Nombre total de pages vues

mercredi 29 juin 2011

ACTUALIDADE - Mick Jagger e Dave Stewart fundam um novo grupo



Mick Jagger, vocalista dos históricos Rolling Stones, e Dave Stewart, dos Eurythmics, fundaram um novo grupo, os SuperHeavy, que editará a 19 de Setembro um álbum de originais, revelou a editora Universal.
Deste supergrupo fazem parte também a cantora soul Joss Stone, o cantor reggae Damian Marley e o compositor indiano A.R.Rahman, responsável por dezenas de bandas sonoras para cinema, sendo a mais conhecida no Ocidente a do filme "Quem quer ser Bilionário?"
O álbum só sairá a 19 de Setembro, mas na próxima semana será divulgado o primeiro single, intitulado "Miracle Worker".
De acordo com a editora, em seis dias o grupo escreveu 26 canções com o contributo artístico de cada um dos músicos, e as gravações decorreram em Los Angeles (Califórnia), França, Turquia, Caraíbas e Índia.
A notícia da criação deste grupo já andava a circular nos media há algumas semanas, por juntar músicos tão distintos.
Mick Jagger declarou em maio à revista Rolling Stone que o disco será "um bocado estranho, diferente de qualquer álbum que estejam à espera", porque reúne sonoridades do soul à música indiana.
A ideia de formar os SuperHeavy partiu de Dave Stewart, fundador dos Eurythmics, depois de ter ouvido "três sistemas de som a tocar ao mesmo tempo", disse Mick Jagger.
A capa do álbum de estreia é assinada pelo artista norte-americano, Shepard Fairey, que ficou conhecido por ter feito o cartaz "Hope", para a campanha presidencial de Barack Obama, em 2008.
Quanto a uma possível digressão dos SuperHeavy, tudo dependerá dos planos de Mick Jagger e dos Rolling Stones, que cumprem em 2012 os 50 anos do primeiro concerto, dado a 12 de Julho de 1962 em Londres.

Historique de la construction De Notre Dame de Paris


hédrale Notre-Dame

Paris, l’ancienne Lutèce, a été évangélisée à partir du IIIe siècle. On y comptait vers 250 suffisamment de chrétiens pour que le pape Fabien y envoie comme premier évêque Dyonisius, notre Saint Denis devenu saint patron de Paris. Les chrétiens étant alors persécutés en Gaule comme dans tout l’Empire Chrétien, l’évêque Denis devait célébrer le culte secrètement sans doute dans une simple pièce d’une villa gallo-romaine. Denis a d’ailleurs été martyrisé quelques années plus tard avec ses auxiliaires sur le Mont Mercure, dénommé depuis Mont Martyrum (Montmartre). Ses successeurs ont vécu dans la clandestinité jusqu’à la paix de l’Eglise décidée par l’Empereur Constantin en 313.
Il est alors devenu possible de construire un premier édifice chrétien, vraisemblablement sur la rive gauche et peut-être, selon certaines histoires, du côté de l’actuel Val-de-Grâce. En fait, nous ne savons rien de précis sur cette première cathédrale ni sur les suivantes. Des fouilles ont été effectuées à différentes périodes dans la partie orientale de l’Ile de la Cité, là où se trouve maintenant la Cathédrale Notre-Dame. Elles permettent de penser qu’il existait à son emplacement au début de notre ère un temple païen, remplacé ultérieurement par une grande basilique chrétienne à cinq nefs, sans doute assez semblable aux basiliques antiques de Rome ou de Ravenne, notamment. Mais nous ne savons pas si cette cathédrale, dédiée à Saint-Etienne, avait été élevée au IVe siècle et aurait été remaniée par la suite ou si elle daterait du VIIe siècle avec des éléments plus anciens en remploi. Une certitude cependant : cette cathédrale Saint-Etienne était de très grandes dimensions. Sa façade occidentale, située une quarantaine de mètres plus à l’ouest que la façade actuelle de Notre-Dame, avait une largeur à peine inférieure, quant à la longueur totale de l’édifice, elle représentait un peu plus de la moitié de l’actuelle. A l’intérieur, les nefs étaient séparées par des colonnes de marbre et les parois étaient revêtues de mosaïques. Selon l’usage liturgique, elle était complétée sur son flanc nord par un baptistère, dénommé Saint-Jean le Rond.
La cathédrale Saint-Etienne semble avoir été régulièrement entretenue et réparée, suffisamment en tout cas pour résister aux guerres et à l’usure du temps. Cependant, au milieu du XIIe siècle sous le règne de Louis VII, l’évêque Maurice de Sully et le chapitre ont pris une décision extrêmement importante : construire à la place de Saint-Etienne une nouvelle cathédrale, beaucoup plus longue et plus haute que l’ancienne, comme le permettaient les nouvelles techniques architecturales qui commençaient alors à être employés, celle du style ogival, communément appelé gothique de nos jours.

Naissance de la cathédrale Notre-Dame

Le 12 octobre 1160, Maurice de Sully est élu évêque de Paris.
Paris, dans un contexte de forte expansion démographique et de dynamisme économique, affirme l’importance de son rôle dans le royaume de France comme :
  • capitale politique des rois capétiens notamment avec Philippe 1er (1060-1108), Louis VI le Gros (1108-1137) et Louis VII le Jeune (1137-1180) ;
  • centre économique avec le développement sur la rive droite de la Seine d’une ville d’artisans et de marchands autour du marché des halles ;
  • un haut-lieu de formation intellectuelle : rayonnement international de l’école-cathédrale.
Maurice de Sully est évêque de Paris de 1160 à 1196. Dès son élection, il propose une réponse pastorale, théologique et spirituelle à la profonde transformation de son diocèse par la reconstruction d’une église-cathédrale dédiée à la Vierge Marie (Notre-Dame) et regroupant les fonctions d’église de l’évêque, d’église des chanoines et de baptistère. Ce projet est au centre d’un gigantesque chantier urbain :
  • démolition de l’ancienne Saint-Etienne et édification de Notre-Dame ;
  • aménagement d’un parvis voulu comme un espace intermédiaire entre le monde profane et le monde de la foi : lieu de catéchèse par l’enseignement sculpté aux portails ;
  • percement de la rue Neuve-Notre-Dame : ample voie de 6 mètres de large permettant un accès facile à la cathédrale pour une population nombreuse ; elle servira de cadre aux cours des siècles aux grandes processions ;
  • reconstruction du palais épiscopal et de l’Hôtel-Dieu.

1163

1163 est la date traditionnellement retenue pour la pose de la première pierre de Notre-Dame en présence du Pape Alexandre III.
Le nouvel édifice s’inscrit dans l’élan du nouvel art que l’on appellera gothique (ou art ogival). Des chantiers l’ont déjà précédé dans cette mouvance :
  • en 1140 avec la consécration de l’abbaye de Saint-Denis édifiée par l’abbé Suger ;
  • en 1150 : Noyon ;
  • en 1153 : Senlis ;
  • en 1160 : Laon, Sens.
Le premier maître d’œuvre anonyme prend le parti d’un plan à double bas-côté et sans transept saillant (choix qui était celui de la précédente cathédrale Saint-Etienne), élévation à quatre étages étayés par des tribunes, grandes voûtes sexpartites à 32 mètres 50, prédominance de la ligne horizontale, solution originale pour le voûtement de la partie tournante du déambulatoire, alternance de piles « fortes » et de piles « faibles » entre le premier et le deuxième bas-côté.

XIIe - début du XIIIe siècle

Quatre grandes campagnes de travaux marquèrent cette période sous la direction de quatre maîtres d’œuvre :
1163-1182 : construction du choeur et de son double déambulatoire. Le maître-autel du chœur est consacré le 19 mai 1182 par Henri de Château-Marçay, légat pontifical assisté de l’évêque Maurice de Sully. (1er maître d’œuvre).
1182-1190 : construction des trois dernières travées de la nef, des bas-côtés et des tribunes. (2e maître d’œuvre).
1190-1225 : édification des assises de la façade et des deux premières travées de la nef, raccord des deux travées à la façade élevée jusqu’à la galerie des rois. (3e maître d’œuvre).


JPG - 173.4 ko
Reconstitution de Choeur gothique clos par le mur d’enceinte et le jubé.
Dession de Viollet-le-Duc dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle. 1856
1225-1250 : galerie haute et les deux tours sur la façade, modification et agrandissements des fenêtres hautes et aménagement des chapelles latérales de la nef entre les culées des arcs-boutants (4e maître d’œuvre).

Les travaux des maîtres d’œuvre de la fin du XIIIe – début XIVe siècle

Les noms des maîtres d’œuvre sont connus : Jean de Chelles, Pierre de Montreuil, Pierre de Chelles, Jean Ravy, Jean le Bouteiller
Elargissement des bras des transepts : croisillon Nord (Portail du Cloître et Rose du Nord) et croisillon Sud (Portail Saint-Etienne et Rose du Sud).
Aménagement des chapelles du chœur et du chevet entre les contreforts.
Mise en place des grands arcs-boutants du chœur et du chevet de 15 mètres de volée.
Erection du jubé et d’une clôture de pierre historiée autour du chœur et du sanctuaire.

Les modifications des XVIIe et XVIIIe siècles.

Réaménagement sous la direction de Robert de Cotte du sanctuaire et du chœur pour accomplir le Vœu de Louis XIII.
Restauration de la Rose Sud.
Remplacement des vitraux du XIIe et du XIIIe siècle par des vitres blanches au milieu du XVIIIe siècle par les frères Le Vieil.
Travaux de l’architecte Soufflot :
Durant la période révolutionnaire :
  • Démontage de la flèche du XIIIe siècle ;
  • Destructions des 28 statues de rois de la galerie des rois ;
  • Destruction de toutes les grandes statues des portails à l’exception de la Vierge du trumeau du portail du Cloître.

Le renouveau du XIXe siècle.

Au début du XIXe siècle, le contexte est nouveau : un nouveau concordat est signé en juillet 1801 et Notre est rendue au culte catholique romain le 18 avril 1802. En 1831, Victor Hugo publie son roman Notre-Dame de Paris qui sera un énorme succès. En 1844, le gouvernement du roi Louis-Philippe 1er décrète la restauration de la cathédrale de Paris et la construction d’une sacristie.
Le chantier de restauration est confié à deux architectes : Eugène Viollet-le-Duc et Jean-Baptiste Lassus. En 1857, la mort de Lassus laisse Viollet-le-Duc, seul maitre d’œuvre.
Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné. (Viollet-le-Duc)
C’est ainsi que débute cette grande campagne de restauration, adjointe parfois de modifications de l’architecture générale, dont les principaux axes sont :
  • la reconstruction de la flèche ;
  • la restitution des sculptures (une quinzaine de sculpteurs, dont Adolphe Geoffroy-Dechaume, interviendront) ;
  • élévation de la nouvelle sacristie ;
  • remise en place d’une nouvelle vitrerie en faisant appel à de grands maîtres-verriers ( Alfred Gérente, Louis Steinhel, Antoine Husson, Maréchal de Metz, Didron l’aîné) ;
  • au portail central , rétablissement de l’état antérieur aux travaux de Soufflot ;
    reconstitution d’une partie
    du Trésor et du mobilier ;
  • peintures murales dans les chapelles latérales ;
  • réfection complète du grand orgue.
Le 31 mai 1864 aura lieu la dédicace de la cathédrale par Mgr Darboy, archevêque de Paris.

Période contemporaine



JPG - 59.7 ko
Les verrières de Jacques Le Chevallier
© Gérard Boullay
Les deux conflits mondiaux épargneront fort heureusement la cathédrale.
1965 verra l’aboutissement de 30 années d’intense débats concernant le renouvellement des vitraux de la nef en remplacement des grisailles du XIXe. C’est finalement le maître-verrier Jacques Le Chevallier qui fut retenu pour réaliser ces verrières sur le principe de grisailles non figuratives et animées de couleurs, qui correspondaient à un état et une ambiance lumineuse tels qu’ils avaient pu l’être au XIIIe siècle.
De 1990 à 1992, le grand orgue devenu sûrement en ce XXe siècle le plus célèbre du monde, fit l’objet d’une restauration de grande ampleur réalisée par un groupement de facteurs d’orgue français.,
Il est aussi à noter la grande campagne de nettoyage de la façade occidentale qui dura plus de dix ans et qui, grâce aux talents des restaurateurs des services des Monuments Historiques et aux techniques employées, nous permet depuis l’an 2000 d’admirer à nouveau ce joyaux de l’architecture médiévale dans toute sa splendeur.
Pour répondre aux directives du concile Vatican II, le clergé fera réaménager plusieurs fois le plateau liturgique. Les dernières modifications, en 2004, sous l’épiscopat du cardinal-archevêque Jean-Marie Lustiger, permettront entre autres de retrouver l’espace de circulation entre les deux transepts et, de par la nouvelle disposition des lieux, associer pleinement le chœur et la nef qui ne font maintenant plus qu’un lors célébrations liturgiques.
Ancrée plus que jamais dans notre époque et loin d’être un musée, la cathédrale se veut, comme depuis ses origines, la Maison de Dieu et la Demeure de Hommes, en témoignent ces évolutions de toutes natures signes d’un rayonnement toujours actuel.

mardi 28 juin 2011

NOW, IT'S TIME TO SAY GOODBYE


CIAO, CIAO, CIAO...

DESSIN - ALIEN

 

ALIEN  -  08-12-2010

HISTOIRE - L'ARC DE TRIOMPHE A PARIS

eb2a5869d4804a8b88ff8394781da3bb.jpg
L’arc de Triomphe se situe sur la Place de l’Etoile, qui fut à l’origine, une colline de 5 mètres de haut, aplatie en 1774. La terre récupérée de cette opération fut employée pour renforcer l’avenue des Champs-Elysées. En 1787, deux énormes monuments se trouvaient sur cette place, qui servait d’entrée douanière pour Paris. La construction de l’Arc de Triomphe, commandée par Napoléon après son retour d’Austerlitz, commença en 1806.
L'architecte français Jean-François Chalgrin amorce les travaux de l'arc de triomphe de l'Etoile commandé par Napoléon Ier en honneur de la Grande Armée. S'inspirant de modèles antiques, l'arc de triomphe parisien surprend par sa taille monumentale : 50 mètres de hauteur et 45 mètres de large. Les travaux seront interrompus à la chute de l'Empire et reprendront en 1825. En 1836, l'arc de triomphe sera définitivement achevé et inauguré par Louis-Philippe

lundi 27 juin 2011

PHOTO NOIR & BLANC - ROBERT DOISNEAU

photo doisneau robert


ENFANTS DANS LES ANNEES 50

Texte - "Même pas peur!"


 

Eh oui, Messieu'dames, vous
Avez devant vous l'homme le
Plus fort du Monde ; le plus
Beau, le plus intelligent, celui
Qui marche sur l'eau : en un mot :
Superman !

Qui a dit « Jésus » ? Qui est cet
Insolent ?
Vous me copierez dix-mille fois
« Oui, je crois en toi Vierge Pourrie
Mère de tous les maux » !

Mais continuons le spectacle :
Eh oui, devant vous ce n'est pas
La Vierge, ce n'est pas Jésus, ce
N'est pas Moïse, ce n'est pas
Satan !

Vous ne devinez pas ?
Faites appel à vos deux neurones
Qui peut être plus fort que tous
Ceux-là réunis ?

Vous ne devinez toujours pas ?!
Enfin voyons, un effort, plus
Fort que Superman que je ne suis
Pas !

Celui qui peut vendre son âme au
Diable !
Satan, Lucifer, Dracula...C'est
Diabolique, Messieu'dames...
Diabolique !

Vous donnez votre langue au chat ?
Mais non, encore un effort...
Et vous aurez la récompense
Suprême...

Une journée avec Lorrie ? Que Nenni
Ca mérite bien plus que ça !
Allez, un effort...
Eh bien...

Puisque vous ne trouvez pas, je vais
Vous le dire...Vous avez payé pour ça !
Devant vous se trouve un Homme, un
Vrai...

Il croyait réussir sa vie et croyait en
L'Avenir...
Il a trimé très fort au long de sa vie
Mais une fois son but atteint, il s'est

Rendu compte que sa vie ne
Ressemblait à rien. Et malgré les
Apparences, il s'est mis à douter.
« Qui a dit doute toujours ? »

Mais « il » ne fait que cela !
Et plus il doute, plus il a la certitude
Qu'il ferait mieux de ne pas douter !
C'est dur d'être intelligent !

Eh voilà, il revient le super-homme,
Il croit à nouveau en lui. Il est fort
Il est beau, mais... Il ne marche
Toujours pas sur l'eau...

Mesdames zé Messieurs, bientôt le
Spectacle est terminé. A bas les
Masques, je vous ai tous trompés !
Non, j'avoue, je ne suis pas celui
Que vous croyez.

Je ne suis qu'un pauvre hère découragé
Par les bombardements de la vie.
Mes parents m'ont encensé ; je croyais
Etre le plus beau...Hélas j'étais loin de
La Réalité !

On me dit intelligent. Un peu
Peut-être...
Mais j'ai vu à mes côtés des gens
Brillants comme je ne serai jamais...

Quant à ma force physique, bientôt
Je n'en aurai...
Je vous prie de m'excuser de vous
Avoir fait rêver.

Mais c'est vrai que je suis un rêveur
Le Monde onirique est ma réalité ;
Et je survis dans ce Monde réaliste
Ou l'on n'a pas le droit d'être artiste.

En réalité, je vous le dis, j'ai peur.
J'ai peur de l'avenir et je crains
L'Inconnu.
J'aime très peu de gens, en fait...

Je ne suis pas avenant, c'est vrai
Et je vis avec la peur, une peur
Absolue
De perdre ceux que j'aime.

Autrement ?

Même pas peur !

Andorre, le 27 juin 2011.
 
JoanMira




samedi 25 juin 2011

TEXTE - BEL-AIR - 9 -



BEL-AIR - 9

(neuvième chapitre)

A la découverte de l’intérieur


Et voilà, en entrant dans l’antre
J’ai eu une émotion si forte que
J’ai failli m’évanouir… à la pensée que
J’allais vivre dans « ma » maison.

Passant le seuil de la porte cochère, ce
Qui m’impressionna le plus, ce fut
L’obscurité. Mais, peu à peu les yeux
S’adaptant, c’était toujours pareil… sombre !

Par contre, un autre sens, le toucher
Des pieds, en l’occurrence, commençaient
A me révéler la nature du sol : de la terre
Eh oui, la première impression était argileuse.

A mesure que les yeux s’habituaient
A l’obscurité ambiante, je pouvais deviner
Un escalier en bois sur ma droite qui
Détournait mon attention de la porte en face.

Nous avons fini par franchir ce seuil, et là,
Nous débutions la vraie exploration de ce
Nouveau Monde autant espéré qu’il
N’était redoutable, une fois installés…


Il est tard, je suis fatigué, le sommeil
Me guette et je préfère faire demain
Ce que je ne pourrais faire aujourd’hui,
Ou alors, de plus en plus mal…

Alors à la prochaine fois.

Andorre, le 27 juin 2011.





old bee gees - live

I STARTED A JOKE

HISTOIRE - CUBA

Histoire[modifier]

Premier voyage de Christophe Colomb
Article détaillé : Histoire de Cuba.
Avant l'arrivée des conquistadors, Cuba était peuplée d'Amérindiens : les Siboney et les Tainos. Les Siboney étaient des chasseurs et des pêcheurs qui ont laissé de belles peintures rupestres - plus de 200 dans les grottes de Punta del Este sur la Isla de la Juventud. Les Taino vivaient de la culture et de la chasse et possédaient une forme primitive d'organisation sociale. L'Espagne conquit l'île au cours du XVIe siècle après la découverte de l'île par Christophe Colomb le 28 octobre 1492. La domination espagnole durera jusqu'à la signature du traité de Paris en 1898. Au cours de ces quatre siècles, de nouvelles villes verront le jour dont Santiago de Cuba (1514) et La Havane (1515). Malgré les efforts de Bartolomé de las Casas, la population indienne payera un lourd tribut : elle sera pratiquement décimée en quelques années. Déçus par la faible productivité des mines d'or, les conquistadors décident de faire de Cuba leur plaque tournante vers le continent et l'utilisent comme escale pour les navires chargés des richesses du Nouveau Monde à destination de l'Espagne. L'île se tourna donc vers de nouvelles activités : tabac (plus ou moins 300 millions de cigares par an ainsi qu'une bonne douzaine de milliards de cigarettes brunes ou blondes), café et canne à sucre (héritée de quatre siècles de colonisation espagnole et qui procure à Cuba le plus gros de ses ressources). Cette dernière activité nécessitant une main d'œuvre importante, il sera fait appel aux esclaves africains:l'agriculture et la pêche.
En 1763, il n'y avait pas plus de trente-deux mille esclaves dans toute l'île. La culture sucrière, sans être négligeable, était très loin du niveau des colonies françaises comme Saint-Domingue ou anglaises comme la Jamaïque. Après la longue guerre qui dure de 1791 à 1803 contre les esclaves noirs beaucoup de propriétaires blancs de Saint-Domingue fuient à Cuba où ils apportent capitaux et savoir-faire. De 1792 à 1860, on introduit à Cuba plus de sept cent vingt mille esclaves, plus qu'au cours des deux siècles précédents[2]. Ensuite, les planteurs francophones viennent grossir le flot des Réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique.
Même si, au XVIIe siècle, la population avait augmenté avec l'arrivée des colons espagnols et des esclaves africains, Cuba était encore, au début du XVIIIe siècle, une petite colonie. Pendant l'été 1762, la capitale fut conquise par les Anglais conduits par Georges Pocock et lord Albemarle. Ils allaient régner sur l'île pendant neuf mois. Aussi brève fût-elle, l'occupation anglaise modifia l'organisation économique et sociale de Cuba. Les restrictions commerciales imposées par l'Espagne furent abolies, marquant le début des échanges avec les colonies anglaises d'Amérique du Nord. Le trafic des esclaves s'intensifia pour fournir la main d'œuvre nécessaire dans les plantations. À l'issue du traité de Paris, signé en 1763, Cuba fut rendue à l'Espagne en échange de la Floride attribuée aux Britanniques.
Dans les régions plantées de palmiers royaux, trop accidentées pour les machines modernes, des brigades de travailleurs de provinces et de villes différentes et de toutes professions viennent encore couper la canne à la machette. Volontaires, nourris six fois par jour[réf. nécessaire], pouvant gagner cinq fois plus qu'un ouvrier ordinaire, ils ont droit à tous les égards. Juste retour des choses : au XVIIIe siècle, le châtiment le plus redouté par l'esclave urbain était d'être vendu aux planteurs de l'intérieur ; prisonniers du domaine, les Noirs ne recevaient ni argent ni éducation.
Rien ne doit se perdre. Une fois le précieux sirop extrait des cannes, les hommes jettent dans les chaudières les tiges pour fabriquer la vapeur qui fait tourner l'usine. Les résidus visqueux tombés au sol sont nettoyés au jet d'eau. Il semble que l'on ait cultivé dès 1523 la canne à Cuba où elle a trouvé les meilleures conditions de croissance : climat chaud, sols humides et, juste avant la coupe, une période sèche propice à la concentration du saccharose. En 1620, Cuba produisait 550 tonnes ; en 1987, plus de 7 millions. Les sacs de 50 kilos sont expédiés durant la guerre froide surtout vers les pays de l'Est mais également en Libye. Cuba est devenu le premier exportateur mondial de canne à sucre.
Alors que la traite était officiellement abolie, plus de 360 000 esclaves furent débarqués entre 1820 et 1860 au port de La Havane, qui comptait au début du siècle 40 000 Blancs et 30 000 esclaves. C'est en 1886 que fut entièrement supprimé l'esclavage[3], fondement de l'économie coloniale, source des richesses de toute l'aristocratie créole.
Les luttes pour l'indépendance remontent au milieu du XIXe siècle avec la guerre des dix ans qui débuta en 1868 ; Les États-Unis intervinrent dans la guerre d'indépendance cubaine qui avait fait 200 000 morts depuis 1895 (soit 1/8 de la population) pour aider les indépendantistes et occupèrent l'île de 1898 à 1902, puis de 1905 à 1909. Les États-Unis poursuivirent une ingérence marquée jusqu'en 1934 (révocation de l'« amendement Platt » et Politique de bon voisinage).
Fidel Castro prend la tête d'une armée rebelle en 1956 et renverse le dictateur Fulgencio Batista le 1er janvier 1959. Il dirige Cuba jusqu'au 31 juillet 2006 puis c'est son frère Raúl Castro Ruz qui, après avoir assuré l'intérim du pouvoir, est élu le 24 février 2008 président du Conseil d'État et du Conseil des ministres par l'Assemblée nationale. L'année 2009 marque le cinquantième anniversaire de la révolution, célébrée par des festivités à Santiago le 1er janvier.
Les États-Unis sont, en 1959, l'une des premières nations à reconnaître diplomatiquement le nouveau gouvernement, mais les rapports entre les deux pays se gâtent dès le mois de mai de la même année, lors de la nationalisation des avoirs étrangers (dont ceux de United Fruit Co) à Cuba.

Carte indiquant la baie des Cochons
Par la suite, du 17 au 19 avril 1961 eut lieu la fameuse tentative de débarquement à la baie des Cochons de 1 400 réfugiés, recrutés, payés et entraînés par la CIA américaine, qui se solda par un échec. Les États-Unis mirent alors en place un embargo économique en 1962, mais renoncèrent à toute invasion de Cuba aux termes d'un accord signé pour conclure l'affaire des missiles de Cuba. Le pays fut longtemps soutenu par l'URSS qui lui accordait une aide (4 à 6 milliards de dollars américains par an jusqu'en 1990) en échange de son alignement sur sa politique (envoi de forces cubaines dans plusieurs pays d'Afrique pour protéger des gouvernements communistes ou déstabiliser ceux du « camp adverse », soutien aux mouvements révolutionnaires d'Amérique latine). Cuba fait face à une grave crise économique depuis la disparition du « grand frère soviétique ».

vendredi 24 juin 2011

TEXTE - LES FAUX-AMIS

LES FAUX-AMIS

(Mon vécu)

Combien de fois ai-je été désespéré
Dans cette vie pauvre et misérable
Ainsi, ai-je voulu, parfois, tout ignorer
Disparaitre de mes semblables.

J’y pense parfois, le passé est présent
Les jours de grande déprime où
Je cherchais à haïr la voix qui ment
Là était le gouffre, le mensonge surtout.

Mensonge teinté de beaucoup de  lâcheté
Je ne suis pour rien de mon arrivée dans l’Espace
Peut-être serais-je heureux de n’y pas arriver
Mais culpabiliser mes parents ce ne serait pas classe !

Bref, avec la vie qui passe, j’ai réfléchi
Et comme être responsable, j’ai décidé d’assumer.
Assumer la qualité de père, d’homme abouti
Considérer  plus important : la vraie pensée.


Nous naissons, souffrons le long de la vie.
Mais nous ne devons pas être à-sociaux
Ne nous appartenant pas du monde ici
Tout en y vivant sous condition : beau

Vivre en société nous oblige à accepter
Tout ce qui en elle est imparfaite, nous y compris
Alors, voici une idée que j’ai rêvée :
Passer, assumer, accorder du temps à l’oubli.

Et étant quelque peu philosophe, Je tiens à affirmer ici
Que la vie s’assimilerait à la Grand roue qui voyage
Ceux qu’on aime, les garder dans nos cœurs, et les amis
Les vrais, choyer, avec comme en amour le gage.

(Il est important de faire comprendre à ceux qui ne nous respectent pas qu’ils sont invités à reprendre la route, seuls, ne serait-ce que pour une question de respect envers nous-mêmes)

Andorre, le 24 juin 2011.






  

ACTUALIDADE - MORTE DE UM AMIGO: PETER FALK

Graças ao detective Frank Columbo, Peter Falk ganhou cinco Emmys

Actor Peter Falk morre aos 83 anos

Era um actor de composição, que trabalhou com realizadores como Wim Wenders, John Cassavettes ou Frank Capra, mas o grande público não se vai esquecer da sua imagem como detective Frank Columbo – sempre de gabardina e charuto – da série televisiva com o apelido da sua personagem. Morreu, esta quinta-feira à noite, aos 83 anos, anunciou um representante da família do actor nova-iorquino à 'CBS'.