Nombre total de pages vues

samedi 31 mai 2014

Toulon sacré champion de France de rugby


J’adore ce jeu que j’ai pratiqué dans ma jeunesse et que je suis en permanence, en détriment même du « foutchibol » du Brésil et de la planète… 

Mais assister au sacre des mercenaires du R.C. Toulon, j’ai du mal à l’admettre… 

Je crois devoir aller me remettre aux équipes de fédérale – amateurs -  où, l’argent n’est pas de mise. 

Le RC Toulon a été sacré, aujourd’hui, champion de « France »… 

Nous le regrettons vivement. 

PS : cette critique ne s’adresse pas à Johnny Wilkinson ; un grand joueur et homme ! 

31-05-2014 

JoanMira

 

jeudi 29 mai 2014

Brésil: des flèches contre la coupe du monde


"Des flèches, des tirs et des bombes à deux semaines de la Coupe du monde", titre le quotidien de la capitale brésilienne. La coupe, que les Brésiliens avaient remportée lors du Mondial 2002, voyage dans tout le pays, mais cette tournée a été émaillée d'incidents divers. Le 27 mai, à Brasília, ce sont notamment les nations indiennes qui ont manifesté contre les conséquences de l'organisation de la Coupe du monde au Brésil. Ainsi, des arcs et des flèches se sont opposés aux tirs de Flash-Ball et aux gaz lacrymogènes de la police montée, tout cela donnant d'impressionnantes photographies.

Après avoir simulé le procès de la Fifa, les manifestants ont décidé d'aller remettre la sentence – le remboursement de l'argent engagé dans les Coupes du monde 2010 et 2014 – au stade Garrincha de Brasília. Les 3 000 manifestants ont alors été encerclés par la police et c'est en forçant le passage que les échauffourrées ont commencé. Un Indien a été blessé ainsi qu'un policier, dont la jambe a été transpercée par une flèche.

"Les élèves des écoles primaires qui faisaient la queue pour voir la coupe dans le [stade] Mané-Garrincha ont été ramenés d'urgence dans leur bus." L'événement a été annulé.
 
Courrier International

Les maîtres de la photo - Willy Ronis - "Paris, 1952"

Paris, 1952


"Paris, 1952"

L'image du jour 29-05-2014

Un policier anti-émeute frappé par une bouteille d’eau en plastique pendant une manifestation contre le régime militaire en Thaïlande, le 28 mai 2014.
REUTERS/Erik De Castro

mercredi 28 mai 2014

Charles Aznavour - "La mamma" - Classiques de la chanson française - Video - Musique - Live

"La mamma"

L'image du jour 28-05-2014

Découragement

Découragement
Une femme de l’ethnie Rohingya et ses jumeaux, âgés de 25 jours, qui souffrent visiblement de malnutrition, dans l’Etat Rakhine.
Des violences ont été récemment perpétrées contre la minorité musulmane des Rohingyas dans l’ouest de la Birmanie.
En février, Médecins sans Frontières-Hollande a été expulsé par le gouvernement birman pour avoir dénoncé ces violences.
La crise sanitaire est plus vive que jamais. Entre 140 000 et 800 000 Rohingyas seraient confinés dans des conditions difficiles dans des camps de déplacés dans l’Etat Rakhine.
Selon l’ONU, “la minorité la plus persécutée au monde” est celle des Rohingyas.
REUTERS/Minzayar

Démission de Copé : l'UMP, entre cynisme et irresponsabilité



Au lendemain de la crise violente qui secoue à nouveau l'UMP, qui jette l'opprobre sur l'ensemble de sa direction, soupçonnée de scandaleux bricolages financiers, et qui a contraint à la démission son président, Jean-François Copé, l'on est presque sans voix. Sidéré, accablé, ulcéré.
 
Comment a-t-on pu, comment ont-ils pu en arriver là ? Comment un dirigeant politique de premier plan, chef du grand parti de la droite française et qui aspirait à diriger le pays, a-t-il pu faire preuve de tant de cynisme – car on ne saurait le soupçonner de la naïveté à laquelle il prétend tardivement ? Quel ahurissant sentiment d'impunité l'habitait, lui et son équipe, pour se croire à ce point au-dessus des lois ?
Comment ont-ils pu – eux et ceux qui ont bénéficié de ces millions d'euros détournés à l'occasion de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 – s'affranchir des règles fixées, il y a vingt ans, précisément pour moraliser les relations entre la politique et l'argent, grâce au financement public de la vie politique, à l'encadrement de la collecte de fonds et au plafonnement des dépenses de campagne ?
 
LA FIN NE JUSTIFIE JAMAIS TOUS LES MOYENS
Comment ont-ils pu mépriser à ce point le contribuable français, qui les finance ? Et, plus encore, les adhérents de leur parti, qu'ils avaient imploré de mettre la main à la poche pour rembourser 11 millions d'euros, après l'annulation des comptes de campagne de M. Sarkozy par le Conseil constitutionnel, à l'été 2012 ?
Quand le malaise démocratique mine le pays, quand les années Sarkozy ont installé l'affairisme sans scrupule au cœur même du pouvoir, quand deux Français sur trois jugent les responsables politiques « corrompus », quand quatre sur cinq ne font pas confiance aux partis politiques, comment ont-ils pu oublier que le rétablissement de la confiance entre les citoyens et leurs représentants suppose – impose – l'exemplarité des seconds ? Qui plus est quand des millions de Français, écrasés par la crise, ne parviennent pas à boucler leurs fins de mois ?
Comment ont-ils pu ignorer que la fin ne justifie jamais tous les moyens ? Que la quête du pouvoir réduite à la quête de l'argent nécessaire pour le conquérir, sans projet ni vision, conduit à la dégénérescence même du politique ?
Comment – au-delà de la question morale, individuelle, collective, républicaine – ont-ils pu à ce point négliger le sens de leurs responsabilités ? Ne pas mesurer qu'ils prenaient le risque de fournir autant d'arguments à tous les populismes, à commencer par celui du Front national ? Comment n'ont-ils pas imaginé qu'ils justifieraient ainsi, comme jamais, la vieille antienne de l'extrême droite : « Tous pourris ! » ?
C'est à toutes ces questions qu'il appartient désormais aux responsables de l'UMP de répondre, sans détour, sans délai. Sans quoi ils sombreront. Et la droite française avec eux.
 
Le Monde - France

mardi 27 mai 2014

Pourquoi l’extrême droite ne prend pas au Portugal

Dessin de Kap
Alors qu'une vague de partis eurosceptiques et populistes s'est imposée lors de ces dernières élections européennes, l'extrême droite n'existe presque pas au Portugal. L'hebdomadaire Expresso nous proposait, avant même le résultat des élections, quelques élements d'explications.
 
Quelle est la situation au Portugal ? Courons-nous nous aussi le risque, comme l'a affirmé récemment dans une entrevue au Journal ¡ l'entrepreneur Pedro Ferraz da Costa, “de nous réveiller un jour avec un parti d'extrême droite” ?

Cela semble peu probable : “Les conditions sociales et politiques ne sont pas réunies”, assure quant à lui le politologue José Adelino Maltez. D'une part, le PCP [Parti communiste portugais] a remplacé cette extrême droite : “C'est le parti le plus nationaliste depuis la chute du mur, c'est ce qui équilibre le système”, ajoute-t-il. D'autre part, “Dans le cadre de l'Union européenne, notre pays est celui qui connaît la relation la plus stable entre l'État et la nation”, dit-il, ce qui constitue un obstacle à un facteur nationaliste.

Le Portugal, pays de réactionnaires mais pas de fascistes

Parlant sans détours, ce professeur de l'ISCSP de l'Universidade Técnica de Lisbonne avance par ailleurs que “Le Portugal compte plus de réactionnaires que de fascistes. Cela a toujours été le cas, même sous Salazar. Et le système leur convient.” Quant aux “rares” véritables fascistes, poursuit-il, “ils sont du genre lâches et hypocrites : ils se sont fondus dans les grands partis et préfèrent tirer profit des structures influentes.” L'extrême droite ne pourrait l'emporter qu'avec un “véritable soutien ouvrier”, comme c'est le cas en France. C'est une configuration qui n'existe pas au Portugal.

Son collègue de l'ICS [Institut de sciences sociales de Lisbonne], António Costa Pinto, admet qu'il existe “des sensibilités” pouvant entraîner la montée de l'extrême droite – “entre 15 et 20 % des Portugais expriment des valeurs telles que l'euroscepticisme et le souci de la souveraineté nationale, qui peuvent être mobilisatrices pour l'électorat le plus à droite” – mais il manque “des hommes politiques pour incarner cette tendance, des personnalités politiques fortes”. Ce n'est pas la seule raison : “Le salazarisme n'a pas laissé de parti néo-salazariste” [du nom du dictateur António Oliveira Salazar qui tint le Portugal pendant trente-sept ans], et le changement de régime du 25 avril [Coup d'Etat qui mit fin à la dictature de Salazar] a contribué au “blocage” des partis d'extrême droite au Portugal.

L'image du jour 27-05-2014

Des lanternes flottantes illuminent la
Lors du Festival de la Lanterne flottante à Honolulu Ala Moana Beach Park à Hawai, des milliers de petites lanternes flottantes couvrent la baie. Sur chacune, sont inscrits des messages et des souvenirs adressés aux êtres chers disparus. Cette tradition à l’origine asiatique a dépassé les frontières. À Hawaï, elle coincïde avec le “Memorial Day”, une journée en l’honneur de tous les morts de guerre. REUTERS/Hugh Gentry

Magouilles, trahisons et falsifications – Tragédie à l’UMP !

 
Décidément, la vie politique française est riche en rebondissements ; après la déculottée de dimanche aux élections européennes et la victoire éclatante du Front National, voilà qu’une affaire de gros sous – près de 12 millions d’€uros – vient alimenter la chronique sulfureuse du parti. 
De quoi s’agit-il ? 
Nous apprenons que lors de l’élection présidentielle de 2012, les comptes du candidat Sarkozy auraient dépassé de 12 millions d’€uros le plafond autorisé par les règles. Que faire, alors, pour présenter des comptes à l’apparence nette ? Simple pour les responsables de l’UMP. En résumé, on crée une Société (Bygmalion) gérée par des amis du président du parti, Jean-Francois Coppé, et on fait établir par cette dernière de fausses factures à régler par l’UMP et non pas par le candidat Sarkozy… 
La société Bygmalion ainsi que des lampistes de l’UMP sont déjà passé aux aveux ; et ils jurent la main sur le cœur qu’ils sont les seuls responsables et que ni Coppé ni encore moins Sarkozy n’étaient (bien sûr !) au courant de l’affaire… 
Il faudrait être très naif pour le croire… 
Ca sent mauvais, très mauvais ! 
27-05-2014 
JoanMira

lundi 26 mai 2014

L'image du jour 26-05-2014

Memorial Day aux Etats-Unis
A Boston, dans le Massachusetts, 37 000 drapeaux sont plantés en mémoire des soldats tombés depuis la guerre d’indépendance jusqu‘à aujourd’hui. REUTERS/Brian Snyder

Elections européennes - Un tiers des eurodéputés français seront FN

Marine Le Pen, le 17 mai à Lens.


Le parti de Marine Le Pen obtient environ 25% des voix, loin devant l'UMP à 20% et le PS, autour de 15. Un scénario inédit pour une élection nationale.
«Un gagnant et beaucoup de perdants», analysait ce soir le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sur le plateau de France 2. Selon les estimations, le FN arriverait en tête des européennes avec près de cinq points d’avance sur l’UMP autour de 20%. Un classement inédit dans une élection nationale. Comme prévu, les socialistes au pouvoir se voient infliger une nouvelle claque électorale, deux mois après les municipales, et passeraient sous la barre des 15%. A l’issue de cette campagne européenne, extrêmement courte et atone, centristes et écologistes se talonnent à 10 et 9% tandis que le Front de gauche plafonne à 6,5%, sur fond de forte abstention.

Libération - France

Elections européennes - Et si les €urophobes avaient raison?


Les conservateurs du Parti populaire européen (PPE) arrivent en tête des élections européennes, avec 211 sièges dans le prochain Parlement européen, devant les socialistes (193) tandis que les europhobes pourraient récolter au total près de 130 sièges, selon une première projection diffusée par le Parlement.
Les Libéraux resteraient le troisième groupe avec 74 eurodéputés, suivis par les Verts (58) et la gauche radicale (47), selon cette projection réalisée par l'institut TNS à partir de sondages sortis des urnes dans les 28 pays de l'UE.
>> Suivez en direct la soirée électorale sur BFMTV.com
>> Européennes: êtes-vous allé voter?

33 sièges pour les europhobes

Les europhobes ne constituent pas un bloc homogène. Le groupe des europhobes autour de l'Ukip britannique de Nigel Farage est crédité de 33 sièges.
Il y a ensuite les non-inscrits du Parlement sortant, comme le Front national français, le FPÖ autrichien ou le PVV néerlandais, qui disposaient déjà de députés et pourraient parvenir à former un groupe d'extrême droite, ce qui nécessite au moins 25 députés dans sept pays. Ce bloc représente 40 députés, dont plus de la moitié du Front National à l'issue de son triomphe aux élections en France.
Le Parlement a classé enfin dans une rubrique "autres" des élus dont le parti n'était même pas représenté dans le Parlement sortant, comme le Mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo en Italie ou les anti-euro de l'AfD en Allemagne. Cet ensemble hétéroclite aurait 56 sièges.
Le groupe des conservateurs britanniques et polonais obtiendrait 39 sièges.
 
BFM - France

Européennes - France: Victoire du Front National

Marine Le Pen le 25 mai 2014 au siège du FN.
Marine Le Pen peut jubiler: pour la première fois de son histoire, le FN est en tête d’un scrutin national. Avec 25% des votes aux européennes selon les dernières estimations, le parti frontiste est largement premier devant l’UMP (20%) et le PS (15%).Visiblement, le léger regain de mobilisation a profité au FN puisque l’abstention massive, autour de 57%, est moins forte qu’annoncée. Ce «score historique» fait du FN «le premier parti de France», a plastronné Florian Philippot, qui a laminé la liste UMP menée par Nadine Morano dans l’Est (29% contre 22,9%).
Le FN est arrivé en tête dans cinq des sept régions où les résultats étaient connus à 23h, laissant à Marine Le Pen le soin d’établir le meilleur score avec 32,6% dans le nord-ouest. «Le peuple souverain a parlé haut et clair», a-t-elle lancé depuis le siège du FN, où elle a appelé François Hollande à «prendre les dispositions qui s'imposent pour que l'Assemblée devienne nationale», c’est-à-dire à dissoudre l’Assemblée.

«Un choc, un séisme»

Le Premier ministre n’a évidemment pas du tout tiré la même analyse: cette victoire nette du FN est «un choc, un séisme» qui exprime «une crise de confiance» et «la colère» des Français, a-t-il jugé. «Nous devons faire preuve de courage car la France doit se réformer», a-t-il ajouté le visage crispé, estimant qu’il fallait «aller plus vite».
Si tous les commentaires tournaient dimanche autour du FN, ce «séisme» aura de nombreuses répliques. «Des leçons doivent être tirées», a admis l’Elysée, qui a convoqué une réunion d’urgence lundi après cet «événement majeur». A gauche, plus que la défaite, attendue, c’est le total très bas de l’addition des scores de partis de gauche (autour de 32%) qui inquiète. A l’UMP, les couteaux sont de nouveaux tirés. Finalement, c’est Laurent Fabius qui a le mieux résumé la soirée, estimant qu’il y avait «un gagnant et beaucoup de perdants, le PS, l'UMP, les autres partis, la France, l'image de la France en Europe, l'Europe elle-même».
 
Le Figaro - France

vendredi 23 mai 2014

Les Maîtres de la Photo - Edouard Boubat - "Rémi écoutant la mer"

L'image du jour 23-05-2014

Le deuil
En Turquie, le bilan définitif de la catastrophe minière dans la ville de Soma s‘élève à 301 morts. Tous les corps ont été récupérés. L’heure est à présent aux funérailles. REUTERS/Stringer

Françaises tuées en Argentine : le principal accusé avoue un viol

Françaises tuées en Argentine : un accusé avoue un seul viol

Gustavo Lasi, principal mis en cause dans le procès visant à élucider le meurtre de deux Françaises en Argentine en 2011, a avoué mercredi qu'il avait violé l'une d'elles mais a continué de nier les meurtres. De nombreuses questions restent en suspens.
 
Si la vérité n'a toujours pas éclaté, un aveu de taille a été livré. Interrogé pendant plusieurs heures par le tribunal de Salta (nord-ouest de l'Argentine) mercredi, Gustavo Lasi, le principal accusé du viol et du meurtre de deux Françaises en Argentine en 2011, a enfin décidé de s'exprimer et de répondre aux questions des parties, alors qu'il s'y était refusé depuis le début du procès.
Il devait répondre aux questions concernant Houria Moumni et Cassandre Bouvier, deux étudiantes en sociologie de 23 et 27 ans, qui ont été vues pour la dernière fois l'après-midi du 15 juillet 2011 à la Quebrada de San Lorenzo, un parc naturel prisé des promeneurs, à 10 km de la ville de Salta.
Il a rencontré "par hasard" les deux bourreaux
Dans son récit, le suspect affirme que ce jour-là, il a rencontré par hasard Daniel Vilte et Santos Vera, les deux autres Argentins accusés comme Lasi d'avoir battu, violé et tué les Françaises, dont les corps ont été retrouvés le 29 juillet 2011 dans le parc.

Parti avec le fusil de chasse de son père pour "tirer des pigeons", Lasi dit avoir suivi ses coaccusés sur un sentier, qu'il est resté en retrait quand Vilte et Vera ont rencontré les Françaises, leur ont dérobé un sac à main, avant de les brutaliser et de les menacer avec un revolver.
Il dit avoir commis un seul viol malgré les preuves ADN
Souvent confus, il a expliqué avoir remis sa carabine à ceux qu'il incrimine. Plus tard, après avoir entendu des cris disant "non, non", il s'est approché des Françaises, "agenouillées, le pantalon baissé, nerveuses et apeurées", à l'écart du chemin. Sans pouvoir nommer ni identifier la victime, il dit avoir commis un viol. Pourtant, les relevés de son empreinte ADN établissent qu'il a abusé des deux jeunes femmes.
Interrogé par le procureur, Lasi se présente comme une victime manipulée par les deux autres accusés. "Je me suis laissé entraîner. Vilte m'a dit de venir. Je n'ai pas été obligé, j'y suis allé pour ne pas passer pour une mauviette". De nombreuses questions restent toutefois en suspens et une rumeur persiste depuis 2011. Celle-ci affirme en effet que ces crimes seraient imputables à deux fils de notables locaux et que les trois accusés ne sont que pauvres boucs émissaires. Le verdict est attendu vendredi.
 
MetroNews - France

Brésil : Food, not Foot!

evento Pompéia - 2014 - valeu Amaury e Deddo Verde!

Au Brésil, la politique s’exprime souvent dans les rues, sur les murs ou les palissades : le street art est omniprésent, particulièrement à São Paulo. Il fallait s’attendre à ce que la contestation contre les dépenses suscitées par la Coupe du monde de football s’exprime aussi par l’art, et une œuvre de Paulo Ito, graffeur paulista de 36 ans, circule énormément sur les réseaux sociaux.
Il s’agit d’un enfant rachitique, criant famine, ayant devant lui, en guise de nourriture dans son assiette, un ballon de foot. Nul besoin de commentaire : le dessin en dit plus long qu’un discours contre la pauvreté au Brésil et les frais engagés pour l’organisation de la compétition (11 milliards d’euros), sous l’autorité de la richissime Fifa.

« On a besoin de nourriture, pas de football »

Ito dit avoir été inspiré par une peinture murale réalisée par le Français Goin en 2013 dans les rues d’Athènes. Un enfant noir, malheureux, la peau sur les os et un ballon à ses pieds, avec ce slogan : « On a besoin de nourriture, pas de football. »
NEED FOOD NOT FOOTBALL !
Goin 2013 @ Athens

Une journée nationale de manifestations contre la Coupe du monde a eu lieu la semaine dernière. Les opposants craignent que la liberté de manifester pendant le Mondial soit limitée par des lois sécuritaires et la présence imposante de forces de sécurité.

Mardi, des manifestants ont envahi le lieu d’exposition du trophée, en tournée dans le pays, à Bélem. L’événement a dû être annulé.
Avec ce graff, l’artiste ne vise ni la Fifa, ni le gouvernement, ni les amateurs de foot, dit-il.
« Je ne fais que dénoncer les problèmes du Brésil : la priorité de la classe politique est la lutte pour le pouvoir. Il y a des problèmes de santé, de sécurité, de logement, de pauvreté, d’absence de culture, d’éducation, de transports. Les problèmes sont les mêmes depuis des années. »

Rue 89 - France 

L'image du jour 22-05-2014

Un Lac des Cygnes très... aquatique
Comme une belle bande-annonce du Vivid Sydney Light and Music Festival, le célèbre ballet de Tchaïkovski a été projeté sur une gigantesque fontaine dans la baie de Sydney, suspendant pour quelques secondes magiques la chorégraphie d’une danseuse et deux grands cygnes.

Thailande: Un coup d'état, un vrai

Le 22 mai, le général Prayuth Chan-ocha, chef de l'armée thaïlandaise, lors d'une allocution télévisée  -AFP/Thai Television
Lors d'une allocution télévisée, le général Prayuth Chan-ocha a annoncé, le 22 mai, que l'armée suspendait la Constitution et s'octroyait les pleins pouvoirs. Un couvre-feu a été imposé et les médias sont désormais soumis au contrôle de la junte. Dans la soirée à Bangkok, la diffusion de la BBC et de CNN était suspendue.

"Le Premier ministre intérimaire Niwattumrong Boonsongpaisan n'a pas participé aux rencontres organisées depuis le 21 mai par le général Prayuth entre les différents protagonistes pour tenter de résoudre la crise et personne ne sait où il se trouve actuellement", indique le site du quotidien The Nation. Ce coup d'Etat plonge le pays dans l'inconnu après plus de six mois de crise politique.

Le mardi 20 mai, l'armée avait décrété la loi martiale, indiquant que cela ne devait pas être assimilé à un coup d'Etat.
 

mardi 20 mai 2014

L'image du jour 20-05-2014

La foudre s'abat sur Guangzhou

La foudre s'abat sur Guangzhou
Des éclairs illuminent le ciel pendant un orage à Guangzhou , dans la province du Guangdong en Chine . REUTERS / Stringer

vendredi 16 mai 2014

Léo Ferré - Classiques de la chanson française - "Avec le temps" - Video - Musique - Live

"Avec le temps"

L'incroyable photo du conseiller d'Erdogan qui frappe un manifestant (Turquie)

Il faut presque se pincer pour y croire, mais les images sont formelles : un proche conseiller de Recep Tayyip Erdogan a donné plusieurs coups de pied à un manifestant à terre lors d'un déplacement du Premier ministre turc à Soma, le 14 mai, au lendemain de l'explosion qui a tué des centaines de personnes dans une mine de charbon.
Une spectaculaire photo de la scène, relayée sur Twitter par le compte @ReportTurk, est devenue virale :

Elle est corroborée par d'autres images prises sous un autre angle par un photographe de l'agence Reuters :


Il m'a attaqué et insulté. Est-ce que j'aurais dû rester les bras croisés ?"
En fait d'"attaque", le manifestant aurait seulement tapé dans une voiture du convoi du Premier ministre, avant d'être interpellé par des policiers, d'après les témoins.
Cet incident survient alors que le drame de la mine de Soma, marqué par la mort d'au moins 282 personnes, a ravivé la contestation face au gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdogan. Accusé par l'opposition et les syndicats d'avoir négligé les normes de sécurité des ouvriers, le Premier ministre s'est dédouané de toute responsabilité, affirmant "que des explosions comme celle-là dans des mines se produisent tout le temps".
Le Nouvel Observateur - France

Inde. Eclatante victoire du nationaliste hindou Modi

Le dirigeant nationaliste hindou Narendra Modi à Gandhinagar, en Inde, le 5 avril 2014
(SAM PANTHAKY/AFP)
Le dirigeant nationaliste hindou Narendra Modi est assuré de devenir le futur Premier ministre de l'Inde au vu des résultats des élections législatives indiennes, en cours de dépouillement vendredi 16 mai, qui prédisent une victoire éclatante de sa coalition.
Les premiers résultats et les projections des télévisions donnaient en fin de matinée une majorité absolue au parlement pour le Bharatiya Janata Party (BJP) de Modi : l'alliance conduite par le BJP est en tête dans 335 circonscriptions sur les 543 que compte la "Chambre du peuple" (Lok Sabha). Sans ses alliés, le BJP est déjà crédité de 278 sièges, alors que la majorité nécessaire pour former un gouvernement est de 272 sièges. Une première depuis 30 ans pour un parti seul.
Au terme de cinq semaines de scrutin, qui ont vu 551 millions d'électeurs, un record, se rendre aux urnes, ces projections dépassent toutes les prévisions des sondeurs et les distributions de confiserie et lancers de pétards se multipliaient dans les locaux du BJP dans tout le pays.
C'est le début du changement, la révolution d'un peuple et le début d'une nouvelle ère", a déclaré un dirigeant du BJP, Prakash Javadekar, depuis le siège du parti à New Delhi.
Lire plus sur Le Nouvel Observateur - France.

Images du Monde - Catastrophe à Soma - Turquie

Le deuil et la colère. Alors que le bilan de la catastrophe continue de s'alourdir à Soma, en Turquie, les premiers enterrements des victimes ont commencé ce jeudi 15 mai. «À 8 heures (locales) nous avons recensés 282 morts», a déclaré le ministre de l'Énergie Taner Yildiz à la presse. L'explosion de la mine a d'ores et déjà soulevé un mouvement de révolte dans le pays et quatre syndicats ont appelé à une journée de grève nationale pour protester contre les normes de sécurité qu'ils jugent insuffisantes.
Le deuil et la colère. Alors que le bilan de la catastrophe continue de s'alourdir à Soma, en Turquie, les premiers enterrements des victimes ont commencé ce jeudi 15 mai. «À 8 heures (locales) nous avons recensés 282 morts», a déclaré le ministre de l'Énergie Taner Yildiz à la presse. L'explosion de la mine a d'ores et déjà soulevé un mouvement de révolte dans le pays et quatre syndicats ont appelé à une journée de grève nationale pour protester contre les normes de sécurité qu'ils jugent insuffisantes. Crédits photo : © Stringer Turkey/Reuters

Images du Monde - Incendies en Californie

Enflammé. Les hélicoptères bombardiers d'eau luttent sans relâche pour maîtriser les flammes. Depuis deux jours, des incendies de forêt sévissent en Californie et menacent des centaines de maisons situées dans le secteur de Rancho Bernardo. Pour l'heure, plus de 800 hectares de végétation ont été ravagés. Par mesure de précaution, la police a invité 20.000 habitants à quitter leur domicile. Les incendies se multiplient dans cette partie de l'Etat touché depuis plusieurs semaines par une forte sécheresse et des températures élevées.
Enflammé. Les hélicoptères bombardiers d'eau luttent sans relâche pour maîtriser les flammes. Depuis deux jours, des incendies de forêt sévissent en Californie et menacent des centaines de maisons situées dans le secteur de Rancho Bernardo. Pour l'heure, plus de 800 hectares de végétation ont été ravagés. Par mesure de précaution, la police a invité 20.000 habitants à quitter leur domicile. Les incendies se multiplient dans cette partie de l'Etat touché depuis plusieurs semaines par une forte sécheresse et des températures élevées. Crédits photo : © Mike Blake / Reuters/REUTERS

Images du Monde - Caracas - Venezuela - Manifestations

Tensions. Quelque 105 manifestants, dont 11 mineurs, ont été interpellés ce mercredi 14 mai à Caracas après des incidents survenus à l'issue d'une marche d'étudiants. Le monde universitaire mobilisé depuis début février contre le président socialiste Nicolas Maduro avait appelé à une manifestation dans l'est de la capitale, bastion de l'opposition, pour protester contre l'arrestation de nombreux camarades, notamment lors d'une vaste opération de police, la semaine dernière.
Tensions. Quelque 105 manifestants, dont 11 mineurs, ont été interpellés ce mercredi 14 mai à Caracas après des incidents survenus à l'issue d'une marche d'étudiants. Le monde universitaire mobilisé depuis début février contre le président socialiste Nicolas Maduro avait appelé à une manifestation dans l'est de la capitale, bastion de l'opposition, pour protester contre l'arrestation de nombreux camarades, notamment lors d'une vaste opération de police, la semaine dernière. Crédits photo : GERARDO CASO/AFP

Cancer : une malade en rémission grâce au virus de la rougeole

Virus de la rougeole. Dans l'essai de la Mayo Clinic, ils ont été «dressés » pour aller s'attaquer directement aux cellules cancéreuses.
     
Une femme de 49 ans, qui était atteinte d'un cancer de la moelle osseuse en phase terminale, est en rémission complète après avoir reçu une dose massive du virus de la rougeole génétiquement modifié.
La scène se passe aux États-Unis. Dans le saint des saints de la cancérologie mondiale, la Mayo Clinic de Rochester, où travaillent plus de 3000 médecins et chercheurs. Stacy Erholtz, une américaine de 49 ans, va voir le cours de sa vie changer. Elle est atteinte d'un myélome multiple incurable, un cancer de la moelle osseuse. Tous les traitements ont échoué jusque là et les spécialistes de la Mayo Clinic ont décidé de tenter le traitement de la dernière chance. A vrai dire, au-delà de la dernière chance, puisqu'il est complètement expérimental, n'ayant pour l'instant montré des résultats encourageant que chez l'animal.
Pendant une heure, une perfusion va diffuser dans le bras gauche de «la patiente N°1», comme l'appellent les chercheurs américains dans la publication de la Mayo Clinic, une dose massive de virus de la rougeole génétiquement modifié, «dressés» pour aller s'attaquer directement aux cellules cancéreuses, et à elles seulement. Une application audacieuse, car généralisée, du principe de la virothérapie déjà expérimenté avec des résultats prometteurs dans des cancers localisés.

