Nombre total de pages vues

jeudi 3 mai 2012

Militant UMP: "L'antisarkozysme est trop présent, on le sent bien..."





Les 8.000 personnes venues assister au dernier grand meeting de Nicolas Sarkozy du Zénith de Toulon, jeudi, scandent: «on va gagner, on va gagner!» Suzanne, une retraitée, glisse, l’air las: «c’est la méthode Coué». Elle, comme bon nombre de sympathisants, disent encore «espérer» une victoire de leur champion mais le cœur n’y est plus.
>> Revivez le discours de Nicolas Sarkozy àToulon en direct par ici
La faute aux «médias», développe Suzanne, qui «veulent influencer» le vote. Mais un peu aussi au débat de mercredi soir qui n’a pas permis à Nicolas Sarkozy de s’imposer. «Il a été très bon mais il n’a pas su faire la différence, admet Bastien, membre du syndicat étudiant de droite Uni. C’est vrai que François Hollande était en forme.» Il le dit sans détour: une victoire dimanche soir «tiendrait du miracle». «Tous ceux qui tractent pensent comme moi. L’antisarkozysme est trop présent, on le sent bien.»
«Hollande a mis à plat Sarkozy»
Même pessimisme chez Mireille, une retraitée du département. «Avant le débat, j’y croyais encore. Mais Hollande a mis à plat Sarkozy», lâche celle qui se dit «déçue» que le candidat socialiste «se défende aussi bien». «Il n’était pas mou du tout.» «Il était préparé, c’est tout», la coupe son mari, Raymond. Lui veut encore croire à la victoire mais admet que «ça sera juste, dans les 50% virgule quelque chose.» Il a trouvé Hollande «arrogant». «Il coupait tout le temps la parole» mais regrette que Nicolas Sarkozy «n’ait pas mieux conclu».
Chez les pontes de l’UMP, le scepticisme se traduit par une prudence de bon aloi. «Ca va être très serré de toute façon, estime la députée Valérie Rosso-Debord. Mais comme en 74 pour VGE, il y a toujours une voie de passage.» A la tribune, Nicolas Sarkozy conclut en un appel à «construire l’immense vague qui va submerger ceux qui ne connaissent rien au peuple de France». Quelques minutes plus tard, depuis Paris, François Bayrou a annoncé qu’il voterait, à titre personnel, pour François Hollande. A Toulon, le président de la République n’aura donc pas empêché la digue de s’épaissir.
Alexandre Sulzer, à Toulon - 20 MINUTES 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire