Nombre total de pages vues

dimanche 15 avril 2012

Panique à l'Elysée: Petit Sarko donné battu dans tous les sondages!


Cartoon: Sarkozy Caricature (medium) by hualpen tagged sarkozy
C’est un coup de poignard qui ne va sans doute pas éloigner les nuages noirs qui planaient déjà sur l’équipe de campagne élyséenne. Jeudi soir, Sarkozy, avait mis en cause le "Financial Times" pour sa défense du modèle libéral anglo-saxon, mais surtout pour son appui à François Hollande sur l’adoption d’une stratégie de croissance en Europe.
Le journal a répliqué sans prendre de gants : "Eh bien, nous ne t'aimons pas non plus, Sarko". Et l’organe central de la finance continue et ironise sur la stratégie sarkozyste : "L'économie française est tellement solide au regard du président qu'il a mis en garde les Français cette semaine contre un scénario 'à la grecque' si son rival socialiste était élu." Avant d'ajouter "qu'aucun sondage depuis des mois n'a donné Sarkozy vainqueur".
C’est qu’à l’Elysée la rafale de sondages des derniers jours n’incite pas à l’optimisme sur ses chances de réélection. Car ce n’est pas seulement sa réélection qui est compromise, mais même sa place au premier tour. Et pourtant, Dieu sait s’il avait misé gros sur ce croisement de courbes qui, certes, eut le lieu, mais ne dura que ce que durent les roses.
Désormais, dans l'équipe de campagne en proie au blues, on a fait une croix sur le premier tour. Sarkozy lui-même le laisse entendre : "Au soir du premier tour, on s'attaquera au second tour. Et vous verrez, il y aura une grande surprise !", a promis vendredi matin sur i>Télé le candidat UMP.
Une campagne dans le flou
Alors, on peut toujours imaginer une grande surprise, mais, en l’attendant, dans l’équipe de campagne, on critique à mots couverts les à-coups de cette stratégie. Une stratégie qui au fil de la campagne semble se brouiller : Sarkozy se contredit. Comment faire en même temps des œillades à l’électorat de Marine Le Pen et à celui de François Bayrou, sans risquer ce "flou" que l’UMP reprochait il n’y a pas si longtemps à Hollande ? Car ses réserves sont beaucoup plus maigres qu’en 2007. Il y a cinq ans, son score additionné à ceux obtenus au premier tour par Nihous et de Villiers s’élevait à 34 %.
Or, cette fois, il n’est même pas sûr de pouvoir compter sur la totalité des voix de Nicolas Dupont-Aignan qui a fait une campagne très antisarkozyste. Selon le dernier sondage BVA, il n'a pas encore les reports de voix suffisants pour espérer l'emporter le 6 mai : 51 % des électeurs de Marine Le Pen choisiraient de se reporter sur lui et seuls 29 % des électeurs de François Bayrou décideraient d'en faire autant.
Pendant ce temps, François Hollande, lui, ne dévie pas de la route qu’il s’est tracée : "Je pense que les Français veulent avoir un président qui, non pas leur ressemble, mais qui soit capable de donner une autre relation avec le pays, une relation de confiance, de respect, de considération. Le mot-clé, c’est la considération. Il y a un moment, ce qui compte, c’est la nation plus que l’égotisme. On a tellement souffert de cette dérive personnelle, tellement été même gênés par cette espèce d’exhibition permanente, de dévoilement", déclarait-il hier à "Libération".
LE NOUVEL OBS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire