Nombre total de pages vues

mardi 16 août 2011

La répression syrienne opère sur plusieurs fronts

L'armée appuyée par des chars a pénétré lundi dans plusieurs localités de la province de Homs, au centre du pays. «La localité de Houla est assiégée (...) L'armée y procède à des perquisitions et à des arrestations sous le couvert de tirs nourris», a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Toutes les entrées de Houla sont encerclées par un grand nombre d'agents de sécurité, qui tirent pour terrifier les habitants», selon l'OSDH. «Des chars sont déployés dans certaines zones et les milices fidèles au régime et les agents de sécurité sont déployés sur toutes les routes et dans les villages aux alentours de Houla où ils effacent les graffitis anti-régime».

• Troisième jour de bombardement sur le port de Lattaquié

Les forces syriennes ont repris lundi leur pilonnage de quartiers sunnites de Lattaquié, théâtre de nombreuses manifestations contre Bachar el-Assad et pièce maîtresse de la puissance économique du régime. «Les gens tentent de s'enfuir mais ils ne peuvent pas quitter Lattaquié car la ville est assiégée», a raconté un habitant à l'agence Reuters. «Le mieux qu'ils peuvent faire c'est de se réfugier d'un endroit à l'autre à l'intérieur de la ville». Un jeune homme de 22 ans a été tué par les soldats lundi. 26 civils ont déjà trouvé la mort dans cette ville en 72 heures. Dimanche, des navires de guerre sont pour la première fois intervenus.
Selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), plus de 5.000 Palestiniens ont fui le camp de réfugiés de Raml, dans le quartier de Lattaquié visé par l'offensive, à la suite de tirs des forces de sécurité. Une attaque qualifiée de «crime contre l'humabnité» par Yasser Abed Rabbo, le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

• L'Espagne a tenté une médiation secrète

Selon le quotidien espagnol El Païs, Jose Luis Rodriguez Zapatero a envoyé en Syrie «en secret», en juillet, son conseiller spécial Bernardino Leon, pour soumettre un plan de sortie de crise à Bachar el-Assad et lui proposer l'asile pour sa famille. Avec l'appui de la Turquie, Bernardino Leon, qui est aussi envoyé spécial de l'Union européenne dans la région, «s'est rendu en Syrie incognito» et a proposé une conférence à Madrid. Il a voyagé seul sans son passeport diplomatique. Mais l'initiative a tourné court. «Mon impression est qu'Assad ne va rien céder d'essentiel», a dit à son retour l'envoyé, selon le journal qui cite un diplomate.

• La pression diplomatique reste vaine

Lors d'un entretien téléphonique samedi, le président américain Barack Obama et le roi Abdallah d'Arabie saoudite ont appelé à la fin immédiate de « la brutale campagne de violences du régime syrien contre son peuple». Le 8 août, le roi Abdallah avait déjà rappelé l'ambassadeur saoudien à Damas pour «consultations», et réclamé « l'arrêt de la machine de mort et l'effusion de sang avant qu'il ne soit trop tard».
(Avec agences)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire