Nombre total de pages vues

lundi 22 septembre 2014

Petit Sarkozy : une parodie de Louis de Funès

Avenir politique. Corruption. Le retour de Sarkozy.
Avenir politique. Corruption.
Le retour de Sarkozy.

Dessin de Mohr paru dans Frankfurter Allgemeine Zeitung, Francfort
Cet homme d’Etat a un message important à délivrer à ses compatriotes car la France est mal partie. Son ton est grave. Si l’on entendait Nicolas Sarkozy à la radio, on serait vraiment inquiet. A la télévision, c’est autre chose.

Là, c’est le corps de l’ancien président qui assure la communication, en particulier ses épaules. Pendant que Sarkozy exprime sa pondération et sa profonde inquiétude, c’est d’abord la gauche qui se soulève, puis la droite. Alors qu’il médite à voix haute sur l’état de la justice et déclare que tout le monde pourrait être touché par une clique de juges gauchistes qui se livre à des campagnes politiques, son buste effectue un mouvement circulaire.

Nicolas Sarkozy porte un costume gris ajusté et on voit bien que tout le haut de son corps s’est mis en mouvement. Au fil de l’entretien, ses bras, ses mains et son visage développent également leur propre chorégraphie. Au bout de quelques minutes, Sarkozy Internationaldoit changer de position sur son fauteuil au milieu de ses phrases pour donner vaguement l’impression que ces convulsions et ces spasmes sont volontaires. Les muscles de son visage finissent eux aussi par prendre leur indépendance.

Les sourcils se lèvent, puis se froncent, les commissures des lèvres s’étirent en un rictus étrange, comme dans une parodie de Louis de Funès. Il est toujours étonnant de voir qu’un retour prématuré peut ruiner une carrière politique et que ce n’est pas le scandale mais sa gestion qui tue la crédibilité d’une personnalité publique.

La plupart des citoyens n’ont ni le temps ni l’envie d’étudier de longs programmes et jaugent les personnalités politiques comme ils se forgent une opinion au jour le jour – et le plus important, c’est la perception visuelle. Ils entendent Nicolas Sarkozy lancer une mise en garde désintéressée contre une justice devenue folle, qui va bientôt prendre chaque citoyen pour cible, mais ils voient son corps brûler d’envie de se battre ou de fuir.

Comme ni l’un ni l’autre n’est possible dans un long différend avec la justice, l’ancien président se tortille furieusement sur son siège. Sarkozy déclare que le pays des droits de l’homme ne devrait pas permettre aux juges de l’agresser ainsi, mais la révolte de ses muscles traduit son désespoir et son désir de faire de ses problèmes ceux de tous les citoyens.

—Nils Minkmar
Publié le 5 juillet 2014 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung Francfort

Courrier International

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire