Nombre total de pages vues

vendredi 25 mai 2012

Arrestations massives au Quebec


marois

Après un record d’arrestations en une seule nuit à Montréal et Québec, le Parti québécois a accusé le gouvernement Charest de plonger la province dans la pire crise sociale qu’elle n’ait jamais connue.
«Le Québec du Parti libéral est rendu là. Des arrestations massives, plus souvent qu’autrement arbitraires, pour faire taire la contestation (…) ça dépasse l’entendement», a lancé la chef Pauline Marois, ce matin à l’Assemblée nationale.
La nuit dernière, les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation de 518 personnes qui manifestaient contre la hausse des droits de scolarité et la loi 78 à Montréal, et 176 dans les rues de la Capitale nationale.
«Le régime libéral se radicalise, et cette radicalisation se fait sur le dos de vos concitoyens et elle ne mènera nulle part. Combien d’arrestations encore avant que le premier ministre ne se décide enfin à bouger sur le cœur du litige?», a questionné Mme Marois.
Alors que la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, a annoncé l’imminence d’une rencontre avec les représentants étudiants pour relancer les pourparlers, Jean Charest n’a pas manifesté l’intention d’y participer personnellement.
«C’est toute l’équipe chez nous qui travaille pour que les étudiants puissent avoir accès à leur salle de cours et que nous puissions avoir la paix sociale, c’est l’ensemble de l’équipe sans exception», a-t-il soutenu.
La chef de l’opposition officielle a alors suggéré à M. Charest d’entreprendre une réflexion sur son avenir.
«Line Beauchamp a quitté le navire en disant qu’elle ne faisait plus partie de la solution, est-ce que le premier ministre, lui, fait encore partie de la solution?»
Respect des lois
Malgré les arrestations massives des dernières heures, Jean Charest a défendu sa loi spéciale.
«Là où nous sommes, c’est dans le respect des lois. Dans le respect du droit de manifester, mais de le faire paisiblement, dans le respect des autres.»
Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, a déploré l’escalade des manifestations, évitant de se prononcer sur le comportement des policiers.
«Je ne fais pas d’appréciation sur le travail de la police. Ils vivent des événements et il y a des règlements de toutes sortes qui peuvent s’appliquer», a-t-il indiqué, affirmant que la loi spéciale n’a pas pour motif «d’étouffer les manifestations».
LE JOURNAL DE QUEBEC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire