Nombre total de pages vues

jeudi 28 novembre 2013

L'image du jour 28-11-2013 - Ciao Berlusconi

Ciao Berlusconi ?
Silvio Berlusconi arbore un regard d’indifférence lors d’un discours à Rome. L’ancien chef du gouvernement italien a été exclu du Sénat mercredi soir suite à sa condamnation pour fraude fiscale. Il a promis de “continuer à combattre”. REUTERS/Alessandro

mercredi 27 novembre 2013

L'image du jour 27-11-2013

Levée de soleil sur Pékin
Le jour se lève sur les gratte-ciel s de Pékin. Les prix de l’immobilier en Chine devraient continuer à grimper en 2014, mais à un rythme moins soutenu que cette année du fait d’un contrôle étroit du crédit et de mesures gouvernementales visant à éviter une bulle spéculative.

Requins: ca va mal finir! - Videos

 Un extrait de vidéo montrant un plongeur enlacer un requin citron, à Bora Bora


Une vidéo publiée sur Youtube jeudi 21 novembre montre un groupe de touristes qui nage au-dessus d'un banc de requins citron dans les eaux turquoise de Bora-Bora. Jusque là, rien d'exceptionnel, les baignades avec ces animaux étant une activité touristique à part entière en Polynésie. Soudain, l'un des nageurs plonge, s'accroche à l'aileron d'un requin et le suit sur quelques mètres avant de complètement l'enlacer pendant plusieurs secondes, sa tête finissant à quelques centimètres de la mâchoire de l'animal.


"Il n'y a jamais eu autant de vidéos de shark riding, dans lesquelles les nageurs s'accrochent aux ailerons des requins qui les tirent alors sur plusieurs mètres", constate The Age. Le journal australien explique que cette "nouvelle mode" a d'abord été pratiquée par des défenseurs de l'environnement qui voulaient diffuser un message : "Les requins ne sont pas des tueurs sans cerveau qui cherchent constamment à se nourrir d'hommes."

"Mais ces interactions étaient calculées, ces gens là connaissent extrêmement bien les requins", explique The Age, pour qui les personnes qui s'adonnent désormais à cette pratique sont "soit sous l'emprise de l'alcool, soit inconscients car ils pensent que les requins sont presque des animaux de compagnie".

"Dans tous les cas, c'est un jeu dangereux qui va sans aucun doute finir très mal pour un malchanceux", prévient le journal.


COURRIER INTERNATIONAL 

mardi 26 novembre 2013

Portugal - Quand la Police essaye d'envahir le Parlement

Manifestation de policiers à Lisbonne le 21 décembre 2013. AFP/ Francisco Leon.
Tous les corps de la police et de la gendarmerie portugaises ont manifesté le 21 novembre dernier à Lisbonne contre les mesures d’austérité qui s’appliquent également à la profession (la gendarmerie perdra, par exemple, 15 % de son budget en 2014). Si ce n’est pas la première manifestation du genre au Portugal, celle-ci a remporté une franche adhésion (plus de 10 000 manifestants) et s’est terminée dans un face-à-face tendu et inédit entre policiers en civils et policiers en uniforme.
En effet, les manifestants, parfois cagoulés, ont renversé les barrières de protection, forcé le barrage des forces de maintien de l’ordre et mimé une intrusion dans le Parlement. En face, la "Polícia de choque" (équivalent des CRS français) a peu ou prou repoussé les assaillants, ne s'interposant qu'au dernier moment, avant les portes de "São Bento" (surnom du Parlement portugais).
Le ministre de l’Intérieur Miguel Macedo, cité par Público, a jugé l’événement "absolument inacceptable. D’abord parce que les règles de sécurité doivent être respectées. Ensuite parce que ceux qui ont pour mission de les faire respecter ne peuvent donner l’exemple de les violer". Paulo Valente Guedes, directeur national de la police, a présenté sa démission le lendemain, "suite aux évènements qui se sont produits devant le Parlement".
Le Premier ministre Pedro Passos Coelho, cité par Ipsilon, a déclaré que "le non-respect des règles dans la manifestation de la police n’aurait jamais dû avoir lieu" et que "cela n’est pas un bon indicateur de l’autorité des forces de sécurité". Le Président António Cavaco Silva a, quant à lui, lancé un appel au calme en rappelant son plus grand respect pour les forces de l’ordre : "Maintenez la sérénité en ces temps difficiles pour le Portugal, alors que nous dépendons tellement, tellement des créanciers qui nous observent chaque jour".
La démocratie en jeu
Si l'affaire fait grand bruit au Portugal, les points de vue sur la portée de cette manifestation divergent. Cité par Nuno Ribeiro de Público, l’analyste politique Carlos Jelali estime que "ce qui s’est passé devant le Parlement a une valeur symbolique" et "que les limites des manifestations peuvent finalement être dépassées". Pour Boaventura Sousa Santos, intellectuel classé à gauche, "ce qui est en cause, c’est le cerveau de l’Etat. Il n’est pas possible de maintenir le droit et l’ordre si on humilie les forces de sécurité".
Dans le même sens, Daniel Oliveira pose la question dans sa chronique publiée dans le journal Expresso : "Comment les forces de l’ordre peuvent -elles imposer aux autres des limites qu’elles-mêmes dépassent ?". Pour lui, le comportement de jeudi dernier "n’est pas le problème mais le symptôme du climat de dégradation institutionnelle et démocratique que le gouvernement a provoqué".
L’éditorial de Público du 22 novembre y décèle une tendance antidémocratique : "Le message qui reste, non pour le gouvernement mais pour le peuple, est dangereux : en uniforme, les lois pèsent moins". Plus rassurante, et rappelant l'issue finalement pacifique de la manifestation, la présidente du Parlement, Maria de Assunção Esteves, a déclaré à ce même magazine que "le Parlement est fier d'être la maison et la porte à laquelle tous viennent frapper".
Alors que le gouvernement n'écarte pas des procédures disciplinaires pour punir les agents ayant désobéi aux consignes lors de la manifestation, Paulo Rodrigues, leader du principal syndicat de policier (Sindicados e Associações dos Profissionais das Forças e Serviços de Segurança) appelle à continuer la lutte et n'écarte pas l'idée d'une grève des amendes, pourtant illégale au Portugal.
 
COURRIER INTERNATIONAL

Images du Monde - Ecosse

Un nuage d'étourneaux dans la ville de Gretna, en Écosse.
 
Un nuage d'étourneaux dans la ville de Gretna, en Écosse.

L'image du jour 26-11-2013

Marcher sur le feu dans le Zhejiang
Un homme fait voler de gerbes d‘étincelles lors d’un rituel sécualire chinois qui se déroule dans la province de Zhejiang. Lianhuo, la “Marche du feu”, voit souvent des douzaines d’homme marcher pieds nus sur le charbon brûlant en signe de défi au diable et au mauvais sort.
REUTERS/Stringer

samedi 23 novembre 2013

Toyota, Honda, Hyundai vont lancer des voitures à hydrogène « zéro émission »

toyota fcv

Carlos Ghosn, le patron de Renault et Nissan, n'y croit pas. Comme il ne croyait pas au succès de l'hybride, rappellent les mauvaises langues… Ce scepticisme du double PDG des firmes française et japonaise, qui a tout misé sur l'électrique au décollage pour le moins incertain, n'empêche pas Toyota, Honda et le coréen Hyundai d'investir sur la voiture à pile à combustible.
Les deux firmes nippones promettent en effet pour le milieu de la décennie la commercialisation en (petite) série d'une voiture à pile à combustible. Hyundai va s'y mettre aussi. Le coréen préfère pour sa part louer les véhicules plutôt que les vendre.

480 kilomètres d'autonomie

Le concept Honda FCEV, ultra-aérodynamique, a fait sa première apparition publique à l'occasion du Salon de l'automobile de Los Angeles, qui se tient du 22 novembre au 1er décembre. Et ce, alors que Toyota a présenté son FCV au salon de Tokyo, qui s'est ouvert aux professionnels mercredi dernier.
Le modèle Honda « présente plusieurs directions stylistiques retenues pour la prochaine génération des modèles Honda à pile à combustible, qui devrait faire son apparition au Japon et aux États-Unis en 2015, avant de parvenir en Europe », affirme le constructeur.
Ces futurs modèles Honda profiteront d'un ensemble pile à combustible et motorisation électrique entièrement hébergé dans le compartiment moteur, autorisant, selon la firme nippone, « une gestion plus efficace de l'espace intérieur ainsi que de nouvelles perspectives pour appliquer cette technologie à d'autres véhicules dans le futur ».
Honda vend déjà confidentiellement depuis quelques années la berline FCX Clarity, également à hydrogène. Mais le constructeur assure que, avec le nouveau concept de salon, il a augmenté de 60% la capacité énergétique, en même temps qu'il a réduit l'encombrement d'un tiers. Il revendique une autonomie de 480 kilomètres avec une recharge de 3 minutes à une pression ne dépassant pas 700 bars.

Même des bus pour 2016

Le Toyota FCV se présente sous forme d'une longue berline de 4,87 mètres de long, très effilée, prévue pour le Japon, l'Amérique du nord et les pays d'Europe où il existe des stations de recharge comme la Suède.
Et ce, « autour de 2015 » comme Honda. « Cette technologie est supérieure à l'électrique », souligne Yoshikazu Tanaka, chef adjoint du projet pile à combustible chez Toyota, qui travaille avec BMW. « Vous rechargez le réservoir en trois minutes et disposez d'une autonomie allant jusqu'à 700 kilomètres. L'hydrogène existe à l'état naturel et le véhicule ne rejette que de l'eau », indique-t-il.
Toyota espère vendre chaque année des dizaines de milliers de voitures de ce type dans la prochaine décennie.
Hino, filiale de Toyota spécialisée dans les poids-lourds, compte de son côté mettre sur le marché un bus à hydrogène en 2016. Plusieurs expérimentations de bus urbains ont été déjà menées depuis une dizaine d'années.
Le coréen Hyundai a également montré au salon de Los Angeles son 4x4 à hydrogène, le Tucson (nommé iX35 en Corée et en Europe) Fuel Cell. Ce véhicule devrait être diffusé avant les modèles de Toyota et Honda. La Californie sera visée en premier. Cet Etat américain dispose déjà de neuf stations de recharge.

Prix encore élevé

Les véhicules à pile à combustible utilisent de l'hydrogène. Ils disposent d'une motorisation électrique mue par la réaction chimique entre l'hydrogène et l'oxygène extérieur. Ils sont « zéro émission » et donc extrêmement écologiques. Ils gardent une large autonomie et proposent donc une utilisation comparable à celle d'un véhicule thermique classique.
En revanche, ils posent le problème des infrastructures. Une station à hydrogène coûte cher. Se pose aussi le problème de la sécurité du stockage. Toyota affirme en tous cas avoir résolu le problème du réservoir à hydrogène du véhicule lui-même en cas d'accident. Il est désormais quasiment blindé, à l'épreuve des balles selon la firme nippone. Il faut en effet éviter qu'il n'explose dans une collision !
Malheureusement, le prix reste très élevé.
« Le coût du système a été divisé par dix depuis 2008. Et il devrait être encore réduit de 50% pour une utilisation commerciale », précise-t-on chez Toyota.
Il n'empêche. Le prix de son FCV avoisinerait encore les 75.000 euros à son lancement. Pas donné.
En attendant, le prototype de modèle Toyota à pile à combustible, que nous avons pu essayer sur piste près de Nagoya, se comportait très agréablement, avec de brillantes accélérations. Son fonctionnement nous est même apparu plus agréable celui des hybrides du pionnier des voitures essence-électriques.
 
LA TRIBUNE

République Centrafricaine - Comme au Darfour?

Des volontaires de la Croix-Rouge entèrent un corps à Bossangoa le 15 septembre.
Dans une région où les journalistes sont rares, Peter Bouckaert, directeur de la section Urgences de l’ONG Human Rights Watch, a raconté son voyage dans la préfecture de l’Ouham, dans le nord du pays. Dans un long reportage publié dans Foreign Policy, il décrit “les villages vides, sans âme qui vive”, et ces campements construits par des déplacés dans la brousse, que l’on découvre après 4 kilomètres de marche dans la rivière, où “les enfants meurent de la malaria ou de la fièvre typhoïde”.
Il n’y a pas de nourriture dans la forêt, mais on continue à se cacher, car le camp de déplacés de Bossangoa est trop éloigné et les routes sont trop dangereuses,
lui confie un père de famille. On vit et on meurt comme des animaux.” L’église de Bossangoa, la ville principale du nord du pays, est devenue un refuge pour 40 000 villageois, “surpeuplé, bruyant et saturé par les fumées des fourneaux artisanaux”.

Mais les musulmans aussi affluent à Bossangoa, dans un autre camp “séparé”, établi à l’improviste, depuis que les chrétiens des antibalaka ont décidé de faire la loi. Le témoignage d’une femme musulmane donne crédit aux craintes d’Adama Dieng, chargé de la prévention des génocides à l’ONU. “Nous allons tuer tous les musulmans et nous allons tuer tout votre bétail”, lui a déclaré le chef d’une milice. Comme le rappelle Peter Bouckaert “le mépris des agriculteurs chrétiens à l’égard des nomades musulmans est bien antérieur au conflit actuel, car ces nomades gardent souvent leur bétail dans les champs, détruisant les récoltes. […]
Les revendications territoriales représentent une dimension supplémentaire de la violence en République centrafricaine – tout comme au Darfour.”
Voir cette carte en plus grand
COURRIER INTERNATIONAL

Front National France - Dérapages, quels dérapages?

Il paraît qu’il arrive au FN de « déraper ». C’est comme ça que titrent les journaux lorsque le parti de Marine Le Pen est pris en flagrant délit d’être ce qu’il est. Enfin, il ne s’agit pas vraiment du FN, mais de candidats du FN. Enfin, pas vraiment des candidats du FN, plutôt des «erreurs de casting», comme l’a précisé le vice-président du FN, Florian Philippot, à propos de cette Anne-Sophie Leclere, chef de file pour les élections municipales à Rethel, dans les Ardennes. La brave femme avait comparé Christine Taubira à un singe sur son compte Facebook. Elle avait ajouté qu’elle préférait voir Taubira «dans un arbre après les branches plutôt qu’au gouvernement».
Le dernier «dérapage» en date, on le doit à Joris Hanser, candidat FN à la mairie de Rixheim, dans le Haut-Rhin. Le jeune étudiant en médecine de 20 ans a «dérapé» à plusieurs reprises sur Twitter. Après la victoire de son parti à Brignoles, il a fêté ça en gazouillant: «À Brignoles, ce matin, die Ausweise étaient à retirer en sous-préfecture.» Sur son compte Facebook, il avait précédemment défendu l’idée selon laquelle la colonisation avait été «une chance» pour l’Algérie. Toujours sur Facebook, le jeune homme «like» Radovan Karadzic... Le pauvre gamin ne sera pas candidat FN à Rixheim, a décidé la direction du parti. «Sur le coup, j’étais dégoûté, mais je n’en veux pas au Front national. Je vais continuer à militer pour eux», a commenté Joris Hanser avant de conclure sa mésaventure médiatique ainsi: «Cela me servira de leçon, il y a des choses qu’on ne peut pas dire quand on est candidat.» Non, en effet, se laisser aller à être soi-même lorsqu’on est candidat FN est très déconseillé.
En fait, il n’est pas conseillé non plus aux militants FN d’être eux-mêmes en période préélectorale. La candidate FN à la mairie de Saint-Alban, en Haute-Garonne, Nadia Portheault, a quitté le parti parce qu’elle ne supportait plus les remarques racistes de la part de militants locaux. Il faut dire qu’elle est d’origine algérienne et que son nom de jeune fille est Djelida... «Toi et tes enfants, vous êtes bons pour le four», lui aurait dit un responsable du FN du département. Noooooon... Ce n’est pas possible! Le FN ne va quand même pas virer une partie des militants du bled de Mme Portheault! En effet. Le FN porte plainte contre son ex-candidate pour diffamation.

En titrant sur les «dérapages» du FN, les journaux laissent entendre que les propos tenus par des membres du FN ne sont pas représentatifs de ce qu’est profondément le FN. Le FN s’est longtemps présenté comme le parti qui disait tout haut ce que les Français pensaient tout bas. Les adhérents au FN ont cru au message, et c’est même sans doute pour ça qu’ils ont rejoint le parti de Le Pen. Enfin, on peut ouvrir notre gueule! Eh bien, non, c’est trop tôt, les enfants... Vous pourrez vous permettre de lâcher la bride de votre inconscient lorsque nous serons au pouvoir. Un peu de patience...
Comment expliquer que ces «dérapages» racistes aient lieu massivement au FN? Pourquoi les candidats des autres partis ne «dérapent»-ils pas dans les mêmes proportions que ceux du FN? La direction du FN prétend qu’elle ne peut pas fliquer tous ses candidats, qui sont pourtant moins nombreux que les candidats des autres grands partis... La vérité, c’est que personne ne «dérape» au FN! Pour un membre du FN, «déraper» consisterait à lire à haute voix la Déclaration universelle des droits de l’homme. Contester le portrait que Valls a dressé des Roms, aux «modes de vie extrêmement différents des nôtres», ça, ce serait un «dérapage»!
Oui, le FN a changé. Hier, sous la direction du père Le Pen, il montrait sa vraie nature. Aujourd’hui, sous la direction de la fille, le FN cherche à dissimuler ce qu’il est vraiment. Pour ça, le FN ne peut manifestement pas compter sur des candidats décidément trop nouilles. Heureusement qu’il y a des journalistes qui sont là pour maquiller en «dérapages» de sincères professions de foi.
Charb

Photos - Animaux - Colombie

Un chien policier colombien et son maître s'amusent pendant l'ouverture de la quatrième réunion des ministres de la sécurité publique des Amériques à Medellin.


Un chien policier colombien et son maître s'amusent pendant l'ouverture de la quatrième réunion des ministres de la sécurité publique des Amériques à Medellin

Afrique du Sud - Opération de secours pour un chien tombé dans le plus grand cratère creusé par l'homme

Le «Big Hole» de Kimberley, an Afrique du Sud, considéré comme la plus grosse cavité jamais creusée par l'homme.
Des sauveteurs tentaient samedi de secourir un chien tombé dans le «Big Hole» de Kimberley, un gigantesque cratère artificiel profond de près de 200 mètres, dans le centre de l'Afrique du Sud, ont indiqué les secours. Le chien, tombé pour une raison inconnue au début de la semaine dans le «Big Hole» (grand trou), a trouvé refuge sur une saillie de la paroi après avoir nagé dans le lac situé au fond du cratère.
«Une équipe de secours de sept personnes va descendre. Ils vont se stabiliser mutuellement. Puis une seule personne va faire les derniers mètres et secourir le chien», a indiqué Vanessa Jackson, porte-parole du service de secours ER24. L'opération devrait prendre plusieurs heures, a-t-elle précisé à l'agence Sapa.

«Je crois qu'ils essaient de donner à manger au chien»

Le chanteur Kurt Darren, qui a offert de financer les opérations, a précisé que le sauvetage était rendu difficile par l'instabilité de la paroi. «Je crois qu'ils essaient de donner à manger au chien, en ce moment. Vous devez vous rappeler que le chien est là depuis six jours», a-t-il dit à la mi-journée à la radio 702.
Principale curiosité touristique de Kimberley, le «Big Hole», vestige d'une ancienne mine de diamants du groupe de Beers, est considéré comme la plus grosse cavité jamais creusée par l'homme.
20 Minutes Avec AFP

Images du Monde - Japon

Vue aérienne de l'île volcanique en formation en pleine mer, à 1.000km au sud de Tokyo, près des îles d'Ogasawara.


Vue aérienne de l'île volcanique en formation en pleine mer, à 1.000km au sud de Tokyo, près des îles d'Ogasawara.

Bonne nuit



CIAO, ciao, CIAO...

vendredi 22 novembre 2013

Voilée, Boutin s'attaque à Hollande sur une chaîne iranienne


La présidente d'honneur du Parti chrétien démocrate a vivement critiqué l'action de François Hollande sur une chaîne de télévision iranienne. Dans cette interview remarquée jeudi soir par BFMTV, Christine Boutin apparaît couverte d'un voile bleu.
 
L'interview a été réalisée en France. Mais, pour répondre aux questions de la chaîne iranienne PressTV, Christine Boutin a consenti la semaine dernière à se coiffer d'un voile bleu, dont le port est obligatoire en Iran pour toutes les femmes depuis 1979. La vidéo de l'entretien a été relevée jeudi par BFMTV. Accompagnée de son allié pour les élections européennes, l'ex-vice président du FN Jean-Claude Martinez, la présidente d'honneur du Parti chrétien démocrate commentait un sujet de cette chaîne, proche du pouvoir iranien, sur la popularité en berne de François Hollande.
"François Hollande a la cote de popularité la plus basse de tous les présidents et pas seulement en raison de la façon dont il s'occupe des questions d'immigration", affirme Christine Boutin. L'ex-ministre va même plus loin en assurant que "la question qui se pose aujourd'hui est de savoir s'il sera capable d'aller jusqu'au terme de son mandat". "Personnellement, j'en doute", avance-t-elle.

"Il n'a tenu aucune de ses promesses, à l'exception du mariage homosexuel"

Mais celle qui fut l'une des principales figures de l'opposition au mariage pour tous évoque également son sujet de prédilection. "Il n'a tenu aucune de ses promesses, à l'exception du mariage homosexuel, ce qui n'a fait que diviser le pays encore plus", regrette-t-elle devant la caméra. En Iran, l'homosexualité est passible de la peine de mort.
A ses côtés, Jean-Claude Martinez s'en est quant à lui pris à la politique étrangère de la France, alors que Paris tente de négocier un accord avec Téhéran sur le dossier nucléaire iranien. "En bombardant la Libye, nous avons déstabilisé l’Afrique subsaharienne et créé le Mali", assène-t-il ainsi.
 
A.F. - leJDD.fr

La Grèce tourne le dos à l'Union €uropéenne

Dessin de Chapatte, Le Temps, Suisse
Dessin de Chapatte, Le Temps, Suisse
Que se passerait-il si l'un des "pays assistés" finissait par dire "non" ? Telle est la question que certains responsables de la troïka des bailleurs de fonds internationaux (FMI, BCE, CE) commencent à se poser au sujet de la Grèce. Au terme d'une année au pouvoir marquée par un entêtement croissant face aux exigences de réformes, le gouvernement de coalition grec répète à l'envi qu'il n'acceptera plus aucune mesure d'austérité.
A bien des égards, la Grèce ne choque plus. L'essentiel de sa dette étant détenu par ses sauveurs institutionnels - les gouvernements européens, les institutions de la zone euro et le Fonds monétaire international - le marché financier n'y prête plus guère attention.
En outre, les litiges entre Athènes et les gestionnaires de plans de sauvetage sont devenus si courants qu'ils passent désormais inaperçus, y compris à Bruxelles et Berlin, où les décideurs politiques sont largement habitués aux caprices de la Grèce.
Si l'on en juge par le sentiment d'exaspération à peine dissimulé qui règne chez les négociateurs ces derniers jours, les tables rondes en cours, qui durent depuis deux mois, semblent refléter un changement de méthode, et non pas seulement de braquet.
A première vue, le litige porte sur [...] lire la suite sur presseurop.eu
 
COURRIER INTERNATIONAL

L'image du jour 22-11-2013

Efforts humanitaires aux Philippines

Efforts humanitaires aux Philippines
21 Novembre 2013, un hélicoptère de l’armée philippine largue des bouteilles d’eau à Tolosa, sur l‘île de Leyte, pour les survivants du typhon Haiyan. Au moins 4000 personnes ont été tuées lors du passage du typhon, le 8 novembre, provoquant par ailleurs des dégâts matériels considérables. REUTERS/Erik De Castro

jeudi 21 novembre 2013

L'image du jour 21-11-2013

Lumières sur Sydney
Le passager d’un ferry qui circulait devant l’opéra le plus célèbre d’Australie a saisi cet incroyable cliché par un après-midi d’hiver dans l’hémisphère sud. REUTERS/Daniel Munoz

Lorsque Hercule Poirot enquête sur la mort d'Arafat

Photomontage du détective Hercule Poirot devant le mausolée de Yasser Arafat. Capture d'écran du site KarlreMarks.com  
– Voir le Photomontage en plus grand
Hercule Poirot marqua une pause avant de pénétrer dans le bureau. La rencontre déplaisante avec les soldats israéliens au portail avait irrité le grand détective. Il n'était pas sorti de sa retraite pour être humilié de la sorte, se dit-il. Les soldats s'étaient moqués de la moustache dont il prenait si grand soin et lui avaient demandé s'il essayait de passer de "l'aide humanitaire" en douce [aux Palestiniens] sous son ventre rebondi.
L'allure de Poirot était un sujet sensible pour lui, mais il n'allait pas laisser ces idiots le distraire du travail qui l'attendait, et qui était peut-être le plus grand défi qu'il ait eu à relever. Il ouvrit la porte et entra.
Souha Arafat l'accueillit avec un sourire. Elle portait un élégant tailleur noir et avait l'apparence soignée qui va de pair avec la grande richesse. Mme Arafat avait demandé à Poirot d'enquêter sur l'assassinat de son mari, l'ancien leader palestinien Yasser Arafat. Le fait que plusieurs années avaient passé depuis la mort [en 2004] de celui-ci était l'une des nombreuses complications entourant l'affaire. Le décès avait été attribué dans un premier temps à des causes naturelles mais de récents indices [le rapport d'une équipe médicale suisse a évoqué de fortes doses de polonium trouvées dans des prélèvements sur le cadavre d'Arafat] faisaient maintenant penser à un acte criminel. Poirot n'avait pas pu résister à mener l'enquête. Une dernière fois.
Le principal suspect se trouvait dans le coma
Le défunt avait-il des ennemis ? Et comment ! Tout le monde, depuis ses principaux adversaires, les Israéliens, jusqu'à ses rivaux parmi les dirigeants arabes en passant par bon nombre de leaders dans son propre camp, pouvait être inclus dans le vaste club des ennemis d'Arafat. Poirot savait cela mais il voulait entendre la version de sa femme. Avec la méticulosité qui était la sienne, il décida de ne pas exclure la veuve du rang des suspects, même si elle l'avait engagé.
Le principal ennemi d'Arafat et premier suspect se trouvait dans le coma non loin de l'endroit où Poirot s'entretenait avec Mme Arafat. [L'ancien Premier ministre israélien] Ariel Sharon, dans le coma [depuis 2006], avait essayé plusieurs fois d'assassiner l'ancien leader palestinien avant de parler ouvertement de ses tentatives. Mais il ne pouvait plus répondre à aucune question. La seule option du détective était de parler à son successeur et allié proche, Benyamin Nétanyahou, un homme qui avait haï Arafat et voulu se débarrasser de lui avec autant de force que Sharon.
"Je pense personnellement que c'est l'Iran", confia Nétanyahou à Poirot après de brèves salutations. Poirot réprima un sourire narquois : "Mais M. Nétanyahou, on dirait que c'est votre réponse à tout dernièrement ! Vous ne pouvez pas être sérieux", lança-t-il. Sa répartie avait été plus corrosive qu'il ne l'avait voulu, mais cet homme avait un sacré culot ! "Les Iraniens haïssaient Arafat et avaient accès à des membres de son sérail", répondit l'Israélien. "Pourquoi l'aurions-nous assassiné de cette façon ? Si nous avions voulu le tuer, nous aurions bombardé sa résidence."
Servir les intérêts de pouvoirs étrangers
"Oui, cela vous aurait ressemblé davantage, nous connaissons tous votre marque de fabrique", fit Poirot. "Mais les conséquences auraient été plus grandes. Nierez-vous que sa mort vous a arrangé ?". Le sang-froid du détective était visiblement entamé par l'impertinence de son interlocuteur. "Nous ne pouvons pas être tenus responsables à chaque fois que la mort de quelqu'un tombe bien pour nous", rétorqua Nétanyahou en souriant jusqu'aux oreilles. Il s'amusait manifestement beaucoup. N'empêche, pensa Poirot, nous devons garder l'esprit ouvert.
Le détective devait rencontrer le successeur d'Arafat, Mahmoud Abbas, une demi-heure plus tard. Cet homme ambitieux mais sans la personnalité qui aurait dû aller avec - en fait, selon certains, sans personnalité du tout - était également un suspect évident. Il avait gagné à remplacer Arafat et pouvait servir les intérêts de pouvoirs étrangers. Poirot détermina sa stratégie d'interrogatoire.
La vue de la moustache d'Abbas éveilla momentanément l'intérêt du détective, mais il se dissipa rapidement. La moustache de cet homme était une honte. Il était clair qu'il n'en prenait pas bien soin et n'utilisait aucun onguent. La touffe de poils au-dessus de sa lèvre méritait à peine le nom de moustache. "Avez-vous assassiné Arafat ?" La première question de Poirot prit Abbas par surprise. Elle reflétait l'irritation causée chez Poirot par le fouillis poilu sur le visage du Palestinien.
"C'est clairement un complot sioniste"
"Certainement pas !", répondit-il. "Qu'en aurais-je retiré ? C'était mon camarade !" Son ton manquait de conviction, et son manque de courage dégoûta Poirot. "Vous avez pourtant clairement profité de sa mort". Il espérait briser les faibles défenses d'Abbas par une attaque soutenue. "Je n'admettrai pas d'être interrogé de cette façon !" s'insurgea ce dernier. "Je vais déposer une plainte auprès des Nations unies ! Je ne me laisserai pas intimider et accuser de meurtre sans rien faire ! C'est un coup monté des Israéliens ! Et sinon, c'est Dahlan [Mohammed Dahlan, ancien responsable palestinien de la sécurité préventive, qui était brouillé avec Arafat] ! Ou les deux ensemble !".
Sur le chemin de son hôtel, Poirot récapitula les faits. Il décida qu'il lui restait un suspect à qui parler. Comme il était impossible de se rendre à Damas, il arrangea un entretien téléphonique avec Bachar El-Assad. Les dirigeants syriens étaient de vieux ennemis d'Arafat et avaient toujours essayé de le renvoyer dans ses platebandes. Poirot décida qu'il valait mieux adopter la manière douce.
"C'est clairement un complot sioniste visant le coeur de la nation arabe, qui bat à Damas" [Damas est historiquement considéré comme le coeur battant du monde arabe], affirma Assad. "Arafat et moi avions nos différences, il avait fait la paix avec l'entité sioniste, mais son assassinat servait clairement leurs intérêts." Le détective choisit ce moment pour poser la question suivante : "Mais vous avez vous-même beaucoup négocié avec les Israéliens. N'aviez-vous pas intérêt à faire disparaître Arafat ?". Poirot se prit à penser à la moustache d'Assad. "Ecoutez, qui a tué Jésus ? Nous connaissons tous deux la réponse. Et c'est la même dans cette affaire." La réponse rhétorique du Syrien amusa le détective. Les Romains auraient difficilement pu assassiner Arafat, plaisanta-t-il en son for intérieur.
Situation chaotique
De retour à son hôtel, il dégusta une tisane du pays en réfléchissant aux évènements de la journée. Les saveurs parfumées éveillaient ses sens. "C'est délicieux", se dit-il, "je dois penser à en ramener". Il était convaincu que toutes les personnes avec qui il avait parlé dans la journée lui avaient menti. Chacune pouvait être l'assassin et peut-être deux ou plus s'étaient associées pour commettre le crime. Le travail de Poirot était de mettre de l'ordre dans cette situation chaotique, d'écarter toutes les distractions et de dégager la vérité.
"Ce ne sera pas possible cette fois", se résigna le détective. Il se heurtait à la même conclusion que beaucoup d'autres avant lui. La Raison et le Levant [le Moyen-Orient] sont deux choses difficiles à concilier. "A moins que quelqu'un n'ait vu un homme corpulent quitter la demeure d'Arafat la nuit où le poison a été administré, nous ne connaîtrons jamais la vérité", gloussa Poirot pour lui-même.
 
COURRIER INTERNATIONAL