Nombre total de pages vues

mardi 31 décembre 2013

L'image du jour 31-12-2013

En attendant l'heure du bain
Un garçon est assis dans un seau, où il joue en attendant sa mère qui est allé chercher de l’eau à une pompe à main à proximité pour lui donner son bain, devant leur cabane dans la ville indienne de Chennai.

dimanche 29 décembre 2013

Video - L'année 2013 dans le monde en 7 minutes

 
Zapping vidéo
Attaque chimique en Syrie, déraillement d'un train à Saint-Jacques-de-Compostelle, attentants du marathon de Boston, guerre civile en Centrafrique... Libération vous fait revivre les grands événements de l'année en 7 minutes.
Cécile BOURGNEUF
LBERATION - FRANCE

L'image du jour 29-12-2013

Escale au lac de la Houla
Ces grues, comme des millions d’autres oiseaux migrateurs, font une escale en Israël avant de poursuivre vers l’hémisphère sud. Une réservée protégée appelée “Agmon HaHula Park” a été créée dans les années 90 dans la vallée de la Houla (nord) pour abriter les oiseaux de passage. REUTERS/Nir Elias

Photo - Les éboueurs portugais souhaitent la Nouvelle Année au Gouvernement des Banques

Les éboueurs portugais en grève offrent une nouvelle décoration à leurs banques


 

mercredi 25 décembre 2013

Dessin - Le Père Noel connaît bien la Chine

La plupart des jouets apportés par le Père Noël aux enfants obéissants viendront de Chine cette année comme les précédentes. Et comme tous les ans, des associations de consommateurs ont tiré la sonnette d'alarme sur la dangerosité de certains d'entre eux. L'un des plus spectaculaires, dans cette catégorie, est un bouclier "Captain America" qui contient 29 fois plus de plomb que ce qu'autorise la norme américaine.En France, 60% des jouets distribués par la gros bonhomme en rouge proviennent de Chine. Et ils sont fabriqués dans des usines où ce n'est pas Noël tous les jours, loin s'en faut : dans un rapport publié en octobre dernier, les organisations China Labor Watch et Peuples affirme que "l’exploitation des ouvriers et des ouvrières continue" dans les usines chinoises qui fabriquent des poupées Barbie ou des jouets Fisher Price pour le groupe américain Mattel.
La plupart des jouets apportés par le Père Noël aux enfants obéissants viendront de Chine cette année comme les précédentes. Et comme tous les ans, des associations de consommateurs ont tiré la sonnette d'alarme sur la dangerosité de certains d'entre eux. L'un des plus spectaculaires, dans cette catégorie, est un bouclier "Captain America" qui contient 29 fois plus de plomb que ce qu'autorise la norme américaine.

En France, 60% des jouets distribués par la gros bonhomme en rouge proviennent de Chine. Et ils sont fabriqués dans des usines où ce n'est pas Noël tous les jours, loin s'en faut : dans un rapport publié en octobre dernier, les organisations China Labor Watch et Peuples affirme que "l’exploitation des ouvriers et des ouvrières continue" dans les usines chinoises qui fabriquent des poupées Barbie ou des jouets Fisher Price pour le groupe américain Mattel.
Dessin de Danziger
COURRIER INTERNATIONAL

samedi 14 décembre 2013

Les Parisiennes - "Il fait trop beau pour travailler" - Video - Musique - Live

"Il fait trop pour travailler"

L'image du jour 14-12-2013

Le Mont Fuji auréolé de neige
Vue aérienne du sommet enneigé du Mont Fuji. Culminant à 3776 mètres, il demeure la plus haute montagne du Japon et figure, depuis juin 2013, au patrimoine mondial de l’Unesco.
REUTERS/Issei Kato

Épidémie de peste noire à Madagascar


La peste noire est causée par une bactérie appelée, Yersinia pestis,
identifiée en 1894 par Alexandre Yersin.


Madagascar est l'un des pays les plus touchés par cette maladie associée au Moyen-Age. L'île enregistrait jeudi 39 morts pour 86 cas détectés, dont 90 % atteints de la forme la plus grave.
«Fuir quelqu'un comme la peste », «il est pestiféré », «quelle peste !»: les expressions françaises montrent à quel point la peste noire a marqué l'inconscient collectif. Au Moyen Âge, ce «fléau divin » a décimé un tiers de la population européenne ! Si le dernier cas français remonte à 1945, la peste continue de tuer sur d'autres continents. Madagascar, deuxième pays du monde le plus touché, a ainsi annoncé jeudi que 39 personnes en étaient mortes, pour 86 cas détectés depuis novembre. Les autorités redoutent une épidémie particulièrement forte cette année.
La maladie est véhiculée, dans l'île, par des rats chassés de leur habitat naturel par la déforestation. Les rongeurs, dont les puces infectent les hommes, migrent vers les villages où s'amoncellent les ordures. Information inquiétante: 90 % des malades répertoriés seraient atteints de la forme pulmonaire de la maladie, la plus dangereuse et la seule contagieuse d'homme à homme par la salive. Le ministère de la Santé malgache a toutefois précisé que «les mesures sanitaires requises ont déjà été prises ». Les soins sont dispensés gratuitement.
Causée par la bactérieYersinia pestis, identifiée en 1894, la peste est une maladie que l'on sait aujourd'hui soigner. À condition que les antibiotiques soient donnés à temps. «La peste tue très vite, rappelle Elisabeth Carniel, responsable du Centre de référence de la peste à l'Institut Pasteur à Paris. Si les médicaments ne sont pas administrés rapidement, la mortalité peut atteindre 40 à 70 % pour la forme bubonique. Pour la forme pulmonaire, il faut traiter si possible avant les premiers symptômes, sans quoi la mortalité est de 100 %.» La prise en charge a été facilitée par la mise au point en 2003, par son équipe et leurs confrères de Madagascar, d'un test rapide qui a réduit à 15 minutes (contre une semaine auparavant) le temps nécessaire au diagnostic.

Impossible à éradiquer

La peste bubonique se manifeste par une forte fièvre et un gonflement des ganglions lymphatiques proches de la piqûre, qui suppurent et deviennent noirâtres. La forme pulmonaire, qui résulte de la migration du bacille dans les poumons, peut tuer en trois jours.
Cette maladie apparaît dans les pays en situation de pauvreté ou de conflit. Sur les 21 725 cas mondiaux recensés dans les années 2000, 10 500 l'ont été en République démocratique du Congo, pays le plus touché, et 7 200 à Madagascar. On trouve aussi des foyers réguliers en Chine, au Pérou ou en Asie centrale. Plus étonnant, les États-Unis occupent la 11e position avec 57 cas en dix ans.
Bien que Yersinia pestis soit «la bactérie la plus pathogène pour l'homme », selon Elisabeth Carniel, il est illusoire d'espérer l'éradiquer totalement. «Il faudrait pour cela tuer tous les rongeurs de la planète », rappelle la chercheuse. Avec son équipe, elle travaille sur un projet de vaccin préventif et cherche à percer les mystères restants de la bactérie. «Aucune bactérie ne tue aussi efficacement son hôte, constate l'experte. Et on ne sait toujours pas pourquoi.»

Le Figaro

Trucage La Fifa face à la théorie du complot - Video

Fifa tirage au sort
Le tirage au sort de la Coupe du monde n’en finit pas de faire jaser, et pas uniquement à cause du décolleté spectaculaire de l’actrice-modèle-animatrice Fernanda Lima. Plus les jours passent, plus la théorie du complot prend de l’ampleur. Elle s’appuie essentiellement sur deux sources. Le mystérieux compte Twitter en espagnol @FraudeMundial14 avait prédit la composition du groupe de l’Argentine avant le tirage (avec l’Iran, le Nigeria et la Bosnie) et avait aussi assuré que l’Italie serait la sélection européenne du chapeau 4 basculée vers le chapeau 2.
Dans la foulée, une vidéo, également en espagnol, avec la musique deX-Files en fond, montre que Jérôme Valcke, le secrétaire général français de la Fifa, n’ouvre pas les boules sous l’œil des caméras mais derrière son pupitre.
Comprendre : Valcke a manipulé les petits papiers à sa guise. Tiré par les cheveux, mais ces soupçons de corruption attisent naturellement la curiosité : la vidéo a été vue plus de 7 millions de fois sur YouTube.
Dès le lendemain du tirage, la presse italienne avait crié au scandale et soulevé l’hypothèse d’un possible arrangement entre le président de la Fifa Sepp Blatter et celui de l’UEFA Michel Platini afin de protéger leurs pays respectifs, la Suisse et la France, épargnés dans un groupe E tranquille. Truqué le tirage? La question est clairement posée dans la plupart des médias internationaux. En déclarant qu’il y a "beaucoup de choses qui peuvent générer des soupçons", Jorge Sampaoli, le sélectionneur du Chili (d’où provient a priori la vidéo et qui se retrouve dans un groupe relevé avec l’Espagne et des Pays-Bas), a jeté le trouble.

"Même un magicien n’arriverait pas à faire ça"


La Fifa a dû se défendre officiellement contre "ces rumeurs totalement infondées" assurant que tous les préparatifs avaient été supervisés et validés par trois représentants du cabinet Ernst & Young, et qu’il y avait au moins sept caméras pour filmer le pupitre sous différents angles. Sur ESPN, l’ex buteur argentin Mario Kempes, qui était présent sur la scène pour le tirage au même titre Zinédine Zidane, a dû se défendre face aux accusations : "On est en train de supposer que nous sommes tous dans la conspiration. On met en doute notre honnêteté. On nous met tous dans le même sac. Mais même un magicien n’arriverait pas à faire ça." Référence à l’habileté dont aurait dû faire preuve Jérôme Valcke pour échanger les papiers sous son pupitre.
Sergio Xavier, directeur des branches sport et tourisme pour le groupe de presse brésilien Abril, demande un peu de logique sur son blog : "La FIFA est déjà une cible de choix pour beaucoup de monde et dans tous les pays. (…) Tenter un tel truc devant des dizaines de caméras et des millions de téléspectateurs serait une preuve de courage." Ou le fait d’une organisation qui ne doute de rien…
 
JDD

Images du Monde - Jerusalem sous la neige

Une tempête de neige particulièrement rude paralyse le Proche et le Moyen-Orient. En Egypte, il n'avait pas neigé autant depuis plus de 100 ans. En Syrie, et pour les réfugiés au Liban ou en Turquie, les intempéries rendent des conditions déjà précaires un peu plus critiques.Photo: La neige recouvre le vieux Jérusalem, ici la mosquée Al Aqsa.


D.HILL/NEWSCOM/SIPA

vendredi 13 décembre 2013

Afrique du Sud: Le buffle n'était pas d'accord! Le lion a payé cash - Video

Un lion projeté en l'air par un buffle, en Afrique du Sud, sur des images diffusées par Barcroft TV. 


La prochaine fois que vous jouerez au jeu du «qui est le plus fort entre tel animal et tel autre?», vous aurez un argument de poids à opposer à ceux qui font du lion une bête imbattable.
Filmé dans la réserve Mjejane, en Afrique du Sud, tout près du parc Kruger, un lion qui venait de prendre entre ses griffes (et ses crocs) un buffle s’est en effet retrouvé projeté à deux mètres de haut par un congénère de sa proie venu à sa rescousse. Deux fois de suite. La première pour lui faire lâcher sa proie, et la seconde, semble-t-il, pour le faire fuir définitivement.
La vidéo, postée ce vendredi par l'agence Barcroft TV:

 

dimanche 8 décembre 2013

Le dessin du jour: un combattant disparaît

 On le savait à l'article de la mort depuis le printemps, mais c'est finalement le 5 décembre que Nelson Mandela s'est éteint, au terme d'une vie faite de combats et de quête de la justice. Emprisonné de longues années sous le régime de l'apartheid, premier président d'une Afrique du Sud "arc-en-ciel", promoteur du dialogue et de la réconciliation, Prix Nobel de la paix, présence forte et souriante, Nelson Mandela restera longtemps dans le cœur des hommes et les livres d'histoire. Il avait 95 ans.


On le savait à l'article de la mort depuis le printemps, mais c'est finalement le 5 décembre que Nelson Mandela s'est éteint, au terme d'une vie faite de combats et de quête de la justice.
 
 
 
Emprisonné de longues années sous le régime de l'apartheid, premier président d'une Afrique du Sud "arc-en-ciel", promoteur du dialogue et de la réconciliation, Prix Nobel de la paix, présence forte et souriante, Nelson Mandela restera longtemps dans le cœur des hommes et les livres d'histoire. Il avait 95 ans.
 
 

Mandela, un frère pour les brésiliens

La favela "Mandela shantytown" à Rio de Janeiro, renommée ainsi pour commémorer la mise en liberté de Nelson Mandela en 1990. - YASUYOSHI CHIBA / AFP
La favela "Mandela shantytown" à Rio de Janeiro, renommée ainsi pour commémorer la mise
en liberté de Nelson Mandela en 1990. - YASUYOSHI CHIBA / AFP
Le Brésil a une dette toute particulière envers Nelson Mandela, car il n'est pas possible de comprendre ce pays sans l'apport de l'Afrique, avec les millions d'esclaves arrivés sur son sol. Aujourd'hui, la moitié des Brésiliens sont noirs ou métis, ils ont dans leurs veines le sang des anciens esclaves africains.
C'est pourquoi tant de Brésiliens considèrent Mandela comme un frère. Madiba a enseigné au monde qu'on pouvait résoudre les problèmes du racisme par le pardon et non par la guerre, par le dialogue et non par la discrimination, sans nouvelle effusion de sang provoquée par les haines ancestrales.
Le Brésil serait un autre pays sans l'arrivée sur son sol de millions d'esclaves qui ont fini par se métisser avec le peuple créole. La vie des esclaves noirs n'était pas facile dans ce pays qui a été le dernier à abolir l'esclavage (en 1888). C'est une histoire ambivalente, une histoire tragique, mais en même temps d'une grande richesse. Cette terre en est teintée d'une culture africaine qui n'appartient qu'à elle.
Les sociologues assurent que l'esclavage n'est pas terminé ; que les esclaves d'hier, livrés à eux-mêmes sans éducation lorsqu'ils ont reconquis leur liberté, continuent à être stigmatisés en étant considérés comme des êtres inférieurs. Et il est vrai qu'au Brésil la coexistence des Blancs et des Noirs n'est pas simple : ces derniers continuent d'occuper les échelons les plus bas tant dans le monde du travail que dans l'échelle sociale.
Le leader africain du dialogue et de la rencontre
Mandela s'est battu pour abolir les différences, pour que les concitoyens vivent et travaillent ensemble au lieu de se faire la guerre, et l'esprit de cette lutte a gagné le Brésil. Surtout ces dernières années, des politiques de grande envergure en faveur des Noirs ont été lancées par l'ancien président Lula da Silva, puis poursuivies par la présidente actuelle Dilma Rousseff. Que ce soit à travers des quotas réservés aux Noirs ou en introduisant dans l'enseignement l'étude obligatoire de l'histoire de l'Afrique, ces mesures doivent permettre à la société de prendre conscience de la dette du pays envers l'Afrique noire.
En ce moment même, justement, la société brésilienne applaudit partout où passe Joaquim Barbosa, ce magistrat noir, aujourd'hui président de la Cour suprême, qui par son attitude lors du scandale de corruption du Mensalão [achat de votes parlementaires en 2005] a su redonner l'espoir en une justice moins élitiste, plus égalitaire.
Il y a quelques années, il aurait non seulement paru impossible qu'un Noir préside la Cour suprême du Brésil, mais aussi qu'il obtienne la faveur et la sympathie de la plus grande partie de la population.
Quant à la figure de Nelson Mandela, cet ancien guérillero qui a su faire de sa vie un combat pour le pacifisme et le pardon entre frères de couleurs différentes, elle n'est pas étrangère au réveil brésilien vers une plus grande conscience de la dignité des Noirs.
D'une certaine façon, les Noirs du Brésil reconnaissent comme l'un des leurs le leader africain, pleuré aujourd'hui par tous ceux qui misent sur le dialogue et la rencontre, et non par ceux qui voudraient attiser les vieilles haines d'un racisme si difficile à éradiquer.
 
COURRIER INTERNATIONAL