«Inquiétude, Incrédulité, Enthousiasme»

Durant l'essai, les médecins américains passeront par trois phases, raconte au Figaro le Pr Stephen Russel, qui a dirigé l'étude: «Inquiétude, Incrédulité, Enthousiasme». Inquiétude face à l'audace de la tentative. Incrédulité au vu des résultats. Enthousiasme, par les espoirs que cela ouvre.
Six mois plus tard, la patiente est en rémission complète. Une deuxième malade atteinte d'un myélome multiple a bénéficié du même traitement avec des résultats moins spectaculaires et surtout qui ne se sont pas maintenus au fil des mois: le scanner réalisé six mois après le traitement montrait une reprise de la progression du cancer. Pour la patiente numéro un en revanche, les bons résultats se maintiennent, et la volumineuse tumeur d'environ 3 cm de diamètre qui se développait sur son front a fondu et n'est même plus palpable.
Nuançant l'enthousiasme médiatique qui a fait suite à l'annonce de ces résultats jeudi, le Pr Russel se refuse encore à parler de guérison du cancer à ce stade: «C'est un pas très important dans cette direction, concède-t-il, mais nous n'avons encore guéri personne. Ceci dit, l'une de nos patientes ayant une réponse importante et durable, nous espérons que la guérison est à notre portée avec ce type de thérapie».
 
Le Figaro - France

One 57, le gratte-ciel new yorkais des milliardaires

One 57, le plus haut et la plus luxueux immeuble d'habitation de Manhattan. / DR
En cours d'achèvement au printemps, le One 57, à Manhattan, sera le plus haut et la plus luxueux immeuble d'habitation avec une vue imprenable sur Central Park. Cet immeuble de la Sixième Avenue est entièrement réservé aux très, très riches. Tous les services et tous les luxes sont autorisés !
Le prix des appartements des deux derniers étages avoisinent les 90 millions de dollars, et ceux des sept étages inférieurs sont compris entre 45 et 50 millions de dollars.

La Tribune - France

La Coupe du monde au Qatar, "une erreur" pour Blatter

 
Le président de la Fifa a affirmé jeudi soir que l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar a été une "erreur". "Nous ne pouvons pas intervenir dans les considérations politiques", a également regretté Sepp Blatter, avant de répéter qu'il était "plus que probable" que la compétition se joue en hiver.
 
"Il est grand temps que l’Europe comprenne qu’elle ne dirige plus le monde […] et qu’elle ne peut plus imposer sa volonté", avait-il sèchement lancé en direction du football européen. Sepp Blatter se moque bien du dérangement sans précédent que va entraîner la programmation de la Coupe du monde 2022 en hiver. Mais le président ne le cache plus, malgré son rôle suprême au sein de la Fifa, il a de nouveau affirmé que le choix du Qatar était une erreur. "Bien sûr! Une erreur… Vous savez, on commet beaucoup d'erreurs dans la vie", a lancé le Suisse jeudi soir sur la chaîne locale RTS.
Avant d’expliquer : "Le rapport technique du Qatar indiquait bien qu’il fait trop chaud en été, mais le comité exécutif, avec une majorité assez large, a quand même décidé de jouer au Qatar". Alors, l’émirat du Moyen-Orient a-t-il "acheté" son Mondial, comme le demande le journaliste suisse? "Je ne dirai jamais ça, car cela a été une poussée politique, aussi bien qu’en France qu’en Allemagne. Des grandes maisons françaises et allemandes travaillent au Qatar, pas seulement pour la Coupe du monde. Nous ne pouvons pas intervenir dans les considérations politiques", regrette Blatter.

"On dit que Blatter prend l’argent des riches..."

Ce dernier évoque par exemple un rendez-vous entre Michel Platini et Nicolas Sarkozy à l’Elysée, durant lequel l’émir du Qatar était discrètement présent… "Il m’en avait informé immédiatement, de manière à être transparent. C’est vrai, je vois mal le chef d’état suisse convoquer le président de la Fifa pour lui dire de voter ceci ou cela…", sourit le natif du canton du Valais.
Enfin, le patron mondial depuis 1998 évoque justement la possible candidature de Michel Platini à l’élection présidentielle de la Fifa en 2015. "Il faut lui demander. Michel a fait une très belle carrière, elle est liée à la mienne, car il était mon poulain", affirme Blatter. Avant de préciser sa "volonté de continuer": "La marche vers le trône n’est pas encore ouverte, il y a beaucoup de personnes qui aimeraient prendre cette position, mais ils se rendent compte que ce n’est pas une sinécure. On dit que Blatter prend l’argent des riches et le donne aux pauvres, qui votent après pour lui… Mais allez faire des reportages dans des petits pays du monde pour savoir ce qu’ils pensent de la Fifa". Et au Qatar, que pense-t-on désormais de lui?
 
JDD - France

Images du Monde - Manifestations anti-mondial au Brésil

 La Coupe du monde de football débute dans 28 jours et la fronde anti-mondial au Brésil ne diminue pas. Une manifestation d’ampleur a eu lieu le 15 mai dans plusieurs villes du pays. Les sommes colossales que l'Etat a dépensées pour l’événement sportif restent en travers de la gorge de beaucoup de Brésiliens. Plusieurs arrestations de manifestants et deux photographes de presse ont été légèrement blessés au cours des altercations de cette protestation.Réalisation: Charlotte Gonthier Evaristo SA/AFP

L'image du jour 16-05-2014

Réplique du Sphinx de Gizeh en Chine
Une réplique grandeur nature du Sphinx de Gizeh se dresse en Chine dans la banlieue de la ville de Shijiazhuang dans la province de Hebei. Elle fait partie d’un parc d’attractions inachevé qui va également accueillir la production de films et d‘émissions de télévision.

jeudi 15 mai 2014

France - Bygmalion : le retour de la boîte à fric de l'UMP

Entre janvier et juin 2012, d'après Libération, l'UMP aurait versé 20 millions d'euros à la société de com et d'événementiel Bygmalion dirigée par des proches de Copé. Les faits les plus troublants portent sur l’organisation de 55 conventions durant la présidentielle contre 12,7 millions d'euros. Des conventions thématiques qui, pour une très grande partie, n’ont laissé aucun souvenir...
FAYOLLE PASCAL/SIPA«BigMillions » Ils étaient bien inspirés ceux qui avaient rebaptisé de la sorte Bygmalion, la société de communication et d’événementiel dirigée par deux proches de Jean-François Copé, Bastien Millot et Guy Alvès. Ce jeudi, Libération apporte, documents à l’appui, la preuve que l’entreprise, installée dans un hôtel particulier cossu du IXe arrondissement de Paris, a brassé les euros par centaines de milliers. Ce sont même, d’après le quotidien, près de 20 millions d’euros qui auraient été versé par l’UMP à l’entreprise en seulement six mois, de janvier à juin 2012.

Les faits les plus troublants portent sur l’organisation, pour le compte du parti dirigé par Copé, de 55 conventions durant la campagne présidentielle contre 12,7 millions d'euros. Des conventions thématiques qui, pour une très grande partie semble-t-il, n’ont laissé aucun souvenir. Y compris dans les mémoires de ceux qui étaient censés les animer ! C’est le cas, par exemple, d’Arnaud Robinet, secrétaire national de l’UMP en charge des retraites. Interrogé par Libération sur la tenue d’une convention le 21 mars 2012 portant sur la « réforme des retraites » et la « sauvegarde du régime par répartition » (une « sauterie » à 299 000 euros), celui-ci déclare tout bonnement qu’elle n’a pas eu lieu ! Et pour le quotidien de s’interroger. S’agit-il de « frais de campagne déguisés » ? Bygmalion était-elle la « caisse noire de l’UMP »
 
Lire plus sur http://www.marianne.net
   

L'image du jour 15-05-2014

Turquie : opération de secours dans la mine de Soma

Turquie : opération de secours dans la mine de Soma
Des équipes de secours ont travaillé pendant toute la nuit pour retrouver des survivants après un accident dans la mine de Soma dans l’ouest de la Turquie. Une explosion mardi a entraîné la mort de plus de 200 mineurs, selon un bilan encore provisoire .

mardi 13 mai 2014

L'image du jour 13-05-2014

Le Mondial inspire le street art
Dans le quartier Vicente de Carvalho à Rio de Janeiro au Brésil, la rue Taturana affiche la couleur : c’est un Hulk portant le maillot du Brésil qui survole le Portugais Cristiano Ronaldo (à gauche) et l’Argentin Lionel Messi (à droite), du street art en référence à la Coupe du monde 2014.
REUTERS / Sergio Moraes

lundi 12 mai 2014

Chine - La journaliste Gao Yu accusée de “divulgation de secrets d’Etat”

La journaliste Gao Yu lors d'une conférence à Hong-Kong, le 5 février 2007 (AFP PHOTO/MIKE CLARKE)
La journaliste Gao Yu lors d'une conférence à Hong-Kong,
le 5 février 2007 (AFP PHOTO/MIKE CLARKE
Après avoir disparu pendant dix jours, la journaliste Gao Yu est réapparue à la télévision centrale comme détenue, avouant avoir “nui aux intérêts de l'Etat”. L'inquiétude est grande chez les libéraux, pour elle comme pour quatre personnes récemment incarcérées.

La journaliste et activiste Gao Yu, dont on était sans nouvelles depuis le 23 avril, est incarcérée et accusée de “divulgation de secrets d'Etat”, a annoncé l'agence officielle Xinhua. La télévision centrale chinoise a diffusé une vidéo la présentant, le visage flouté, exprimant ses “profonds remords” et acceptant la “sanction juridique” qui l'attend.

Agée de 70 ans, Gao Yu a déjà effectué près de six ans de prison pour le même chef d'inculpation, entre 1993 et 1999. Elle avait également été emprisonnée pendant quinze mois après les événements de Tian'anmen, en 1989.

Selon l'agence officielle Xinhua, Gao Yu se serait procuré une copie d'un document secret non spécifié en juin, et l'aurait alors envoyé à un média étranger. Ho Pin, directeur du mensuel en chinois Mingjing, basé aux Etats-Unis, a nié que Gao Yu lui ait transmis un document du secrétariat du Comité central estampillé “secret” et intitulé “Note d'information sur la situation actuelle dans le domaine idéologique”, ou “Document n° 9”. Ce document, qui s'attaque aux idées “subversives” telles que le constitutionalisme, les valeurs universelles et la liberté d'expression, avait été publié en août 2013 par le mensuel, rappelle le South China Morning Post.

Inquiétude des militants des droits de l'homme

Un grand nombre de commentateurs chinois, journalistes et militants des droits de l'homme, s'inquiètent du sort de Gao Yu comme des quatre personnes incarcérées à l'approche du 25e anniversaire de la répression de Tian'anmen. De nombreux messages explicites de soutien circulent sur les réseaux sociaux chinois, et les journalistes chinois résidant hors de Chine multiplient les interventions.

“Cette journaliste chinoise, qui a reçu plusieurs distinctions internationales pour son travail, qui a déjà fait de la prison par deux fois et qui a pourtant continué à parler sans crainte, a depuis vingt ans toujours dénoncé les sombres aspects du Parti communiste”, commente le journaliste en exil Chang Ping dans le quotidien hongkongais Apple Daily. “Et tout à coup, à la télévision centrale, on la voit reconnaître qu'elle a ‘enfreint la loi et nui aux intérêts de l'Etat’, ‘accepter l'éducation et reconnaître son crime’. La vraie information, ce serait de savoir quel genre d'‘éducation’ elle a subi pendant les dix jours où elle a disparu pour qu'une telle transformation en elle ait lieu.”
 
Courrier International

dimanche 11 mai 2014

La parole à Gérard Filoche - "Les ponts de mai"

Chaque année il y a un gars du Medef qui sort pour culpabiliser les travailleurs français sur le fait qu’ils ont « trop » de jours de congés en mai (cf ce soir vendredi à 23 h sur BFMTV)
Cette fois même Giscard est venu dire qu’il fallait travailler le 8 mai,
Les rédactions poussent leurs journalistes à enquêter sur ces fameux « ponts » du mois de mai, qui « paralyseraient » l’économie française.
C’est un sujet récurent, ce qu’on appelle familièrement un « marronnier » en langage journalistique. Tous les ans ça revient, et les journaux économiques, surtout, s’en emparent, et sur tous les tons le Medef gémit.
Une journaliste d’une grande radio, ne faisant que son devoir de salariée, m’a donc interroge donc, sur demande de sa rédaction, en tant qu’ inspecteur du travail, il y a déjà 20 ans. Et chaque année, comme les mêmes betises ressortent, je peux republier le dialogue que j’avais eu avec elle


Question : – Vous ne croyez pas que cette abondance de « ponts », ce ne sont plus des « ponts » mais des « viaducs », c’est exagéré ?
Réponse : – Ah, non, quand on voit le nombre écrasant d’heures supplémentaires faites par les salariés, ce n’est pas de trop qu’ils puissent profiter un peu du printemps et des beaux jours. (il existe 1 milliards d’heures supplémentaires dissimulées par des patrons voyous, soit l’équivalent de 600 000 emplois)
- Mais n’y a t il pas d’abus avec ces ponts de mai ?
- Oh, non s’il y a des abus c’est que trop peu de salariés ont réellement ces ponts, surtout dans les petites entreprises, dans les bas salaires et les métiers pénibles : dans la majorité des cas, dans le privé, les salariés ont perdu depuis plus de quinze ans leurs « deux jours de repos consécutifs », notamment dans le commerce, mais dans beaucoup de professions de services, et parfois d’industrie.
- Oui, mais, ce mois de mai, cette année, il a trois ponts, parfois de trois ou quatre jours ?
- Il y a des années comme cela ! Et des années ou les jours fériés tombent un samedi. Mais vous savez, seul le 1e 1er mai est un jour férié et chômé (et ce jour-là, il y a des infractions quand même ! Comme si des employeurs méprisaient à ce point le droit du travail qu’ils imposent à des salariés de travailler aussi ce jour-là. Combien payent réellement les majorations prévues ? Ils profitent de leur position dominante et du chantage à l’emploi pour imposer des violations de droit). Les autres jours sont hélas, de moins en moins respectés. C’est quand il y a de bons accords « RTT » grâce à des 35 h bien appliquées, que certaines catégories de salariés profitent de quelques jours de repos groupés. Ils ne s’agit pas de « cadeaux » mais de droits acquis, de congés en retard, parfois même de tardives compensation ou des simples rattrapages ! Parfois même, les fameux « ponts » sont récupérés à des jours qui intéressent davantage l’employeur ! Dans le privé, les « ponts » sont très loin d’être la majorité des cas. Et dans le public, c’est souvent parce que les salariés n’ont pas pu prendre leur congé quand ils le souhaitaient, et les voilà obligés de les prendre avant la fin du mois de mai sous menace de les perdre… Dans les hôpitaux, avec le manque d’effectifs, qui peut croire qu’il y a des « ponts » en plus ?
- Mais ça désorganise les activités économiques, même le service public ?
- Ça désorganise… quand ce n’est pas organisé et quand les directions, faute d’effectifs suffisants, sont incapables à la fois de respecter les droits à congé et la continuité du service public. De façon générale, les gains de productivité en France sont parmi les plus élevés au monde, même avec ces fameux « ponts » de mai. Des salariés qui se sentent bien et qui ont des bons congés, c’est bon pour l’économie, pas l’inverse.
- Vous ne croyez vraiment pas que le nombre de jours fériés concentrés en mai est abusif ?
- Écoutez, le 1er mai a été déclaré férié par… Pétain, qui redoutait le sens historique de cette journée de manifestations sociales, mondialisées depuis 1886. L’Ascension et le lundi de Pentecôte sont des fêtes religieuses. Le 8 mai, ce n’est pas le jour « revanchard » de la « victoire contre l’Allemagne » mais celui de la victoire contre le nazisme… Est-ce ce genre de manifestation et de tradition que l’on veut supprimer ?
- Mais n’y a t il pas trop de jours fériés en France par rapport à l’Europe ?
- Non, pas du tout, nous sommes dans une honnête moyenne par rapport aux grands pays qui ont entre 7 et 13 jours fériés. Nous avons onze jours fériés dans l’année, mais cela varie selon qu’ils tombent en semaine ou un week-end. En fait la moyenne réelle est de 9,33. (Elle est de 11 en Allemagne et de 13 aux USA). Cela fait des décennies qu’il en est ainsi, et cela n’a pas empêché, au contraire, la France d’être quatre fois plus riche qu’en 1945 et d’être la quatrième puissance industrielle du monde. Ils n’ont donc pas assez de profits, les actionnaires, qu’ils veuillent aussi rogner les jours fériés du printemps ?
- Mais en Italie, ils sont revenus sur leur nombre de jours de congés… (maintenant on nous cite le Portugal…)
- C’est bien ce que je disais, Berlusconi, comme l’UMP, le Medef n’en ont jamais assez, ils veulent revenir sur tout, supprimer le lundi de Pentecôte, allonger la durée du travail sur la semaine, casser les 35 h, allonger la durée du travail sur la vie, la retraite a été porté » de facto à 66 ans, nous refaire travailler tous 45 h sans gain de salaire jusqu’à 65 ans…
- Je n’arriverais pas à vous faire dire qu’il y a un problème avec ces « ponts » ?
- Non, le vrai problème, c’est qu’il y ait une délinquance patronale et que dans trop de secteurs, les horaires légaux et conventionnels, les durées maxima « d’ordre public social » ne soient pas respectées. Le vrai problème c’est que les effectifs des services publics et hospitaliers, transports, équipements, par exemple, ne soient pas suffisants. Et puis, je vais vous dire, quelques jours de gagnés sur l’exploitation quotidienne, comme disait Prévert, c’est toujours une belle journée ensoleillée qu’on ne perdra pas à cause du stress et des « flux tendus ».
- C’est votre dernier mot ?
- En mai, ce qui va « désorganiser » l’économie, ce ne sera pas les ponts, mais la politique d’allongement de la durée du travail, sur la semaine et sur la vie, car il y a 5,9 millions de chômeurs toutes catégories confondues, et c’est intolérable. il faut partager le travail, pas en faire davantage a ceux qui en ont. Il faut aller vers 32 h et 30 h. C’est un moyen, en même temps que le travail, de redistribuer les richesses, de les arracher a la finance. Car le chômage ne va cesser de croitre avec l’arrivée chaque année à partir de 2018 de 850 000 jeunes de plus sur le marché du travail.