Nombre total de pages vues

mardi 8 avril 2014

Portugal - Portrait d'un escroc malgré lui

Dessin d'AjubelIl était une fois un banquier très pieux, très chrétien et membre de l'Opus Dei du nom de Jorge Manuel Jardim Gonçalves, qui un beau jour échoue en enfer à sa plus grande surprise... Mais qu'importe ! Il convainc le diable de monter à bord du Falcon que la Banque commerciale portugaise (BCP) a mis à sa disposition, et tous deux goûtent les tourments de l'éternité sous les cieux cléments de quelque paradis offshore, dans une suite sept étoiles – Jacuzzi compris – et avec une pension de retraite digne d'un démoniaque statut (170 000 euros mensuels, le strict minimum vital). Ah, et puis 5 voitures, 2 chauffeurs et 40 gardes du corps, financés par qui de droit. Pour l'amour de Dieu, cet homme ne demande rien de plus que ce qui lui revient !
Prescription judiciaire dans le cas BCP
Agé de 79 ans, le fondateur de la BCP, première banque privée du Portugal démocratique, a de nouveau fait usage de l'immense capital célébrité qu'il a accumulé au fil de l'histoire des faits infamants pour le Portugal. A coups d'atermoiements et de recours devant les greffes des tribunaux, il a fait prescrire l'amende de 1 million d'euros que voulait lui infliger la Banque du Portugal. De même que les neuf années d'interdiction d'exercice des fonctions bancaires. Et ce tout en se disant offensé par cette justice qui n'a pas su prouver son innocence ! C'est "tout sauf ce qu'il souhaitait".
Nous avons ainsi vu se dessiner, sur la mine défaite d'un homme, qui autrefois arborait une moue de mépris reptilien, un pauvre sourire à un million d'euros (non imposables). Il n'a plus peur que d'une chose, que sa réputation soit encore souillée par de nouvelles prescriptions et le classement des affaires criminelles ouvertes par le Département central d'enquêtes et d'action pénale (Diap, organe judiciaire chargé notamment des affaires de grande délinquance financière). Autant de dossiers qui pourraient lui valoir de la prison – une hypothèse qui a de quoi mettre en rage. Encore un peu de patience : d'ici quelques mois, tout cela aura tourné en eau de boudin à la morue, dans ce beau pays corrompu qui est le nôtre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire