Nombre total de pages vues

lundi 25 mai 2015

L'image du jour - 25-05-2015 - Un symbole de paix 100% humain

Un symbole de paix 100% humain


Une chaîne humaine géante représentant le symbole de la paix s’est formée sur un parking de Pasay City, un quartier du sud de Manille, aux Philippines. L’initiative s’inscrit dans le cadre de l‘événement “Handshake for Peace”, Une poignée de main pour la paix, organisé pour commémorer la fin de la deuxième guerre mondiale.
REUTERS/Romeo Ranoco

dimanche 24 mai 2015

Texte - Une soirée pas ordinaire



C’était un début de soirée comme beaucoup d’autres; à la différence qu'on était samedi et qu’en ce début de mois de mai le parfum des fleurs nous rendait particulièrement volatiles ; je m’apprêtais, donc,  à sortir sans avoir, auparavant,  pris le soin de vérifier que ma sœur s’était bien échappée par la fenêtre de sa chambre comme d’habitude… 

Sauf, qu’au moment de partir mon père me fit signe de vouloir sortir lui aussi. Interloqué, je lui demandai quelle voiture il souhaitait prendre, sachant qu’il n’en avait pas et que moi je détenais toujours ma Renault 4 en fin de vie, et une Fiat 124; cela n'éludait en rien les questions que je me posais sur son changement d’attitude...

Il prît la 4 CV. Après l’avoir informé des dangers qu’il courrait avec la caisse à bout de souffle, je partis moi-aussi.

La soirée, après avoir éclusé moultes boissons alcoolisées se passait normalement, quand mon père, me trouvant tout-à-fait par hasard auprès d’un débit de boissons près de la gare, me fit savoir qu’en peu de temps il rentrerait à la maison mais pas avec la Renault 4, plutôt avec la Fiat. Et il s’éloigna.

En fin de soirée ne le voyant pas revenir, je décidai de prendre la « catcharre » en prenant soin de  laisser, sous le tapis, les clés de l’autre voiture. Et il les a trouvées…

Quelque temps après il m’a raconté qu’il avait pris un avion pour la Tailande… que le voyage avait été mouvementé au départ, l’appareil n’arrivant pas à prendre de l’altitude, volant entre panneaux publicitaires et câbles électriques, qu’il avait eu très peur mais qu’un voyageur à son côté avait été d’une grande prévenance en l’aidant et rassurant.

C’était moi, papa !!!

24-05-2015
JoanMira 

Grands Peintres Impressionnistes - Pierre-Auguste Renoir - "Mère et enfant"

Pierre-Auguste Renoir - Mère et enfant
L'oeuvre "Mère et enfant", peinte en 1892 par l'artiste peintre et Grand Maître Pierre-Auguste Renoir, est exposée au musée National Gallery of Scotland, Edinburgh.

samedi 23 mai 2015

Le toit de la gare Saint-Jean (Bordeaux) abîmé?


Un drone de type multicoptère.

Survol autorisé. La SNCF a annoncé, vendredi, qu’elle allait utiliser un drone pour visiter les installations se trouvant sur la toiture de la gare de Bordeaux Saint-Jean.
Si les conditions météorologiques le permettent, l’opération devrait se dérouler pendant trois jours, du 27 au 29 mai. Le transporteur ferroviaire à l’intention de réaliser une cartographie complète des installations présentes sur l’ensemble de la toiture de la gare bordelaise.

Autorisation obtenues

Pour cette mission, la SNCF a fait appel à Philippe Bortolussi, ingénieur Construction, et à son appareil : un drone de type multicoptère équipé d’une caméra. La législation en vigueur est très stricte en ce qui concerne les survols en agglomération. Mais, pas de panique, la compagnie ferroviaire assure que « toutes les autorisations » ont été demandées, et obtenues, notamment auprès de la préfecture, de la ville et de la Direction de l’aviation civile (DGAC).

Détection de l’usure prématurée

Le drone et son opérateur réaliseront des photographies en haute définition qui permettront de « connaître l’emplacement précis de l’ensemble des matériels situés sur le toit de la gare et à visualiser toutes les faces de la toiture », explique la SNCF. Les images récoltées pourront aussi servir à détecter « une usure prématurée sur les couvertures ou sur les descentes d’eaux pluviales ».
La matinée du 27 sera consacrée à la mise en place et à la sécurisation de l’espace de survol, situé devant le restaurant Mc Donald’s. Le premier vol de l’engin est prévu le 28, entre 14 h 30 et 17h. D’autres vols auront lieu le lendemain.
20 Minutes - France

L'image du jour - 23-05-2015 - Un halo solaire dans le ciel de Mexico

Un halo solaire dans le ciel de Mexico


Un avion survole un halo solaire dans la ville de Mexico. Ce phénomène naturel est provoqué par la réflexion des rayons solaires sur des cristaux de glace en altitude. REUTERS / Henry Romero

vendredi 22 mai 2015

Classiques de la chanson française - Jacques Brel - "Jef" - Video - Music - Live

"Jef"

Dessin de Presse - Le groupe EI s'apprête à détruire Palmyre

Eternelle DS

Face à une ancienne gloire de l’automobile, les sentiments que l’on éprouve généralement varient entre l’attendrissement et la nostalgie. Rien de tout cela lorsque l’on considère la Citroën DS. Soixante ans après sa naissance, cette voiture fait toujours son effet, comme si on la découvrait pour la première fois. Six décennies plus tard, on prend toujours au sérieux la merveille de Javel (nom du quartier de Paris où étaient installées les anciennes usines Citroën).
La DS n’est pas pour autant un modèle précurseur : elle n’eut pas de véritable descendance et son obsession du tout hydraulique ne s’est pas imposée comme un standard. C’est cela, aussi, qui en a fait une icône et conservé intacte la charge d’innovation et d’audace qui fit sensation, en octobre 1955, sous la verrière du Grand Palais, où se tenait alors le Salon de l’automobile.
L’attente de la nouvelle Citroën avait été longue. L’enjeu n’était pas mince : donner une descendance à l’héroïque Traction, née en 1934, et qui, vingt et un ans plus tard, continuait de fort bien tenir son rang. Les révélations de L’Auto-Journal, qui lui avaient valu d’être poursuivi en justice par la marque aux chevrons, avaient en partie levé le voile mais on n’imaginait pas que les concepteurs de la DS renverseraient à ce point la table.
Le secret de cette automobile de rupture, c’est qu’elle s’inscrit dans une continuité. Chez Citroën, on a commencé à réfléchir dès 1938 à la succession de la Traction avec la volonté de mettre au point un véhicule qui dispose de la même avance technique sur la concurrence. L’enjeu était d’être à l’avant-garde technique… mais pas seulement. Quai de Javel, on entendait développer pour chaque modèle « un désir de création analogue à celui qui préside à la naissance d’une œuvre d’art », comme l’écrira dans son autobiographie Pierre Bercot, directeur général de Citroën en 1950 puis PDG de 1958 à 1970.
Les deux têtes pensantes du projet « VGD » (pour « véhicule de grande diffusion ») se connaissent bien. André Lefebvre (1894-1964), qui dirige le bureau d’études, et l’Italien Flaminio Bertoni (1903-1964), qui inspire le style Citroën (on ne dit pas encore design), ont œuvré ensemble sur la Traction (1934) et la 2CV (1948).
Après la guerre, lorsque l’on remet l’ouvrage sur le métier, ils s’attellent au projet D, ex-projet VGD, avec des idées assez claires. Lefebvre, qui a engagé sa carrière dans l’aéronautique, reprend une proposition de stabilisation hydraulique un temps envisagée pour réduire les ondulations de la 2CV sur ses roues. Les résultats de cette solution oléopneumatique sont bons mais Lefebvre pousse son idée plus avant. Non seulement toute la suspension sera asservie à un circuit d’huile sous haute pression mais celui-ci sera mis à contribution pour assurer également le freinage, le passage des vitesses et la direction.
De son côté, Flaminio Bertoni (1903-1964) dessine les voitures comme le sculpteur qu’il redevient lorsqu’il rentre chez lui. Là ou les stylistes utilisent le bois pour leurs ébauches, lui recourt très tôt à la claie. On est frappé par la continuité qui existe entre les premières esquisses et la version finale de la DS. La partie avant est résolument plongeante et la recherche d’aérodynamique ouvertement privilégiée (le Cx, coefficient de pénétration dans l’air, de la DS sera de 0,30 alors que la norme des modèles de l’époque est de 0,50). Pour loger un moteur sous le capot avant très plongeant, on pensera un temps à un moteur à cylindres à plat, comme celui de la 2CV. Finalement, la mécanique de la Traction sera reprise – quelle déception… - mais en position reculée, quitte à transformer l’habitacle en fournaise.
L’inspiration aéronautique des formes oblongues, des flancs lisses, de la calandre pincée et de la partie arrière fuyante convient parfaitement à Lefebvre, ancien de Sup-Aéro qui avait commencé sa carrière chez l’avionneur Voisin. On prête même aux deux hommes d’avoir suggéré de remplacer le volant par une sorte de levier directionnel, sorte de préfiguration du joystick. Une tentative recalée par la direction de l’entreprise mais qui, finalement, aurait inspiré l’étonnant volant mono branche de la DS. Une voiture pilotée grâce à un manche à balai, à la manière d’un avion ? Pour ce modèle tellement hors-norme que, lors de son apparition, nombre d’observateurs le comparèrent à une soucoupe volante, cela n’aurait pas tellement choqué, au fond.

Le Monde - France


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-styles/visuel/2015/05/20/eternelle-ds_4636915_4497319.html#krwGiCFHOvq42JLQ.99

L'image du jour - 22-05-2015 - Le bain de l'éléphant

Le bain de l'éléphant


Un mahout (maître) donne un bain à son éléphant dans le fleuve Sabarmati, à Ahmedabad en Inde. REUTERS/Amit Dave

jeudi 21 mai 2015

L'image du jour - 21-05-2015 - Chili : les couleurs ardentes du volcan Villarrica

Chili : les couleurs ardentes du volcan Villarrica


Le volcan Villarrica, partiellement recouvert de nuages, offre un spectacle saisissant. Situé dans le sud du Chili, le volcan était entré en éruption début mars.REUTERS/Cristobal Saavedra

lundi 18 mai 2015

Edith Piaf (Classiques de la chanson française) - "L'homme à la moto" - Video - Live

"L'homme à la moto"

Grands Poètes - Jacques Prévert - "Pater Noster"




Notre Père qui êtes aux cieux 

Restez-y 
Et nous nous resterons sur la terre 
Qui est quelquefois si jolie 
Avec ses mystères de New York 
Et puis ses mystères de Paris 
Qui valent bien celui de la Trinité 
Avec son petit canal de l'Ourcq 
Sa grande muraille de Chine 
Sa rivière de Morlaix 
Ses bêtises de Cambrai 
Avec son Océan Pacifique 
Et ses deux bassins aux Tuilleries 
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets 
Avec toutes les merveilles du monde 
Qui sont là 
Simplement sur la terre 
Offertes à tout le monde 
Éparpillées 
Émerveillées elles-même d'être de telles merveilles 
Et qui n'osent se l'avouer 
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer 
Avec les épouvantables malheurs du monde 
Qui sont légion 
Avec leurs légionnaires 
Avec leur tortionnaires 
Avec les maîtres de ce monde 
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres 
Avec les saisons 
Avec les années 
Avec les jolies filles et avec les vieux cons 
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Pater noster
Jacques Prévert

Les Maîtres de la photographie - Robert Doisneau - Ballade en NervaSport - 1935

L'image du jour - 18-05-2015 - Un défi de haut niveau

Un défi de haut niveau


Un acrobate a pulvérisé un record du Guinness Book en effectuant la plus grande traversée jamais réalisée entre deux gratte-ciel sur une corde raide, les yeux bandés, à 150 mètres au-dessus du sol, à Kunming, en Chine. REUTERS/Wong Campion

dimanche 17 mai 2015

L'image du jour - 17-05-2015 : le festival des eaux en Thaïlande

L'image du jour : le festival des eaux en Thaïlande


Des éléphants aspergent des villageois d’eau pour fêter le festival des eaux de Songkran dans la province thaïlandaise d’Ayutthaya, au Nord de Bangkok. Songkram est le plus connu des festivals annuels. Il marque le début de la nouvelle année en Thaïlande. 
REUTERS/Chaiwat Subprasom

samedi 16 mai 2015

Texte - Avez-vous peur de Dieu?



C’est une réalité ; nous avons tous peur de l’imaginaire qui s’est insidieusement ancré dans nos pensées.

La peur, par ceux qui délibérément  nous l’ont imposée, a une vertu : maintenir le troupeau à l’intérieur de l’enclos, sans qu’aucun animal plus intelligent ou rebelle ne puisse avoir la velléité  de, commençant à réfléchir, ne puisse contester la doctrine sociale.

Mais pourquoi parle-je de Dieu dans tout ca ?

Tout simplement pour appeler à la réflexion, qui peut éviter l’excès de certitudes.

La Science elle même, toute en prudence, évite de prendre position, évitant par là, de reconnaître ce que la connaissance humaine lui impose.

Einstein, lui-même, doutait… et il a cru en Dieu par défaut.   

Nous reconnaissons les limites que la science n’a pu encore transposer. Nous acceptons l’existence de Dieu puisque le contraire n’a pas pu être démontré.

Nous nous posons, malgré tout, la question qu’un Dieu, si bon, s’il existe, permette tous les malheurs qui affectent le monde.

Et une dernière question aux croyants : Dieu est amour, paix, bonté, compréhension, Ami…Pourquoi laisse-t-il souffrir les êtres ?... 

16-05-2015
JoanMira

Grands Peintres Impressionnistes - Claude Monet - "Un coin du studio"

Claude Monet - Un coin du studio
L'oeuvre "Un coin du studio", peinte en 1861 par l'artiste peintre et Grand Maître Claude Monet, est exposée au musée Musée d'Orsay, Paris.

vendredi 15 mai 2015

L'image du jour - 15-05-2015 - Migrants à contre-jour

Migrants à contre-jour


Un groupe d’immigrés syriens marche à travers champs en Grèce vers l’ex-république yougoslave de Macédoine. Chaque jour, des centaines de migrants afghans, syriens et africains franchissent cette frontière pour gagner le nord de l’Europe. La plupart sont renvoyés par les douaniers macédoniens.REUTERS/Yannis Behrakis

Grands Peintres Impressionnistes - Edouard Manet - "Vase de pivoines sur piédouche"

Edouard Manet - Vase de pivoines sur piédouche
L'oeuvre "Vase de pivoines sur piédouche", peinte en 1864 par l'artiste peintre et Grand Maître Edouard Manet, est exposée au musée Musée d'Orsay, Paris.

jeudi 14 mai 2015

L'image du jour - 14-05-2015 - Indonésie : le volcan Karangetang en éruption

Indonésie : le volcan Karangetang en éruption


Des flots de lave s‘écoulent du volcan Karangetang, entré en éruption la semaine dernière sur l‘île de Siau, dans le nord de l’archipel.
REUTERS/Fiqman Sunandar/Antara Foto

mercredi 13 mai 2015

L'image du jour - 13 mai 2015 - Bain de foule pour le prince Harry

Bain de foule pour le prince Harry


Le prince Harry est allé à la rencontre du public lors d’une promenade au centre commercial de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. REUTERS/ Iain McGregor

mardi 12 mai 2015

Texte - Cuba


Je n’ai, à priori,  pas de grands conflits avec la presse. J’avoue, cependant, être quelque peu excédé par tous les reportages, entrevues et interventions de spécialistes, dont on nous abreuve depuis que le président français se montre si fier d’avoir été le premier chef d’état des pays occidentaux à visiter Fidel Castro.


Comme si entre 1957 et 2015 l’Ile n’avait pas existé !

Et, en outre, nous avons été soumis au matraquage des "avis autorisés" de la part d’hommes politiques de la droite française considérant que se réunir avec Fidel était un déni de démocratie.

Bref, je ne veux pas dire à certains, tel Bruno Lemaire – qui se voit déjà à un poste de responsabilité – ni à d’autres, y compris à Hollande, que l’Etat français a serré bien d’autres mains, souvent sanguinolentes : Kadhafi et le nain Petit Sarko, Bokassa et les diamants reçus par le  donneur de leçons Giscard d’Estaing… Ni les crimes commis au nom de la France : ratonnades de maghrébins, massacre de kanaques par Bernard Pons, etc...

Par contre, je pourrai vous parler de Cuba sans concessions et avec l’objectivité relative que me confère le séjour dans ce Pays en 2010.

Contrairement à la civilisation "made in France", c’est un Pays ou, à trois heures du matin, dans les plus sombres ruelles, personne ne vous agresse.

Nous avons pu converser avec des ouvriers cubains. Distilleries, fabriques de tabac ; et il nous a été dit, qu’effectivement, les travailleurs ne gagnaient qu’environ l’équivalent de 13 euros par mois. C’était le cas, d’ailleurs de médecins, ingénieurs. La plainte venant d’une ouvrière, libre de dire ce qu’elle pensait, nous est restée en mémoire.

Nous avons vu les épiceries pour étrangers ou l’on pouvait acheter ce que l’on voulait avec des pesos convertibles et les autres, destinées aux autochtones rationnées à travers la "libreta".

Nous avons vu un peuple au seuil de la misère, mais propre, souriant, joyeux et en aucun cas misérable… Nous avons même vu des gens qui, le samedi soir, s’éclataient dans les "discothèques" cubaines (casas de la trova).

J’ai même vu des étrangers heureux prêts à vivre dans ce Pays béni.

Je ne parlerai que très brièvement de l’excellence du système cubain de santé d’éducation, de culture, ou tout est gratuit.

Je ne vous parlerai pas, surtout, de la peur du peuple cubain de devenir appât du capitalisme en faisant une référence, certaine à l’ex Union Soviétique…

Love you Cuba

12-05-2015
JoanMira

L'image du jour - 12-05-2015 - Apprenti moine

Apprenti moine


Un jeune moine en formation tient un livre lors d’une cérémonie d’inauguration au temple Jogye à Séoul, en Corée du Sud. Dix enfants ont eu l’opportunité de vivre comme des moines boudhistes en restant dans ce temple jusqu‘à la date d’anniversaire de Boudha dans deux semaines. Sur le livre, il est écrit, “Prière d’un moine novice”. REUTERS/Thomas Peter

samedi 9 mai 2015

Surveillance. Le Canada, lui aussi, vote une loi antiterroriste



Un projet de loi étendant le pouvoir des services de renseignement a été adopté par le Parlement d'Ottawa. Il fait l'objet de nombreuses critiques dans la presse canadienne.
Les Conservateurs font adopter le projet de loi antiterroriste controversé C-51”, titre ce 6 mai le site du Toronto Star. Le Parlement canadien a adopté en troisième et dernière lecture le projet du gouvernement de Stephen Harper qui étend les pouvoirs du Service canadien de renseignement de sécurité afin de déjouer des complots terroristes.
Le projet de loi accroît aussi les échanges d'informations en matière de sécurité entre différentes institutions fédérales et criminalise le soutien au terrorisme, une disposition qui pourrait s'appliquer notamment au partage de contenus sur Internet, même quand ils ne sont pas liés à des complots terroristes.
Adopté à quelques mois d'élections législatives prévues en novembre, et annoncé juste après la fusillade du Parlement d'Ottawa en octobre dernier, ce projet de loi s'est attiré nombre de critiques. Dans un éditorial sévère publié juste avant son adoption, le quotidien nationalThe Globe and Mail condamne un projet “trop vaste et mal expliqué”,voté après un débat réduit au “minimum”. “Les mesures drastiques du projet constituent une atteinte injustifiée aux droits des Canadiens”,estime le journal.
Courrier International - France

L'image du jour - 09-05-2015 - Mauvaise journée pour Ed Miliband

Mauvaise journée pour Ed Miliband


Le leader du Parti travailliste Ed Miliband et son épouse Justine arrivent au siège du parti à Londres, quelques minutes avant l’annonce de sa démission après la pire défaite électorale du Labour depuis 30 ans alors que les sondages parlaient d’un scrutin très serré avec les conservateurs de David Cameron qui remportent finalement une victoire éclatante. (REUTERS / Paul Hackett)

vendredi 8 mai 2015

L'image du jour - 08-05-2015 - Traiter les traumas au Népal

Traiter les traumas au Népal


Des enfants affectés par le tremblement de terre du 25 avril sautent pour éclater les bulles de savon que soufflent des “clowns médicaux” à Katmandou, au Népal. Ces clowns sont venus d’Israël au nombre de cinq pour aider les victimes à vaincre leurs angoisses. REUTERS/Navesh Chitrakar

jeudi 7 mai 2015

Texte - Rêve, cauchemar et vie


Il y a des souvenirs qui rêvent et des cauchemars qui peuvent devenir réalité ; pour le rêveur, les nuits se suivent sans se ressembler, souvent.

Rêver est un privilège, d’autant plus qu’actes passés et prémonition peuvent parfois se joindre permettant, ainsi, que nous nous trouvions confrontés à un présent de souvenirs d’espérance.

La vie, plus longue, nous confronte chaque jour à une réalité métaphysique : Qu’est-ce vivre ?

Est-ce d’être là a attendre, à humer l’air du temps, à se réjouir de pouvoir entendre et de voir ?...

Non. Vivre c’est d’avoir conscience, dans l’absolu, de nos sens afin de pouvoir interférer avec la vie visible et concrète.

Rêver serait-ce vivre ?

Il faudrait peut-être définir ce qu’est la mort, car vie et « le après » me semblent être absolument liées par le sens d’exister.

Et exister… ?

Exister c’est penser… et…

Beaucoup d’autres choses à dire…Trop…J’arrête là.

Ceci m’a été inspiré par une maison où j’ai vécu et que j’ai visité cette nuit pendant mon sommeil.

07-05-2015

JoanMira  

Grands Peintres Impressionnistes - Paul Cézanne - "Le fermier en blouse bleue"

Paul Cézanne - Le fermier en blouse bleue
L'oeuvre "Le fermier en blouse bleue", peinte en 1897 par l'artiste peintre et Grand Maître Paul Cézanne, est exposée au musée Kimbell Art Museum, Fort Worth.

L'image du jour - 07-05-2015 - Numéro 10

Numéro 10


La célèbre porte du 10 Downing Street, siège du bras exécutif du gouvernement britannique dans le centre de Londres, photographiée avec un objectif fisheye, prend un air de boule de billard, alors que la partie se joue ce 7 mai pour les électeurs britanniques. REUTERS/Stefan Wermuth

dimanche 3 mai 2015

L'image du jour - 03-05-2015 - Seul au monde

Seul au monde

Seul au monde
Un militaire népalais tient dans ses bras un jeune enfant d’une des victimes du tremblement de terre après avoir été héliporté depuis le district de Sindhupalchok pour être conduit à Katmandou, le 3 mai 2015. Plus d’une semaine après le séisme, une cérémonie en mémoire des quelque 7000 victimes a eu lieu samedi soir. Dans la capitale, des centaines de personnes vivent dans des camps de fortune depuis une semaine. Pour beaucoup de survivants, il n’est pas envisageable de retourner dans leurs maisons, souvent gravement endommagées, en raison de la crainte de puissantes répliques. Selon les Nations Unies, 600 000 maisons ont été détruites ou endommagées. Un millier de ressortissants de l’Union européenne, des touristes pour la plupart, sont toujours portées disparues. REUTERS/Navesh Chitrakar

vendredi 1 mai 2015

Pourquoi offre-t-on des brins de muguet le 1er mai ?


Le muguet n'a été associé à la Fête du Travail qu'en 1941, sous le régime de Vichy.

Le 1er mai n'est pas que le jour de la fête du travail, c'est aussi celui où l'on offre des brins de muguet aux personnes que l'on aime. Cette tradition ne date pas d'hier. Dans la Rome antique, les célébrations en l'honneur de Flora, déesse des fleurs atteignaient leur apogée le 1er mai. Les Celtes célébraient le début de l'été le même jour. Ils érigeaient un arbre autour duquel ils dansaient pour chasser les mauvais esprits. Ils accordaient par ailleurs au muguet des vertus de porte-bonheur.
En 1560, le roi Charles IX en visite avec sa mère Catherine de Médicis dans la Drôme, se vit offrir par le chevalier Louis de Girard de Maisonforte un brin de muguet, cueilli dans son jardin à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le roi donne des brins de muguet dès le 1er mai 1561 aux dames de la cour en leur disant: «Qu'il en soit fait ainsi chaque année». La coutume était née.
Le 1er mai 1895, le chanteur toulonnais Félix Mayol (créateur de Viens, Poupoule! en 1902) arrive à Paris. Son amie Jenny Cook lui offre un bouquet de muguet. Il en porte à sa boutonnière le soir même pour la première de son tour de chant au Concert Parisien. Sa série de concerts est un triomphe. Mayol décide de ne plus s'en séparer. Le muguet devient son emblème. Très populaire à l'époque, le chanteur aurait relancé la tradition.
Le 1er mai 1900, lors d'une fête organisée par les grands couturiers parisiens, toutes les femmes reçurent un brin de muguet, clientes et petites mains. Séduites par l'idée les couturières en offrirent chaque année à leurs clientes. Christian Dior en fit même l'emblème de sa maison de couture.

Le muguet n'a été associé à la Fête du Travail que sous le gouvernement de Vichy. Le 24 avril 1941, le maréchal Pétain instaure officiellement le 1er mai comme «la Fête du Travail et de la Concorde sociale». L'églantine rouge, symbole de la journée internationale des travailleurs après 1891, trop connotée à gauche, est remplacée par le muguet.
Le Figaro - France