le constructeur espère bien relancer la conquête des airs au détriment des problèmes de mobilité : le concept qui lie terre et air. Et avec des 800 km d’autonomie pour 320 km/h de vitesse en vol, l’idée n’est plus seulement un rêve.
Rendez-vous dans une dizaine d’années avec le TF-X. Terrafugia prévoit en effet une décennie pour mener son projet à bien. Alors seulement, verra-t-on peut-être fleurir dans les ciels citadins les successeurs des hélicoptères et autres transports privés de luxe.
Un rêve déjà plus ou moins concret
L’innovation majeure de Terrafugia n’est pas tant le véhicule – aussi concret soit-il – mais bien son homologation. Ainsi la Transition a-t-elle obtenu des autorités de l’air américaines les sésames pour lui permettre d’emprunter l’espace aérien.
Cela dit, et sans revenir aux milliers de visions d’artistes de ce que pourrait être la voiture (volante) du futur, d’autres projets ont déjà vu le jour. En Europe notamment, avec le fameux Pal-V par exemple, créé par la société homonyme. L’engin ressemble à un gros buggy équipé, sur son toit, d’un rotor lui conférant les capacités d’un petit hélicoptère. Capable d’emmener deux personnes, la machine dispose de trois roues et n’a besoin que de 50 mètres pour décoller. Elle se meut ensuite à 180 km/h, aussi bien dans les airs que sur terre, d’ailleurs. Autonomie : 600 km. Son premier vol a eu lieu en 2012.
L’histoire regorge également d’exemples plus ou moins farfelus. L’autocoptère de Dixon, sorte de mix entre une grosse tondeuse à gazon et un hélicoptère, l’aérocar Taylor, qui n’était jamais qu’une voiture à laquelle son concepteur a ajouté des ailes (pliantes tout de même), ou encore la ConvAirCar, autre véhicule bien terrestre sur lequel étaient adaptés un moteur et une paire d’ailes amovibles.
Deux points communs à ces quelques exemples : ils ont volé – la plupart dans les années 40 à 60 – et ont fini leur carrière… dans un musée pour diverses raisons, pas forcément dues à leurs performances, mais surtout à leurs ambitions. Car il ne faut pas se leurrer, quand bien même la Transition et plus tard le TF-X parviendraient à conquérir quelque marché, il n’en reste pas moins délicat d’imaginer un trafic aérien à basse altitude au moins aussi engorgé que les routes d’aujourd’hui.
 
La Libre Belgique

samedi 11 mai 2013

Voir la Terre vieillir en 30 ans

La création d'îles artificielles au large de Dubaï, la quasi disparition de la mer d'Aral ou encore l'explosion de l'urbanisation de Las Vegas en plein milieu du désert : autant de phénomènes survenus ces trente dernières années rendus visibles par le projet Timelapse, qui permet de mesurer à quel point la face de la Terre a changé sous l'effet du changement climatique et des activités humaines.



Travail tant phénoménal que captivant, cette carte interactive propose d'explorer les évolutions de chaque recoin de la planète entre 1984 et 2012. Indiquez un lieu dans le moteur de recherche et, en quelques secondes, s'offre à vous trente années d'évolution.



Ces transformations ont été captées par huit satellites du programme Landsat, un projet du Centre américain de veille géologique des Etats-Unis (USGS) et de la NASA lancé en 1972. En orbite à 705 km au-dessus de la Terre, ces yeux célestes cartographient l'intégralité de la planète tous les 16 jours depuis 41 ans. Deux millions d'images sans nuage - soit 909 teraoctets (1012) de données - ont ensuite été agrégées par Google avant d'être publiées pour la première fois sur le site du géant américain conjointement avec le magazine Time. Des GIFs sont aussi accessibles sur Google+, dévoilant des parties spécifiques de la planète.

Le résultat est saisissant. Qu’il s’agisse de la vaste étendue géographique couverte sur une si longue échelle de temps ou du niveau de détail stupéfiant. Imaginez : une image de télévision haute définition (HD) est composée d'environ 2 millions de pixels. Les clichés de Landsat, eux, pèsent 1 800 milliards de pixels, soit l'équivalent de 900 000 téléviseurs HD assemblés en une seule mosaïque.


Ces images ne sont pas seulement esthétiques. Elles livrent des informations cruciales et impartiales sur le changement climatique en cours, l'état des ressources naturelles et l'explosion urbaine. Ici, on assiste, stupéfaits, à la transformation du sable en verte prairie en Arabie Saoudite sous l'effet de l'irrigation massive ou à l'expansion de tous côtés de Shanghai, passée de 13,3 millions d'habitants en 1990 à plus de 23 millions en 2010.

Là, on observe, impuissants, la fonte du glacier Columbia en Alaska à un rythme de 30 mètres par an depuis 2001, à la disparition des paisibles forêts de la province canadienne de l'Alberta dévorées par l'exploitation effrénée de sables bitumineux, au recul de l'Amazonie brésilienne sous l'effet de la construction de routes, l'exploitation forestière et le défrichement agricole ou, en France, au bétonnage de la Côte d'Azur.
"Tout comme l'image mythique de la Terre prise par la mission Apollo 17, cette carte est non seulement fascinante à explorer, mais peut nourrir la réflexion de la communauté internationale sur la façon dont nous vivons sur notre planète et les politiques qui nous guideront à l'avenir", espère Rebecca Moore, responsable ingénierie pour le moteur Google Earth et Earth Outreach.
Difficile, de fait, de ne pas s'interroger sur le rôle de l'homme dans l'évolution de la Terre, alors que la concentration de dioxyde (CO2) dans l'atmosphère a franchi, jeudi 9 mai, le cap symbolique de 400 parties par million, plus haut seuil depuis plus de 2,5 millions d'années. A moins que l'on préfère flâner dans les méandres de la planète bleue. Au risque de s'y perdre.

Audrey Garric - LE MONDE

Attentats en Turquie : plus de 40 morts, le bilan pourrait s'alourdir


Le double attentat à la voiture piégée survenu aujourd'hui dans une petite ville du sud de la Turquie proche de la Syrie a fait 40 morts et 100 blessés, a rapporté la chaîne d'information NTV, citant le ministre turc de l'Intérieur, Muammer Güler.

Interrogé hors caméra par la chaîne, Güler a affirmé que le bilan des victimes pourrait encore s'alourdir, 29 blessés étant dans un état grave. Il a évoqué une "provocation" visant à saboter le processus de paix mené depuis plusieurs mois par Ankara avec les rebelles kurdes, selon NTV.

Un premier bilan avait répertorié quatre morts et 18 blessés.

Une enquête sera ouverte

Le ministre a affirmé que ces explosions étaient des attentats à la voiture piégée. Deux véhicules remplis d'explosifs ont explosé devant la mairie et la poste de Reyhanli, une localité de 60.000 habitants de la province de Hatay, située à huit kilomètres de la frontière syrienne, selon Anatolie. La télévision turque a montré des vitres brisées et la fumée s'élevant du lieu des explosions.

"Nous allons mener l'enquête sur tout cela, nous allons tout éclaircir", a déclaré devant des journalistes le ministre, dont une partie des propos à été retransmise par la chaîne d'information NTV.

Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a adressé une mise en garde à ceux qui chercheraient à tester la détermination d'Ankara. "Nul ne doit chercher à tester la détermination de la Turquie. Nos forces de sécurité prendront toutes les mesures nécessaires", a dit le ministre à la presse, au cours d'une visite à Berlin. Les attentats n'ont pas été revendiqués pour le moment.

LE FIGARO

Le One World Trade Center <br/>au plus haut de sa forme

Les dernières pièces de la flèche coiffant le One World Trade Center ont été posées par des grues le jeudi 2 mai 2013. La construction de la tour centrale d'un ensemble visant à combler le vide laissé par l'effondrement des tours jumelles à New York lors des attentats du 11 septembre 2001 devrait être achevée en 2013.

jeudi 9 mai 2013

Photo - Animaux - Lion: "Bande de gros...malades...!"

Quand faut y aller... Un lion prend ses pattes à son cou pour fuir un troupeau de buffles dans le Parc national Kruger, en Afrique du Sud.
 
Quand faut y aller... Un lion prend ses pattes à son cou pour fuir un troupeau de buffles dans le Parc national Kruger, en Afrique du Sud.

Photo - Animaux - Bébés tigres

Le dessin du jour: "l'avancée du social" en Europe

Herrmann


1/147 Le dessin du 8 mai
HUG: des morts faute de soins aux urgences

Video: Une trapéziste suspendue au dessus du vide...

La trapéziste suisse Roxane Gilliand a exécuté, au-dessus du lac d'Annecy, un numéro époustouflant, accrochée à un parapente à l'altitude de 2000 pieds.



Barcroft TV.

mercredi 8 mai 2013

Un surfeur tué par un requin à La Réunion

Une plage fermée à la baignade à Saint-Gilles, à La Réunion, après une attaque de requin, le 16 juin 2011.

Un bodyboardeur est décédé ce mercredi en fin de matinée sur l’Ile de La Réunion, à Saint-Gilles-les-Bains. La victime, un touriste en vacances avec sa compagne, aurait été chargé deux fois par le squale à une cinquantaine de mètres du rivage, derrière la digue de ce spot de surf, d’après le site Orange Réunion.
Il aurait été ramené sur le rivage par les maîtres nageurs rapporte le site Clicanoo. Le SMUR a alors tenté de le réanimer pendant une quarantaine de minutes avant de constater son décès. La plage a immédiatement été fermée à la baignade.
Dernière attaque en août 2012
Il s’agit de la sixième attaque de baigneurs par un requin à La Réunion depuis 2011. La dernière remontait au mois d’août 2012, lorsqu’un surfeur fait eu une main et une jambe arrachés à Saint-Leu.
Le problème des attaques de requins à La Réunion avait jusqu’ici était mis sur le compte des baignades tardives, au coucher du jour, des surfeurs et des eaux stagnantes, après des pluies. Cette dernière attaque a eu lieu aux alentours de midi sans qu’aucune précipitation ne soit intervenue les jours précédents.
 
20MINUTES

vendredi 3 mai 2013

Photo - Animaux - Louveteaux

Le Zoo de la Garenne, dans le village de Le Vaud (VD) présente dès le 3 mai ses nouveaux pensionnaires au public: un mâle et une femelle louveteaux nés il y a un mois.

Une trombe d'eau à Nyon

«L'orage est arrivé et, droit derrière, j'ai vu cette tornade au-dessus du Léman, raconte Braulio Mora, domicilié à Nyon. Il était 16h30». A peine le temps d'immortaliser l'apparition météorologique que déjà elle s'était évaporée. Laissant planer le mystère sur son identité exacte.
«C'est exclu que ce soit une tornade», réagit Frédéric Glassey, directeur de la météorologie chez MeteoNews. Il penche plutôt pour une trombe d'eau, soit une colonne d'eau et d'air en rotation. «Dans une situation orageuse, c'est tout a fait possible, relève le prévisionniste. Mais on en a plutôt vers la fin de l'été, lorsque le lac est chaud».
Autre possibilité émise par le météorologue: un rideau de pluie sculpté par les vents divergents de la journée. Quelle que soit sa nature, le phénomène est impressionnant. Tant par sa hauteur - de plusieurs centaines de mètres - que par sa rareté.
 
LA TRIBUNE DE GENEVE

Bon appétit!

Hors série numéro 9 par Fabrice Nicolino
En 1948, Charles Trénet chantait «Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix?». Aujourd’hui, il aurait de quoi écrire un album entier. Et ça ressemblerait moins à de la poésie qu’à une formule chimique et mathématique.
C’est ce que vous propose de découvrir ce hors-série, qui explore le monde merveilleux de la bouffe industrielle, de ses lobbies, de ses barons et de leurs magouilles financières, de ses adjuvants aux noms savants et incompréhensibles — c’est préférable —, de ses effets comiques sur notre santé et de son riant avenir qui se fout bien du nôtre. Mais, comme il faut tout de même espoir garder, il y est également question des solutions, car il y en a, pour s’affranchir du gavage aux pesticides et aux édulcorants de synthèse. Car, désormais, il ne s’agit plus de manger pour vivre, mais de rester vivant en mangeant.
La mise en scène était succulente. Quand on a commencé à parler du prétendu «scandale de la viande de cheval», au début de février 2013, on a compris qu’on avait affaire à de grands acteurs comiques. La palme au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, déclarant sur RTL le 11 février: «Je découvre la complexité des circuits et de ce système de jeux de trading entre grossistes à l’échelle européenne.» Le Foll est l’un des très rares politiques à connaître l’univers de l’agriculture. Non seulement il est petit-fils de paysan, mais, en plus, il a en poche un BTS agricole et a enseigné l’économie dans un lycée agricole breton.
Donc, il se fout de nous. Mais pourquoi à ce point-là? Parce que l’industrie de la bouffe est en France intouchable. Elle est de loin le plus gros employeur de notre pays de chômeurs, avec 500000 emplois directs, dont la plupart ne sont pas délocalisables. La viande est au cœur du système. Et c’est pourquoi il n’était pas question d’ouvrir le vrai dossier, celui d’une industrie devenue si folle qu’elle paraît incontrôlable.
Au début était pourtant la nourriture. Les panthéons du passé sont pleins de divinités qui la représentent. Ne parlons pas des Grecs, saoulés d’ambroisie, ni des Romains, qui offraient à leurs dieux d’interminables gueuletons. Chez les Slaves, avant que n’arrivent les curés, Zywienia, déesse de la bouffe, couchait avec Radogast, dieu de l’Hospitalité. Pas si mal. Et Kokopelli, le petit dieu des Indiens Anasazi, cachait dans sa bosse éternelle des plantes et des graines. Mais tout cela c’était avant le Grand Progrès.
La révolution industrielle n’a pas seulement inventé la machine à vapeur, l’usage du pétrole, les abattoirs de Chicago, la bagnole individuelle, la chimie de synthèse et le téléphone portable. Elle a pulvérisé les anciennes manières de se nourrir. Ce que vous allez lire dans ce hors-série de Charlie n’est qu’une évocation dont vous ne sortirez peut-être pas tout à fait indemne. C’est en tout cas tout le mal qu’on vous souhaite. Car l’apparition des transnationales de la bouffe a changé en simple marchandise ce qui était jadis cadeau des cieux et travail des hommes. Désormais, il faut cracher du flouze. On a vu comment Findus, qu’on croyait un gentil cuisinier, appartenait en réalité à un fonds de pension, exigeant une rentabilité financière d’au moins 8% l’an. La bouffe est une industrie, mondialisée, financiarisée, aussi sympathique que les hedge funds et les subprimes qui ont précipité la crise de 2008. Faut-il ajouter que cette industrie se contrefout des questions de santé publique, qui ne sont évidemment pas son problème? Elle surajoute, par exemple, du sel dans tous les plats qu’elle nous fourgue, car cela augmente leur poids, multipliant le profit. Bilan? 25000 morts par an en France, comme le clame dans le désert le chercheur Pierre Meneton.
Cargill, Monsanto, Nestlé, Danone font la loi parce qu’ils pèsent davantage que la plupart des États de la planète. Et les gendarmes du monde, comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), regardent ailleurs, quand ils ne sont pas manipulés ou infiltrés par les grands lobbies industriels.
L’histoire que raconte Charlie est sinistre, mais elle fera rire, car il ne nous reste plus que cela, en attendant mieux. Sauf révolte massive de la société, pour l’heure improbable, la machine continuera sa route. Pendant que nous montrons notre impuissance à seulement contrôler le sucre, le sel, le gras, les pesticides, les colorants, les conservateurs, les ingénieurs de l’industrie avancent. Leurs labos nous concoctent de la viande sans animal, ou de la bidoche clonée, ou encore des nanoaliments — taille: un milliardième de mètre — capables de traverser tous les tissus vivants, cellules comprises. Où sont les études sur leur toxicité ? Nulle part. Elles n’existent pas. Elles viendront peut-être, mais quand il sera trop tard.
Y a-t-il une autre voie? Plus d’une, en réalité. Le mouvement Slow Food, l’agriculture bio, l’alimentation des Karens de Thaïlande, le végétarisme montrent que nous ne sommes pas condamnés à subir la loi des marchands. Mais pour échapper à la bouffe industrielle, il faudrait commencer par accepter de payer le prix réel des aliments. La plupart d’entre nous préfèrent acheter un téléphone portable que de s’acheter du vrai pain et de vrais fruits. La publicité a parfois bon dos, qui permet d’échapper à des questions bien plus dérangeantes. Pour sortir de ce système infernal, il faudrait commencer par relever la tête. Pour l’heure, nous avons la gueule enfoncée dans l’auge.
CHARLIE HEBDO
 

Attention: Inondations et pluies: Vigilance orange dans 11 départements du nord-est

Près de Lyon, après les inondations causées par d'importantes chutes de pluie, le 2 novembre 2008

Les fortes pluies et les risques d'inondation se déplacent vers le nord-est de la France, selon Météo France qui a placé 11 départements en vigilance orange ce vendredi après-midi.

>> Retrouvez les prévisions météorologiques en cliquant ici


En plus de la Côte-d'Or, du Doubs, du Jura, de la Haute-Marne, de la Haute-Saône et de la Saône-et-Loire, déjà placés en vigilance orange jeudi et vendredi matin, Météo France a annoncé une vigilance pour le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, la Meurthe-et-Moselle, les Vosges et le Territoire-de-Belfort.

Les départements de l'Ain, de l'Isère, du Rhône et de la Loire sont en revanche en «fin de suivi» pour la vigilance orange dans la région Rhône-Alpes.

Les précipitations perdurent sur un quart nord-est de la France, écrit Météo France dans son bulletin de 16h00. En revanche il ne pleut plus sur le département de la Loire et les pluies s'atténuent nettement sur le Rhône et le nord de l'Isère.

Depuis hier soir, ont été relevés des cumuls de 35 à 60 mm du Rhône et du nord-Isère à l'Ain, la Saône-et-Loire, la Côte-d'Or et la Haute-Marne. Sur les Vosges et le Haut-Rhin, ainsi que sur le Territoire de Belfort, qui viennent de passer en orange, les premières pluies remontent du sud en s'intensifiant, précise Météo France.

20MINUTES Avec AFP

Journée mondiale de la liberté de la presse: La campagne choc de Reporters sans frontières

La campagne de Reporters sans frontières pour la journée mondiale de la liberté de la presse 2013

MEDIAS - RSF a mis en scène quelques dictateurs en train de faire des doigts ou des bras d'honneur...


Les dictateurs et certains présidents ont du mal avec la liberté de la presse et Reporters sans frontières (RSF) le leur rend bien. Pour la journée mondiale de la liberté de la presse, qui se déroule ce vendredi, l’ONG a dévoilé sa nouvelle campagne choc montrant quelques uns des plus fameux encore en activité (Bachar al-Assad, Kim Jong-un, Vladimir Poutine ou encore Mahmoud Ahmadinejad) en train de faire des doigts ou des bras d’honneur.



RSF a également publié ce vendredi sa liste actualisée des «prédateurs de l’information», soit 39 chefs d'Etat, hommes politiques ou religieux, milices et organisations criminelles qui censurent, emprisonnent, enlèvent, torturent et parfois assassinent les journalistes. «Ces prédateurs de la liberté de l'information sont responsables des pires exactions contre les médias et leurs représentants. Leurs actions sont de plus en plus efficaces: 2012 a été une année historiquement violente pour les acteurs de l'information, avec un nombre record de journalistes tués» (90), a indiqué Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, dans un communiqué.
Cinq nouveaux entrants dans la liste
Cette année, quatre «prédateurs» sortent de la liste quand cinq autres font leur entrée. Les cinq nouveaux prédateurs regroupent le nouveau président chinois Xi Jinping, le groupe djihadiste Jabhat Al-Nosra en Syrie, les membres et partisans des Frères musulmans en Egypte, les groupes armés baloutches du Pakistan et les extrémistes religieux des Maldives. Quatre prédateurs en sortent: l'ancien ministre somalien de l'Information et des Télécommunications, Abdulkadir Hussein Mohamed, le président birman Thein Sein, dont le pays connaît une ouverture sans précédent, malgré une situation instable, l'organisation basque ETA, qui a annoncé la fin définitive de ses actions armées, ainsi que les forces de sécurité du Hamas et de l'Autorité palestinienne, dont les exactions «sont en sensible diminution».
20MINUTES