Nombre total de pages vues

samedi 21 avril 2012

Les élus suisses jugent catastrophique l'état de la France



«La situation est catastrophique. La France a perdu 600'000 emplois en 10 ans dans l'industrie et l'ampleur de sa dette est très préoccupante». L'ancien maire socialiste de Genève, Manuel Tornare, n'y va pas avec le dos de la cuiller quand il s'agit de décrire la situation économique de la France deux jours avant le premier tour l'élection présidentielle française.
Faut-il y voir un coup de pouce entre camarades socialistes pour savonner la planche du président sortant UMP? Pas vraiment. La droite, qui est majoritaire depuis toujours en Suisse, juge aussi sévèrement le bilan de Nicolas Sarkozy.
«Tout le monde en a ras-le-bol»
«La situation en France est vraiment catastrophique», estime le conseiller national démocrate-chrétien Luc Barthassat, qui se situe au centre droit. «Je pense même qu'elle est malsaine. Les petits patrons sont surtaxés. Les employés touchent 1300 euros par mois et tournent avec le minimum. Ils ne sortent plus, ne vont plus au resto. Et tout le monde en a ras-le-bol ».
Hansjörg Walter, le président du Conseil national et donc premier personnage de l'Etat suisse, appartient à la droite nationaliste UDC. Il a de la sympathie pour Sarkozy mais pas pour son bilan. «Il n'a pas atteint ses objectifs électoraux. La France doit être réformée. Il faut introduire un vrai frein à l'endettement et assainir les assurances sociales».
Les «fautes graves» de Sarkozy
Hans Fehr, conseiller national UDC, premier parti de Suisse, enfonce le clou. «Sarkozy a promis beaucoup de choses. Mais il a échoué sur le chômage et l'immigration. Beaucoup de Français sont désillusionnés». Werner Lüginbühl, sénateur du parti bourgeois démocratique, pointe aussi «des fautes graves». Il cite la fête au Fouquet's, les vacances aux frais de Bolloré et la volonté de placer son fils à la tête de l'EPAD. «Même dans les cercles bourgeois, il y a une antipathie envers lui ».
Le conseiller national socialiste Jean-Christophe Schwaab dénonce d'ailleurs l'accroissement des inégalités en France, «la distribution des prébendes aux grandes entreprises comme Dassaut, Bouygues ou Bolloré» et le favoritisme qui récompense les proches. Il n'en fait pas cependant un travers spécifique à l'UMP. «Avec DSK, les socialistes auraient été exposés aux mêmes risques».
Les politiciens suisses estiment aussi que la personnalité «bling bling» de Sarkozy nuit gravement à sa réélection. «Il est toujours dans la com', l'esbrouffe, c'est insupportable», relève le conseiller national socialiste Roger Nordmann. «C'est tout le contraire d'une Angela Merkel». Luc Barthassat enchaîne: «Il n'a pas l'image de quelqu'un proche des gens. Il vit dans un autre monde, côté Saint Trop'.»
TRIBUNE DE GENEVE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire