Nombre total de pages vues

mardi 8 mai 2012

La CLASSE rejette en bloc


rejet offre

Les étudiants ont commencé à se prononcer lundi sur l’entente de principe négociée la semaine dernière entre le gouvernement et les représentants des fédérations étudiantes. En fin d’après-midi, les associations affiliées à la CLASSE avaient toutes refusées cette offre.

Conséquence directe de ces consultations : la grève pourrait être massivement reconduite partout où l’entente est rejetée.
Selon la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), le Collège de Valleyfield, le Collège de Bois-de-Boulogne, le Cégep de Saint-Laurent, le Cégep Marie-Victorin, et le Cégep de l’Outaouais ont déjà voté contre l’entente de principe qui prévoit notamment la création d'un comité pour revoir la gestion des universités et pointer les économies
envisageables. Les sommes épargnées seraient déduites des frais institutionnels obligatoires que les étudiants payent à chaque session.
À 17 h, toujours selon la CLASSE, Les étudiants du département informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal (UdeM), l’Association facultaire étudiante des Langues et Communication de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), les associations des étudiants en Littérature et en Sociologie à l’Université Laval, à Québec, de même que les étudiants en Études québécoises à l’Université de Trois-Rivières s’étaient également prononcés contre le document, qui avait été rendu public dès dimanche.
Les associations membres de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) devaient également se pencher sur le texte ce lundi.
En début d’après-midi, les étudiants du Cégep de Gaspésie ont annoncé qu’ils acceptaient l’offre, tandis que ceux du Cégep de Saint-Hyacinthe l’ont rejetée après de longues heures de débat.
La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) a prévu de consulter ses membres seulement vendredi.
Les leaders étudiants présents autour de la table de négociations en fin de semaine dernière ont tous refusé de faire des recommandations formelles à leurs membres.
Si l'entente était acceptée, plusieurs jours seraient nécessaires pour mettre sur pied un plan de reprise de cours.
LE JOURNAL DE MONTREAL

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire