Nombre total de pages vues

dimanche 27 mai 2012

Christine Lagarde, ou le libéralisme maladroit


Christine Lagarde lors de sa conférence de presse à Londres le 22 mai 2012.


La directrice du FMI a déclaré vendredi dans une interview que les Grecs devaient d'abord s'aider eux-mêmes et commencer par payer leurs impôts. Des propos très mal accueillis.

Une charge de Christine Lagarde sur le paiement des impôts a provoqué dimanche une levée de boucliers en Grèce, les internautes inondant la page Facebook de la directrice du FMI de commentaires rageurs.
Christine Lagarde a mis le feu aux poudres en estimant que «les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement», et ce, en «payant tous leurs impôts». Dans cette interview au Gardian, parue vendredi, elle évoque aussi «tous ces gens qui essaient tout le temps d’échapper aux taxes». La directrice du FMI dresse même un parallèle avec la situation en Afrique, estimant que les jeunes enfants dans un petit village du Niger «ont encore plus besoin d’aide que les gens à Athènes». Samedi soir, devant le tollé généré par ses propos, Lagarde s’est montrée plus conciliante, se disant «très compatissante à l’égard des Grecs et les défis qu’ils relèvent». «Une part importante de cet effort est que tout le monde devrait porter équitablement sa part du fardeau, en particulier les plus privilégiés et en particulier en payant leurs taxes», a-t-elle écrit.
Ses propos avaient suscité dimanche plus de 8.500 commentaires sur sa page Facebook. «Peu importe ce que vous dites maintenant, après toutes ces critiques. Savez-vous les dégâts que vous avez causés au peuple grec?, demande Une internaute. Nous ne sont pas fainéants et nous ne sommes pas des mendiants.» «Merci pour votre amour et votre soutien et sachez que les Grecs ne sont pas stupides. Nous connaissons votre jeu et nous n’allons plus l’autoriser!!!!», assure une autre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire